Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

EUROPE

Des hommes armés occupent le principal aéroport de Crimée

© FRANCE 24 | Un milicien à l'aéroport de Simferopol vendredi matin.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/02/2014

Défiant le nouveau pouvoir en place en Ukraine, une milice armée a pris position dans la nuit de jeudi à vendredi à l'extérieur de l'aéroport de Simferopol, la capitale de Crimée, une république autonome à majorité russophone.

Un groupe d'hommes armés a pénétré dans l'aéroport de Simferopol, capitale de la Crimée, dans la nuit de jeudi à vendredi, quelques heures après la prise du Parlement régional par d'autres hommes armés pro-russes.

L'agence de presse russe Interfax a évalué à une cinquantaine le nombre d'hommes en uniforme non identifiés, armés de fusils d'assaut, qui patrouillent sur le tarmac et dans la tour de contrôle, sans perturber le fonctionnement du terminal passagers.

"Nous sommes à l'aéroport pour maintenir l'ordre, nous accueillerons les avions avec le sourire", a déclaré à l'agence Reuters un homme qui s'est présenté sous le nom de Vladimir, "membre de la Milice du peuple de Crimée".

Dans cette même ville de Simferopol, des hommes armés ont pris possession, jeudi 27 février au matin, du Parlement et du siège du gouvernement de Crimée, bâtiments sur lesquels ils ont hissé le drapeau russe. Douglas Herbert, envoyé spécial de FRANCE 24 dans la ville, témoignait jeudi après midi "d'une situation extrêmement tendue à Simferopol, où tout le centre-ville a été bouclé [par les forces de l’ordre, NDLR]".

 

"L’intégrité territoriale est menacée"

La situation en Crimée constitue la première urgence sur le bureau du nouveau premier ministre désigné par le parlement à Kiev. Le pro-européen Arseni Iatseniouk, 39 ans, a été chargé, jeudi 27 février, de diriger le gouvernement d'union nationale appelé à prendre les rênes de l’Ukraine, avant l'élection présidentielle anticipée prévue le 25 mai. Il appartient au parti Batkivchtchina ("Patrie") de l'égérie de la Révolution orange de 2004, Ioulia Timochenko, qui a été libérée de prison le 22 février. Arseni Iatseniouk a détenu le portefeuille de l'Économie en 2005 et celui des Affaires étrangères en 2007.

"L'intégrité territoriale est menacée, on assiste à des manifestations de séparatisme […]. Je dis aux Russes : ‘Ne nous affrontez pas, nous sommes des amis et des partenaires’", a déclaré le chef du gouvernement par intérim. "L'Ukraine voit son futur en Europe en tant que membre de l'Union européenne", a encore dit Arseni Iatseniouk.

Le ministre ukrainien de l'Intérieur par intérim, Arsen Avakov, a pour sa part annoncé la mise en alerte de l'ensemble de la police, dont les forces spéciales pour "éviter un bain de sang parmi la population civile et l’évolution de la situation en affrontements armés".

Parallèlement, l’agence de presse Interfax, citant le ministère russe de la Défense,
a annoncé que des avions de chasse russes avaient été placés en état d'alerte à la frontière occidentale de la Fédération.

Lors d’un entretien téléphonique avec son homologue Russe Sergueï Lavrov, le secrétaire d’État américain, John Kerry a mis en garde la Russie contre une intervention militaire en Ukraine, qui serait "une erreur grave". Il a assuré que la Russie s’était engagée à "respecter l’intégrité territoriale de l’Ukraine". Le ministre russe des Affaires étrangère a également déclaré que "les exercices militaires menés n’étaient pas liés à l’Ukraine et avaient été programmés antérieurement [aux récents événements, NDLR]".

Un pays en banqueroute

Dans son discours d'investiture, le nouveau Premier ministre n'a rien dissimulé de l'ampleur de la tâche qui l'attend, alors que l'Ukraine est au bord de la banqueroute. "Les caisses publiques sont vides, tout a été volé. Je ne promets pas d'amélioration, ni aujourd'hui ni demain. Notre objectif principal est de stabiliser la situation", a-t-il expliqué aux députés.
 

Le Fonds monétaire international (FMI) a reçu, jeudi 27 février, d’une demande d’aide officielle de l’État ukrainien après la nomination d’un nouveau Premier ministre, a indiqué sa directrice générale Christine Lagarde.

"Nous sommes prêts à y répondre", a déclaré Christine Lagarde dans un communiqué. Elle a également annoncé l'envoi d'une mission dans le pays "dans les prochains jours" pour "commencer les discussions" avec les nouvelles autorités, au sujet des contours d'un plan d'aide qui devrait être assorti de réformes économiques drastiques.

L'ancien président "décidé à se battre jusqu’au bout"

Plus tôt ce jeudi, Viktor Ianoukovitch, destitué samedi par le Parlement, est sorti de son silence. Le président ukrainien déchu a envoyé une déclaration "au peuple ukrainien", par l’intermédiaire d’agences de presse russes, dans laquelle il affirme qu'il se considère toujours comme le président d'Ukraine et qu’il juge illégitime les décisions prises par le Parlement. Viktor Ianoukovitch n'avait plus donné signe de vie depuis samedi dernier, lorsqu'il a tenté, en vain, d'embarquer dans un avion pour la Russie depuis son fief de Donetsk.

Viktor Ianoukovitch s'est dit "décidé à se battre jusqu'au bout" pour appliquer le compromis signé en fin de semaine dernière avec les leaders de l'opposition. Un accord qui a volé en éclat après sa destitution par le Parlement et son départ de Kiev. "Il devient évident que le peuple dans le sud-est et en Crimée n'accepte pas le vide du pouvoir et l'arbitraire qui règne dans le pays, quand les ministres sont désignés par la foule sur la place publique", a-t-il par ailleurs dénoncé. Il a souligné n'avoir "jamais permis" le recours à l'armée face à la crise et ajouté que si une telle décision était prise aujourd'hui, elle serait "illégale et criminelle".

Une source au Kremlin a indiqué aux agences russes que Moscou avait "satisfait" une requête de protection du président ukrainien déchu, laissant entendre qu’il se trouvait bien en Russie. Le procureur général adjoint Mykola Golomcha a déclaré mercredi que Viktor Ianoukovitch, contre qui Kiev a demandé l'émission d'un "mandat d'arrêt international", se trouvait toujours en Ukraine.

Avec AFP, Reuters

 

Première publication : 28/02/2014

  • UKRAINE

    Les tensions entre pro-russes et pro-européens se déportent en Crimée

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Poutine ordonne des manœuvres militaires dans l'ouest de la Russie

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Ianoukovitch encore loin du banc des accusés de la CPI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)