Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

SUR LE NET

« L’Ice Bucket Challenge » détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Le convoi russe en Ukraine : pourquoi et pour qui ?

En savoir plus

L'opinion de
Bernard HENRI-LÉVY

Bernard HENRI-LÉVY

Maïdan et l’extrême droite : stop à la désinformation de M. Poutine

Le 05-03-2014

Voici donc un pays, la Russie, où la chasse aux gays et au faciès nord-caucasien devient un sport national.

Voici un pays où, le 20 avril, jour anniversaire de la naissance d’Adolf Hitler, les « non-Slaves » sont invités à rester chez eux de peur de prendre un mauvais coup.

Voici un pays où, quand un millier de jeunes descendent dans la rue pour protester, en 2006, contre le fait qu’on ait songé, à la Douma, à interdire les associations juives suspectes d’avoir « pactisé avec le diable », ils le font le visage masqué de peur d’apparaître sur la page Facebook d’un nervi de Patrouille blanche qui viendra leur casser la tête.

Et voici que ce pays, par la voix de son président tançant l’Allemagne et la France, a l’incroyable culot de déclarer que la révolution ukrainienne marquerait le retour du fascisme en Europe.

L’affaire prêterait à rire si tant de femmes et d’hommes n’avaient payé de leur vie le droit, pour ceux qui leur survivent, à ne pas entendre pareilles saloperies – et s’il ne se trouvait aussi, chez nous, un grand nombre d’esprits faibles, ou crédules, qui semblent prêts à se dire : « pas de fumée sans feu… ces Ukrainiens, après tout, sont-ils vraiment blanc-bleu… l’Occident, tout à son romantisme barricadier, n’est-il pas tombé dans le panneau d’une révolution qui etc. ».

Alors, donc, allons-y.

Et, puisqu’il faut répondre, répondons point par point.

Oui, bien sûr, il y a eu en Ukraine (comme partout en Europe) une tradition ultranationale.

Non, bien sûr, le pays de Makhno, de la Shoah par balles et de Babi Yar n’a pas été épargné par le virus antisémite.

Et oui, évidemment, il y a, sur le Maidan, les groupuscules du Secteur droit ainsi qu’un parti, Svoboda, qui se définissait jusqu’il y a dix ans comme « social-national ».

Sauf que :

1. Ce parti a pesé, à son apogée, c’est-à-dire aux élections d’octobre 2012, 10 % des Ukrainiens : c’est beaucoup – mais c’est moins que les scores des partis frères néerlandais, autrichien ou (eh oui…) français.

2. Loin de progresser et d’avoir, comme le répètent en boucle les propagandistes du poutinisme en Europe, bénéficié de la radicalisation du mouvement, c’est l’inverse qui s’est produit et l’émergence de leaders nouveaux, retirant à l’extrême droite le monopole de la radicalité, a marginalisé Svoboda – tous les sondages, et récemment encore, le 31 janvier, celui de l’institut Socis, ne le donnent-ils pas sous la barre des 5 % ?

3. Les principaux concernés ne s’y sont d’ailleurs pas trompés, qui se sont portés en foule, et aussitôt, sur le Maidan : tant les institutions juives locales (institut Judaica, académie Mohila) que les représentants ukrainiens des organisations juives internationales (Iossif Zissels, du Congrès juif mondial) ou que telle autorité morale (le philosophe Constantin Sigov, spécialiste de l’oeuvre de Levinas) n’ont pas douté un seul instant que leur place fût là, dans ce vaste rassemblement où se côtoyaient cosaques et rabbins, descendants des survivants de la Shoah et de ceux du Holodomor, la grande famine des années 30 voulue et orchestrée par Staline.

4. Il est d’ailleurs à noter que, sur ce Maidan de toutes les paroles et de toutes les libertés, sur cette agora où se sont succédé, trois mois durant, toutes sortes d’orateurs, y compris les plus fantaisistes, il y a une « fantaisie » que l’on n’a pas entendue, jamais, chez aucun de ces tribuns d’un jour – et c’est la folie antisémite.

5. Il est remarquable, enfin, que la presse du monde entier ait eu tout loisir, pendant ces trois mois, de scruter les murs de graffitis que produisent les révolutions modernes et dont le Maidan ne fut pas avare – or, s’il y a bien un genre de graffiti dont elle n’a, de nouveau, signalé, filmé, photographié, aucune occurrence, c’est le graffiti antisémite…


Maidan : le discours de Bernard-Henri Lévy par laregledujeu

Alors, pas d’angélisme, bien entendu.

Vigilance requise, comme d’habitude, quand le groupe en fusion menace (grande leçon sartrienne !) de tourner à la fraternité-terreur ou à la meute lyncheuse.

Mais, n’en déplaise aux désinformateurs poutinisés, nous n’en sommes pas là.

Tout se passe, pour l’heure, comme si, entre tous les peuples d’Ukraine, entre les descendants des victimes des grands massacres hitlériens, staliniens ou stalino-hitlériens, s’était scellée une fraternité de douleur et de combat qui n’est pas sans rappeler la solidarité des ébranlés chère au grand Jan Patocka.

Et une chose, en tout cas, est certaine : les seules manifestations d’antisémitisme caractérisé sont venues de l’autre côté, celui du pouvoir déchu et qui prétendait faire la leçon aux démocrates – ainsi, parmi bien d’autres, le cas des miliciens Berkout, dont le site Internet pointait, dans les derniers jours de la répression, les supposées « origines juives » des leaders du Maidan et superposait, dans le plus pur style néonazi, l’étoile de David et la croix gammée…

Telle est la réalité, non le cliché.

Tel est le vrai visage de cette révolution, pour le moment admirable.

Et c’est ce visage que nous devrons avoir à l’esprit quand reviendront frapper à notre porte les dirigeants de la nouvelle Ukraine.

L’Europe, pour eux, n’est pas seulement un territoire, c’est un nom ; et ce nom est, comme chez les pères fondateurs de l’Union, celui du grand bond hors du rang de tous les meurtriers totalitaires.

A bon entendeur, salut.

Puissions-nous être à la hauteur de cette version ukrainienne de l’« héroïsme de la raison » dont le philosophe Edmund Husserl faisait le génie même du continent.

DERNIÈRES CONTRIBUTIONS DE Bernard HENRI-LÉVY

COMMENTAIRE(S)