Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Economie

La crise ukrainienne ne fait pas les affaires des oligarques russes

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 05/03/2014

Les portefeuilles des plus grandes fortunes russes et ukrainiennes ont perdu 12,8 milliards de dollars de valeur dans la journée du lundi 3 mars. Pour ces influents oligarques, la crise ukrainienne nuit aux affaires.

Le 3 mars 2014 restera pour les milliardaires russes et ukrainiens un bien mauvais souvenir. Au premier jour de cotation en bourse après un week-end marqué par la menace grandissante d’une action armée russe en Crimée, leur fortune a pris une sérieuse claque sur les marchés. Certes, le ton moins va-t-en guerre adopté dès le lendemain par Vladimir Poutine a depuis rassuré les places financières. Mais la débâcle boursière du début de semaine prouve que les “grandes fortunes russes ont le plus à perdre dans une éventuelle guerre en Ukraine”, rappelle la chaîne économique américaine Bloomberg.

Au total, ce sont près de 13 milliards de dollars perdus, lundi 3 mars, par les oligarques russes et ukrainiens présents sur la liste des 400 plus grosses fortunes mondiales de la liste Bloomberg. Une conséquence directe de la panique des investisseurs face à l’escalade militaire de la crise en Crimée qui ont vendu une partie de leurs avoirs russes par précaution. La bourse de Moscou a perdu 13 % en une journée. Elle a repris quelques couleurs le lendemain, mais sans parvenir à effacer toutes les pertes de ce lundi noir.

Une panique financière particulièrement violente pour Leonid Mikhelson, le PDG russe du géant gazier Novatek, et son acolyte Guennadi Timtchenko, milliardaire finlandais et actionnaire de référence de ce mastodonte du secteur de l’énergie. Leur portefeuille a perdu 3,2 milliards de dollars (2,33 milliards d’euros) avec la chute boursière de Novatek (-18 %).

Vladimir Lissine, le roi de l’acier russe, a également pris une sérieuse claque boursière. Son entreprise, Novolipetsk Steel, a perdu 7 % en bourse. La huitième fortune russe a, du coup, souffert d’une perte de 1,2 milliard de dollars (873 millions d’euros). D’autres, comme Vagit Alekperov, le patron du numéro 1 du pétrole russe Lukoil, ou Rinat Akhmetov, l’homme le plus riche d’Ukraine et président du club de football Shakhtar Donetsk, ont aussi vu leurs avoirs fondre de plusieurs centaines de millions de dollars.

LVMH aussi

Les pertes boursières des oligarques russes ou ukrainiens représentent près du tiers des 44 milliards de dollars (32 milliards d’euros) engloutis par la panique boursière à travers le monde lundi. Parmi les grandes fortunes occidentales, le Français Bernard Arnault a particulièrement souffert, rapporte Bloomberg. La valeur de son empire du luxe LVMH, “très prisé par les riches russes”, explique la chaîne américaine, a perdu près d’un milliard de dollars. Mais contrairement à ses homologues russes, LVMH est déjà presque revenu à son niveau de la fin de semaine dernière.

Les milliardaires qui ont construit leur fortune dans l’ombre du Kremlin risquent de souffrir financièrement “pendant encore plusieurs mois”, affirme au site économique BusinessWeek Lilit Gevorgyan, économiste au cabinet de conseil britannique IHS. Cette prédiction se fonde sur le précédent géorgien. La guerre éclair menée par la Russie en 2008 contre la Géorgie s’était déjà traduite par une fuite massive des capitaux ayant fait souffrir en bourse les grands groupes nationaux pendant des mois.

Les investisseurs étrangers avaient alors retiré plus de 290 milliards de dollars (211 milliards d’euros) de Russie, d’après une analyse de la banque française BNP Paribas. Cette fuite des capitaux avait fait perdre 230 milliards de dollars (167 milliards d’euros) aux 25 Russes les plus riches. Nul doute que ces influents hommes d’affaires n’ont aucune envie de revivre pareille mésaventure. D’autant que l’Ukraine est autrement plus importante que la Géorgie tant économiquement que stratégiquement. Les pertes risqueraient donc, en cas de conflit armé, d’être encore plus conséquentes.

Première publication : 05/03/2014

  • UKRAINE

    Vidéo : une journaliste de Russia Today dénonce l'intervention russe en Crimée

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Crise en Ukraine : Londres ne souhaiterait pas fermer la City aux capitaux russes

    En savoir plus

  • UKRAINE

    "Crash boursier" aux États-Unis, le grand bluff de Moscou

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)