Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

REVUE DE PRESSE

REVUE DE PRESSE

Dernière modification : 04/03/2014

"Camarade Poutine"

© France 24

Presse française, mardi 4 mars 2014. Au menu de cette revue de presse, l’intervention militaire russe en Crimée, perçue comme une manifestation de l’hostilité de Poutine envers l’Occident. Les conséquences de son soutien indéfectible à la Syrie d’Assad. Et Jean-François Copé.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
Au menu de la presse française, ce matin, "l’escalade" en Ukraine, où le gouvernement assure qu’un ultimatum a été fixé par la marine russe à la flotte nationale ukrainienne .
 
Les Echos évoquent "la pire crise en Europe depuis les guerres de Yougoslavie", et même un pays, l’Ukraine, "à un cheveu de la guerre".
 
La guerre, le mot est partout, ce matin - une drôle de guerre, assurément, dans laquelle aucun coup de feu n’a été tiré pour le moment : "la guerre de Poutine", titre Libération, en se demandant jusqu’où ira le président russe. Poutine qui a commencé par "violer la souveraineté d’un pays européen" et voudrait maintenant "une Ukraine à sa botte, un Etat vassal affaibli par l’occupation puis l’amputation d’une partie de son territoire".
 
Libération appelle les Européens à "montrer courage et détermination face à un homme qui ne connaît que le langage de la force et qui parie toujours - souvent avec raison - sur la lâcheté de ses ennemis".
 
Fermeté et détermination - pour le moment, en tout cas, l’Occident peine surtout à trouver une réponse à l’offensive militaire russe en Crimée. Un état de fait que regrette le Monde, pour qui les choses sont pourtant claires : oui, Vladimir Poutine "pose ouvertement les Occidentaux en ennemis de la Russie". Ce serait même "le cœur de la rhétorique" du "camarade" Poutine, qui "se dit lui-même éperdument nostalgique de l’Union soviétique".
 
Face à lui, "l’Europe hésite", constate le Figaro, en évoquant  les menaces de mesures économiques et diplomatiques, visant à isoler la Russie.
 
La Russie très critiquée, également, pour son soutien indéfectible à la Syrie, où la guerre civile a fait plus de 140 000 morts. Le Parisien s’est rendu "sur la route du djihad", à Reyhanli, une ville moyenne du sud de la Turquie, tout près de la frontière avec la Syrie. Le Parisien raconte comment ce coin Turquie s’est transformé avec la guerre voisine, et comment, par exemple, on trouve chez un ancien vendeur de prêt-à-porter "l’attirail du parfait guerrier : talkie-walkie, pantalons et gilets de camouflage, jumelles, couteaux de combat et couvertures". Les affaires tournent bien.
 
Ailleurs, dans les camps de réfugiés libanais, près d’1 million de réfugiés syriens qui s’entassent, "dans l’attente, sous les tentes", à Abou Nouh, notamment. Dans le plus grand camp du Liban, à l’extrémité est de la plaine de la Bekaa, les réfugiés syriens manquent de tout, et se chauffent, raconte Libération, "en brûlant les rameaux des arbres alentour - pêchers, cerisiers, amandiers".
 
On termine avec un détour en France, et la contre-attaque, hier, de Jean-François Copé, après les révélations du Point. Le patron de l’UMP demande… une nouvelle législation sur la transparence de la vie publique, pour les autres, autant que pour lui-même. Mais la déclaration sans questions autorisées de Jean-François Copé n’a, semble-t-il, convaincu personne. Le Figaro parle d’une "surenchère", d’un "va-tout risqué".
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

24/06/2016 Brexit

Brexit : "See EU Later !"

"Out !" Les Britanniques ont voté pour la sortie de leur pays de l'Union européenne et, sans surprise, c'est le Brexit qui occupe la presse internationale, vendredi 24 juin, au...

En savoir plus

23/06/2016 Revue de presse internationale

"Independence Day ?"

Au menu de cette revue de presse internationale, jeudi 23 juin, le référendum sur le Brexit vu par la presse britannique, européenne et française.

En savoir plus

23/06/2016 Revue de presse française

"Qui est in ? Qui est out ?"

Au menu de cette revue de presse française, jeudi 23 juin, l’autorisation finalement accordée par le gouvernement aux syndicats de manifester aujourd’hui contre la Loi travail,...

En savoir plus

22/06/2016 Revue de presse internationale

"La reine, Beckham, et le Brexit"

Au menu de cette revue de presse internationale, mercredi 22 juin, les révélations du Monde sur la façon dont le groupe Lafarge a indirectement contribué au financement du groupe...

En savoir plus

22/06/2016 Revue de presse française

"Un, deux, trois, soleil"

Au menu de cette revue de presse française, mercredi 22 juin, la poursuite du bras de fer entre une partie des syndicats et le gouvernement, qui hésite toujours à interdire les...

En savoir plus