Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 03/03/2014

"Derrière l'hypocrisie européenne, la faiblesse américaine"

© France 24

Presse internationale, lundi 3 mars 2014. Au menu de cette revue de presse, l’intervention militaire russe en Crimée et l’attaque terroriste de Kunming, en Chine, attribuée aux séparatistes ouïghours.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
Au menu de cette revue de presse internationale, le bras de fer entre l’Occident et la Russie à propos de l’Ukraine, où Poutine poursuit son intervention militaire - en Crimée.
 
"Les Occidentaux n’en croient pas leurs yeux: Poutine vient d’envahir l’Ukraine" : le site américain Politico évoque sans détour l’intervention russe en Crimée et fustige l’attitude des Occidentaux, qui semblent découvrir avec stupéfaction que les nouveaux "propriétaires" de la Russie, n’ont aucun respect à leur égard. L’élite russe, dont l’argent a été soigneusement mis à l’abri dans les banques autrichiennes et les paradis fiscaux du Royaume-Uni, et qui a pu mesurer "l’obséquiosité des aristocrates et des grands patrons européens à son égard", dès qu’il s’agit de ses milliards, et n’ignorerait rien de "l’hypocrisie" des Européens, derrière laquelle elle verrait  "la faiblesse américaine". D’après Politico, les Occidentaux peuvent agiter la menace de mesures de rétorsions économiques: la Russie n’y croit pas. La menace d’annuler le G8? - "Qu’est-ce-que cela peut bien faire ?", ironise le site, qui voit dans l’intervention en Crimée une opportunité pour Poutine de s’offrir à bon compte une image de héros national. Poutine qui aurait envahi la Crimée pour une raison simple: «parce qu’il n’a rien à perdre".
 
S’il semble miser sur l’inaction occidentale, le président russe prend toutefois le risque d’embraser l’Ukraine. L’intervention dans la "poudrière" qu’est la Crimée démultiplie le risque d’une guerre civile, rappelle The International New York Times, en évoquant l’existence dans cette région de fortes minorités ukrainienne et tatare, profondément anti-russes.
 
Le risque de guerre civile que l’Occident aurait lui aussi balayé, d’une certaine façon, et d’après The Independent, qui évoque la "trahison" de la promesse faite à la Russie dans les années 1990 de ne pas étendre l’Otan à proximité de ses frontières, un projet qu’elle perçoit comme une tentative d’"encerclement" et comme le prélude à une «humiliation». L’Occident, ou plutôt l’Europe, qui n’aurait pas non plus apaisé le jeu avec son discours du "tout ou rien", du "maintenant ou jamais" pour persuader l’Ukraine de signer l’accord d’association européen, la poussant ainsi un peu plus dans les bras d’une Russie finalement confortée dans ses soupçons. 
 
En Chine, des assaillants armés de couteau ont tué 29 personnes samedi soir dans une gare du sud-ouest du pays. Une attaque "terroriste" selon Pékin, qui désigne les séparatistes ouïghours. Survenant à quelques jours de l'ouverture de la session annuelle du parlement chinois, cette attaque a également fait plus de 130 blessés, rappelle The South China Morning Post de Hong-Kong, qui relève qu’en dépit de sa gravité, l’événement n’a fait la Une d’aucun quotidien chinois. "C’est comme si rien ne s’était passé à Kunming", le lieu de l’attaque.
 
Rien, ou presque, l’attaque est tout de même évoquée en pages intérieures du China Daily, qui reconnaît l’existence d’un problème terroriste "grave et complexe".
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/01/2017 Donald Trump

"C'est parti pour le show"

Toute la presse française titre ce matin, presque sans exception, sur l’investiture de Donald Trump. Les journaux reviennent également sur le dernier débat avant le premier tour...

En savoir plus

20/01/2017 Donald Trump

"Du neuf dans un nouveau monde"

La presse mondiale revient ce matin évidemment sur l’investiture de Donald Trump. La situation en Gambie n’est toutefois pas oubliée.

En savoir plus

18/01/2017 Revue de presse internationale

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

Au menu de la revue de presse internationale de ce mercredi, les commentaires des journaux anglo-saxons après le Brexit radical décidé par Londres. Les amateurs de jeux de mots...

En savoir plus

18/01/2017 Brexit

"Brexit et météo : le froid s'installe"

"Ressenti" est le mot à la Une de la revue de presse française de ce mercredi. Il y a le ressenti des journaux après le choix d'un Brexit radical décidé hier par Theresa May. Il...

En savoir plus

17/01/2017 Revue de presse internationale

"Le Royaume-Uni libéré, délivré"

Au menu de cette revue de presse internationale, mardi 17 janvier, le discours très attendu de Theresa May sur le Brexit et la réaction des Européens aux critiques de Donald...

En savoir plus