Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

  • En direct : Hollande annonce des frappes aériennes en Irak dans un délai "court"

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

Economie

"Crash boursier" aux États-Unis, le grand bluff de Moscou

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 04/03/2014

La Russie estime pouvoir provoquer un "crash du système financier américain" en cas de sanctions économiques dans le cadre de la crise ukrainienne. Fanfaronnade d’un conseiller de Poutine trop zélé ou menace sérieuse ? Analyse.

Moscou a entamé, mardi 4 mars, un bras de fer économique avec les États-Unis. La menace de sanctions économiques décidées par Washington en représailles des manœuvres militaires russes en Crimée ? Même pas peur ! “Une tentative de nous imposer des sanctions économiques se traduirait par un 'crash’ du système financier américain”, a prévenu Sergueï Glaziev, un conseiller économique du Président Vladimir Poutine.

Cet économiste et ancien opposant à Vladimir Poutine assure donc pouvoir mettre Wall Street à terre en un claquement de doigt. Comment ? “Nous réussirons à réduire à zéro notre dépendance financière à l’égard des États-Unis”, a précisé Sergueï Glaziev. Il n’est pas entré dans les détails de sa stratégie, sauf à évoquer l’abandon par la Russie du dollar comme monnaie d’échange internationale.

Une telle manœuvre laisse perplexe Christine Rifflart, économiste spécialiste des États-Unis à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). “Moscou pourrait, notamment dans ses échanges avec les pays européens, passer du dollar à l’euro, mais imposer une autre monnaie de paiement que le billet vert à tous ses partenaires commerciaux me semble compliqué”, estime-t-elle.

La Russie, onzième créancier des États-Unis

“La seule manière pour la Russie de heurter le système financier des États-Unis passe par la dette américaine”, affirme Christine Rifflart. Moscou pourrait ainsi essayer de déstabiliser le dollar en revendant ses bonds du Trésor américain. En inondant ainsi le marché, la Russie pourrait faire baisser la valeur de la dette américaine émise par Washington et augmenter les taux d’intérêt que les États-Unis doivent payer à ses créanciers.

Mais la Russie n’est pas la Chine. Pour que cette arme soit efficace, les réserves d’un pays en dollars doivent être conséquentes. Qu’en est-il ? D’après les statistiques officielles du Trésor américain, Moscou détenait, fin décembre 2013, 138 milliards de dollars, soit près de 3% de la dette publique américaine. Il n’est que le onzième plus important créancier des États-Unis, loin derrière la Chine et ses 1 269 milliards de dollars. “C’est suffisant pour avoir un effet sur le système financier américain, mais évoquer un crash est, en revanche, un peu exagéré”, estime Christine Rifflart.

Pour cette économiste, le risque pour Washington est avant tout théorique. Moscou serait, en effet, également perdant dans l’affaire. “Comme la vente de la dette américaine fait chuter la valeur de ces titres, la Russie va perdre de l’argent dans l’opération”, explique Christine Rifflart. La Russie peut-elle se permettre de déprécier la valeur de ses propres avoirs en dollars à un moment où sa croissance économique marque le pas ? Tout est une question d’arbitrage pour le Kremlin qui devrait se demander si la balle que le pays se tire dans le pied en vendant ainsi ses bonds du Trésor américain provoquerait moins de dégâts que celle qui frapperait Wall Street.

Première publication : 04/03/2014

  • UKRAINE

    Ukraine : Poutine souffle le chaud et le froid, Kerry dénonce une "agression" russe

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Les marchés financiers sanctionnent l’escalade militaire en Crimée

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Crise en Ukraine : Washington suspend sa coopération militaire avec Moscou

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)