Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol recule sur son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • L'Afrique à Paris !

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

EUROPE

Le nouveau Premier ministre de Crimée demande l'aide de la Russie

© AFP

Vidéo par Douglas HERBERT

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/03/2014

Le nouveau Premier ministre de Crimée a appelé Moscou à l'aide, samedi, pour "restaurer le calme" dans cette région russophone du sud de l'Ukraine. Le Kremlin annonce que "la Russie ne va pas ignorer cette demande".

Suivez en direct notre liveblogging (et cliquez ici pour suivre ce liveblogging sur un smartphone ou une tablette).

 

Le nouveau Premier ministre de Crimée, nommé jeudi à huis clos par un Parlement régional occupé par un commando armé, a demandé samedi 1er mars l'aide de la Russie pour restaurer la "paix et le calme" dans cette république autonome pro-russe du sud de l'Ukraine. "Prenant en compte ma responsabilité pour la vie et la sécurité des citoyens, je demande au président russe Vladimir Poutine d'aider à assurer la paix et le calme sur le territoire de Crimée", a déclaré Sergiï Aksionov - nommé après la destitution jeudi du gouvernement local par les députés - dans un discours retransmis in extenso par la télévision d'État russe.

Dans la foulée, le Kremlin a indiqué que "la Russie ne va pas ignorer cette demande" d'aide des dirigeants de la Crimée, sans autres précisions.

Le Premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk, a affirmé samedi à l'issue du premier conseil des ministres du nouveau gouvernement nommé à Kiev, que l'Ukraine refusait de répondre "par la force" à la "provocation" russe. Quant au ministre ukrainien de la Défense, il a accusé la Russie d'avoir récemment envoyé 6 000 hommes en renfort en Ukraine et a annoncé le placement de l'armée ukrainienne en état d'alerte renforcé dans la région de Crimée.

Tension à Simferopol

Envoyé spécial de FRANCE 24 à Simferopol, capitale de la République autonome de Crimée, Douglas Herbert confirme que "la situation reste confuse" sur place. "Il n'y a pas de chars d'assaut russes dans les rues", rapporte-t-il, mais des dizaines d'hommes armés en treillis étaient encore positionnés devant le Parlement régional samedi matin.

Les autorités ukrainiennes de transition estiment que 2 000 militaires russes ont été aérotransportés vendredi sur un aéroport militaire près de Simféropol, qui abrite la flotte russe de la mer Noire. Kiev a évoqué vendredi soir une "invasion armée" russe, ces mystérieux militaires à l'aéroport de Simféropol "ne dissimulant pas leur appartenance aux forces armées russes", selon le ministre de l'Intérieur par intérim Arsen Avakov.

Avec AFP

La tension monte à Simferopol

Première publication : 01/03/2014

  • UKRAINE

    Kiev dénonce une "agression" russe en Crimée, Obama met en garde Moscou

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Pour Ianoukovitch, l'Ukraine est "entre les mains de forces néo-nazies"

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Crise en Crimée : Poutine souffle le chaud et le froid

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)