Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les promesses de Hollande à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

France-Afrique : un rapport parlementaire très critique appelle à une nouvelle politique africaine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Faire de 'Je suis Charlie' une religion me dérange"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le système de santé, enjeu central des législatives

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hafsia Herzi de retour dans une comédie "certifiée Hallal"!

En savoir plus

FACE À FACE

Le Front national dans la tourmente

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

Asie - pacifique

Chine : une attaque "terroriste" aux couteaux fait des dizaines de morts

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/03/2014

Un groupe d’hommes armés de couteaux a attaqué la gare de Kunming, dans le sud-ouest de la Chine, faisant au moins 29 morts et plus de 130 blessés. Les autorités parlent d'une "attaque terroriste" et désignent les séparatistes ouïghours.

Au moins 29 personnes ont été tuées, samedi 1er mars en Chine, lors de plusieurs attaques simultanées dans une gare du sud-ouest du pays, a rapporté l'agence Chine Nouvelle.

Les attaques ont été menées par "des hommes armés de couteaux" au sein de la gare de Kunming, la capitale de la province du Yunnan, a ajouté l'agence officielle chinoise qui parle d'"une violente attaque terroriste organisée et préméditée". Le bilan fait également état de 130 blessés.

Des victimes et des témoins ont raconté que les agresseurs, vêtus de noir et le visage dissimulé, avaient fait irruption dans la gare de Kunming, capitale de la province du Yunnan, poignardant les voyageurs qui faisaient la queue pour se procurer un billet. Les moins rapides ont été victimes des assaillants.

Des photos diffusées également sur des réseaux sociaux montraient un sol maculé de sang et des équipes médicales qui s'affairaient au-dessus des blessés allongés à même le sol. L'authenticité de ces clichés n'a toutefois pas pu être vérifiée.

Les précisions de notre correspondante

Pas de revendication

La police a abattu au moins quatre des assaillants et était à la poursuite des autres, ont affirmé les médias officiels. Le président chinois Xi Jinping, a déclaré qu'aucun effort ne devait être épargné pour retrouver les auteurs de cette attaque.

L'attaque, toujours non revendiquée, a été attribuée par le gouvernement local aux séparatistes ouïghours de la province du Xinjiang (nord-ouest), musulmans turcophones qui se disent victimes d'une politique répressive à l'égard de leur religion, de leur langue et de leur culture de la part des Han, ethnie fortement majoritaire de Chine.

Le pays est le théâtre régulier d'attaques du même type perpétrées par des groupes de révoltés contre la société chinoise. C'est la première fois, cependant, que le Yunnan est visé. Les autorités ont par le passé imputé des agressions similaires aux extrémistes islamistes du Xinjiang, région qui abrite une importante communauté musulmane turcophone, les Ouïghours. Mais habituellement de telles attaques étaient circonsrites à la région elle-même.

Avec AFP et Reuters

 

Première publication : 01/03/2014

  • CHINE

    Des dizaines de morts après des émeutes dans la région musulmane du Xinjiang

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)