Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : la CPI annonce l'ouverture d'un examen préliminaire

En savoir plus

TECH 24

Sex-tech : les technologies de l'intime

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Maudite courbe : comment faire baisser le chômage en France ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Clinton vs Trump : le match des programmes économiques

En savoir plus

#ActuElles

Laurence Rossignol : "Tout sexisme est insupportable"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses de la Fashion Week parisienne

En savoir plus

FOCUS

Venezuela : État déliquescent et lynchages de rue

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jean Todt : "Être compétitif, c'est aussi être responsable"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand jeu" de Céline Minard pour échapper au désordre du monde

En savoir plus

Economie

Crise en Ukraine : Londres ne souhaiterait pas fermer la City aux capitaux russes

© BBC | Photo d'un document dans la main d'un conseiller de David Cameron

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/03/2014

La BBC a publié la photo d'un document qui laisse penser que Londres ne soutiendrait pas l'idée de sanctions économiques contre la Russie. Car elles pourraient nuire aux intérêts de la City qui accueille de nombreux capitaux russes.

Face aux manœuvres militaires russes en Crimée, les Occidentaux ont, à plusieurs reprises ces derniers jours, menacé Vladimir Poutine et la Russie de sanctions économiques. Le Premier ministre britannique, David Cameron, a lui-même averti le président russe des "coûts importants" que devra payer la Russie si Moscou, qui a pris le contrôle au cours du week-end de la péninsule de Crimée, ne change pas d’attitude.

Mais en réalité, cette idée n’enchanterait pas la Grande-Bretagne. Sur la foi d’un document montré par mégarde à un photographe, la BBC affirme que Londres pourrait s'opposer à des sanctions commerciales contre la Russie et ne souhaite pas fermer la City aux investisseurs russes en réponse à l’intervention de Moscou en Ukraine. Le document a été photographié a distance alors qu’un haut responsable britannique - non identifié par la BBC - le portait à David Cameron au 10, Downing Street. "Le Royaume-Uni ne devrait pas soutenir pour l’instant des sanctions commerciales ou fermer aux Russes le centre financier de Londres", peut-on lire sur ce document selon la BBC.

Le 10 Downing Street ne confirme pas

La BBC ne précise pas si ce document ne vise qu’à évoquer des hypothèses de travail ou s’il définit la position officielle de Londres. Pour l’heure, les membres du gouvernement britannique envisagent des restrictions de visa et de déplacements à l’encontre de hauts responsables russes, montre encore le document, dont le texte n’a pu être clairement lu à partir de la photographie diffusée par la BBC.

Une porte-parole de David Cameron n’a pas souhaité s’exprimer sur le contenu du document. "Le Premier ministre a clairement dit que le fait de continuer à violer la souveraineté de l’Ukraine aurait des coûts et des conséquences", a-t-elle dit. "Nous prendrons des décisions sur (ces coûts) en étroite collaboration avec l’Union européenne et nos partenaires du G7 et nous examinerons ensemble un éventail de mesures diplomatiques, politiques et économiques."

Avec Reuters

 

Première publication : 04/03/2014

  • UKRAINE

    Ukraine : Poutine souffle le chaud et le froid, Kerry dénonce une "agression" russe

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Les marchés financiers sanctionnent l’escalade militaire en Crimée

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Crise en Ukraine : Washington suspend sa coopération militaire avec Moscou

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)