Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Burkina faso autorise l'exhumation de la dépouille présumée de Thomas Sankara

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

World Press Photo : l’un des lauréats perd son prix

En savoir plus

POLITIQUE

"La réintégration de l’Iran dans la politique mondiale est nécessaire"

En savoir plus

POLITIQUE

"Marine Le Pen incarne un parti résolument anti-libéral de droite"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Évasion fiscale : "En 3 ans, les États ont pu récupérer 37 milliards d'euros"

En savoir plus

FOCUS

Mexique : les déplacés de la guerre des cartels

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hugh Jackman dans "Chappie" : enfin un rôle de méchant!

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Départementales : l'UMP et le PS vent debout contre le FN

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "La situation s'est beaucoup améliorée"

En savoir plus

Economie

La plateforme d'échange de bitcoins Mt.Gox met la clef sous la porte

© Wikimedia Commons

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 28/02/2014

Naguère première bourse d'échange dématérialisée pour les détenteurs de bitcoins, la plateforme Mt.Gox s'est déclaré vendredi en faillite. Le devenir des 750 000 bitcoins déposés sur les comptes hébergés par le site est plus qu'incertain.

Au moins, ils savent. Depuis début février, les utilisateurs de Mt.Gox, la célèbre bourse d'échange de bitcoins sur Internet, se demandaient ce qu'il arrivait à leur plateforme favorite pour gérer leur portefeuille de monnaie dématérialisé. Mt.Gox s'est placé, vendredi 28 février, sous la protection de la loi sur les faillites au Japon, pays dans lequel se trouve son siège.

Mais la clarification sur la situation financière de cette société symbolique de l'écosystème bitcoin est une très mauvaise nouvelle pour les avoirs des utilisateurs de Mt.Gox. Ils risquent de ne jamais revoir la couleur des 750 000 bitcoins déposés sur les comptes hébergés par le site. Au taux de change actuel, c'est un magot de 305 millions d'euros qui, d'après le "Wall Street Journal", est tout simplement "perdu".

Le recours à la loi japonaise sur les faillites s'explique par un gros problème de trésorerie pour Mt.Gox. Les 27,5 millions d'euros détenus par la société ne suffisait pas à couvrir les 46,3 millions d'euros de dettes, a précisé l'avocat de Mt.Gox lors d'une conférence de presse vendredi.

Vol informatique

Il y avait donc bel et bien quelque chose de pourri au royaume de Mt.Gox, une société qui gérait, voilà encore un an, environ 80% de toutes les transactions mondiales en bitcoin. La communauté des utilisateurs de cette monnaie dématérialisée et décentralisée avait de sérieux doutes depuis début février.

Le 7 février, après des jours de problèmes techniques, le site avait décidé de ne plus accepter de nouvelles transactions. Un gel des activités qui empêchait également les utilisateurs de Mt. Gox de retirer leur fonds. Trois semaines plus tard, le 24 février, la populaire plateforme avait purement et simplement disparu de l'Internet sans la moindre explication de la part de ses responsables.

Dans la foulée, un document interne embarrassant avait été rendu public : il démontrait que Mt.Gox avait été victime pendant des années d'un vol de bitcoins sans jamais s'en être rendue compte. Son patron, le Français Mark Karpelès a, d'ailleurs, annoncé, vendredi 28 février, qu'il comptait déposer plainte pour piratage.

La chute de l'empire Mt.Gox a été qualifié, le 25 février, de "coup potentiellement fatal à la crédibilité du bitcoin comme moyen de paiement alternatif" par Ryan Selkis, un investisseur américain et partisan de cette monnaie dématérialisée.

Première publication : 28/02/2014

  • FINANCES

    Le Bitcoin ébranlé par la disparition d'une place d'échange

    En savoir plus

  • ÉCONOMIE

    Bitcoin : un QG à Wall Street pour jouer dans la cour des grands

    En savoir plus

  • FINANCE

    Mini-krach boursier pour la monnaie virtuelle Bitcoin

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)