Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ottawa: histoire d'une photo

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Toumani Diabaté, le maître de la kora, invité du Journal de l’Afrique

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : une déception pour la gauche ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Kamel Mennour, galeriste

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Marie Le Guen : "Le problème, c’est l’emploi"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Un homme, une femme : la parité vue par la Génération Y

En savoir plus

POLITIQUE

Le Guen : "C’est toute l’Europe qui est malade aujourd’hui"

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

FIAC 2014 : l'art contemporain célébré à Paris

En savoir plus

EUROPE

Obama appelle Poutine à "replier ses forces dans leurs bases de Crimée"

© Photo officielle de la Maison Blanche - Obama au téléphone avec Poutine, samedi 1er mars

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/03/2014

Washington a fermement mis Moscou en garde après l'approbation par le Parlement russe d'un "recours à l'armée en Ukraine". L'armée ukrainienne a été placée en état d'alerte. L'Otan se réunit ce dimanche à Bruxelles.

Après le feu vert du Parlement russe pour un "recours à l’armée en Ukraine", les dirigeants internationaux ont multiplié les échanges téléphoniques, samedi 1er mars. Barack Obama, qui avait prévenu dans un discours télévisé qu’une action russe en Ukraine aurait un "coût", s’est notamment entretenu pendant une heure et demie avec Vladimir Poutine.

Le président américain a fait savoir à son homologue russe que la Russie avait commis une violation patente de la souveraineté de l’Ukraine et lui a demandé de replier ses forces dans les bases russes de Crimée. Le chef du Kremlin a, quant à lui, expliqué que la Russie se réservait le droit de protéger ses intérêts et ceux des russophones en Ukraine s’ils venaient à être menacés.

"Obama et Poutine ont passé 90 minutes au téléphone"

Une réunion d’urgence du Conseil de sécurité des Nations unies s'est tenue à New York. Elle a donné lieu à des échanges particulièrement acrimonieux entre les Occidentaux et la Russie, chaque camp accusant l’autre d’ingérence dans les affaires de l’Ukraine. L’ambassadrice des États-Unis, Samantha Power, a appelé au "déploiement immédiat" en Ukraine d’observateurs internationaux des Nations unies et de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

État d’alerte en Ukraine

En Ukraine, des militaires ne portant pas d’insigne - mais clairement russes - se trouvent déjà déployés en Crimée, région à majorité russe et où le Kremlin dispose d’une présence militaire importante. La flotte russe en mer Noire y est basée. Bien qu’il ne fasse peu de doute que les militaires sans insigne visible en Crimée soient Russes, Moscou ne l’a pas confirmé officiellement. Il a décrit l’autorisation obtenue d’envoyer l’armée comme une menace d’action future plutôt que comme une confirmation de l’implication de ses troupes.

"En 48 heures, ces soldats masqués ont effectué un véritable coup de force"

Le président ukrainien par intérim, Oleksandre Tourtchinov, a ordonné, samedi, que l’armée soit placée en état d’alerte. "Une intervention militaire marquerait le début de la guerre et la fin des relations entre l’Ukraine et la Russie", a déclaré le Premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk. Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Andriy Dechtchitsia, a dit avoir rencontré des responsables européens et américains et avoir envoyé une demande à l’Otan pour examiner "toutes les possibilités de protéger l’intégrité territoriale et la souveraineté de l’Ukraine".

L’Otan se réunit dimanche à Bruxelles

"Nécessité urgente d’une désescalade en Crimée", a tweeté Anders Fogh Rasmussen, secrétaire général de l'Otan. "Les alliés de l’Otan continuent de se concerter", a-t-il ajouté. Les ambassadeurs de l’Organisation du traité de l'Atlantique nord se réunissent dimanche à Bruxelles pour discuter de la situation, a annoncé le secrétaire général de l’Otan sur Twitter.

Comme première mesure de protestation au vote russe, les États-Unis ont décidé de suspendre leur participation aux réunions préparatoires au prochain sommet du G8, prévu en juin à Sotchi, la ville russe de la mer Noire où se sont tenus les derniers Jeux olympiques d’hiver, et ont mis en garde Moscou contre "un plus grand isolement politique et économique". Le Canada a aussi décidé de bouder les préparatifs du G8 et annoncé le rappel en consultation de son ambassadeur en Russie.

Le statut compliqué de la Crimée

Avec Reuters

 

Première publication : 02/03/2014

  • UKRAINE-RUSSIE

    Ukraine : une intervention russe serait synonyme de "guerre", prévient Kiev

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Crise en Crimée : Poutine souffle le chaud et le froid

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Kiev dénonce une "agression" russe en Crimée, Obama met en garde Moscou

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)