Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

  • Confusion autour de l'arrestation des trois jihadistes français

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

EUROPE

Crise en Crimée : Poutine souffle le chaud et le froid

© AFP-ARCHIVES | Des marins et un croiseur russes à Sébastopol

Vidéo par Douglas HERBERT

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 01/03/2014

Les spéculations se multiplient quant à la réaction de Moscou, depuis l'accélération des évènements en Ukraine et la chute de son allié Viktor Ianoukovitch. La Russie serait-elle en train de jouer la carte de l’intervention militaire ?

Un revers humiliant pour le président russe et ses rêves de grandeur, qui pourrait écorner son image à l’intérieur de son propre pays. Après l'accélération des évènements en Ukraine, la Russie de Vladimir Poutine est au centre de toutes les attentions. Depuis la chute de son allié Viktor Ianoukovitch, qui lui permettait de maintenir Kiev sous l’influence directe de Moscou, les spéculations se multiplient quant à la réaction du maître du Kremlin.

Outre la pression économique, qui consisterait à bloquer les fonds d’aide, à augmenter les droits de douane sur les produits ukrainiens, ou encore à couper ses livraisons de gaz, que peut faire la Russie pour conserver l’Ukraine dans son orbite et éviter qu’elle ne penche vers l’Ouest ? Serait-elle, comme l'affirmait vendredi soir le gouvernement de transition à Kiev, en train de jouer la carte de l’intervention militaire ?
 
"La Russie est embarrassée par la situation, Vladimir Poutine ne veut perdre ni la face, ni la main sur l’Ukraine, pour laquelle Moscou a investi beaucoup d’argent et d’espoir. Il n’est donc pas près de l’abandonner", explique Armelle Charrier, spécialiste des questions internationales sur FRANCE 24.
 
Craignant une invasion militaire de la Crimée, une République autonome russophone stratégique, qui a appartenu à la Russie avant d'être rattachée à l'Ukraine en 1954, Washington et l'Otan (qui a signé en 1997 un partenariat avec l'Ukraine) ont exhorté le Kremlin à éviter toute "escalade". Si la Russie a assuré respecter l’intégrité territoriale de l’Ukraine, certaines troupes de l’armée russe ont cependant été "mises en alerte" le long de leur frontière commune. Vendredi, l'Ukraine, par la voix de son ministre de l’Intérieur, a accusé la Russie "d'invasion armée" après la prise de contrôle de plusieurs sites stratégiques en Crimée, qui héberge la flotte russe de la mer Noire dans la ville portuaire de Sébastopol. Ce que Moscou dément.
 
Ambigüité diplomatique
 
Pour Alexandra Goujon, politologue spécialiste de la Russie et de l'Ukraine, ces évènements sont "des manœuvres, qu’il faut voir comme une volonté de Moscou de protéger ses intérêts en Crimée, et ensuite, éventuellement comme un moyen de déstabiliser le nouveau pouvoir central ukrainien". Soit une sorte d’ingérence a minima, à défaut d’une intervention militaire au grand jour. Un avis que partage Armelle Charrier : "Ces évènements sont à inscrire dans le cadre d’un jeu d’influence : il y a des manœuvres militaires, des intimidations autour d’aéroports en Crimée, des actes symboliques, mais hautement importants".
 
Selon Gauthier Rybinsky, spécialiste des questions internationales à FRANCE 24, "une intervention militaire russe serait difficile à justifier, puisque Moscou n’a subi aucune agression de la part de Kiev, et qu’aucune violence n’a été commise contre les russophones de Crimée".
 
La diplomatie russe n’en reste pas moins ambigüe, ce qui laisse la porte ouverte à toutes sortes de scénarios. Ainsi, vendredi, Vladimir Poutine a ordonné à son gouvernement de continuer à discuter avec Kiev sur les dossiers économiques et commerciaux et de prendre contact avec ses partenaires étrangers, FMI et G8, pour organiser une aide financière. Une manière donc de maintenir le contact avec le nouveau pouvoir central. En parallèle, il a également demandé, selon un communiqué publié sur le site internet du Kremlin, à son gouvernement d'étudier une demande d'aide humanitaire émise par la République autonome de Crimée.
 
"Cette ambigüité diplomatique, jumelée avec le jeu d’influence en Crimée, fait que toutes les options restent sur la table, estime Armelle Charrier. Car le fait que Poutine évoque une aide humanitaire pour la Crimée n’est pas sans rappeler le précédent de 2008 avec la Géorgie, lorsque l’Ossétie du Sud a été envahie par les Russes. Moscou avait justement argué du fait qu’il fallait envoyer une aide humanitaire pour cette région séparatiste pro-russe".
 
"On n’en est pas encore là, mais tous les voyants sont au rouge", conclut Armelle Charrier. Elle rappelle aussi que si Moscou veut intervenir, ses hommes sont déjà présents sur place, avec 14 000 soldats stationnés en Crimée.
 

Première publication : 28/02/2014

  • UKRAINE

    Les tensions entre pro-russes et pro-européens se déportent en Crimée

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Poutine ordonne des manœuvres militaires dans l'ouest de la Russie

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Ianoukovitch encore loin du banc des accusés de la CPI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)