Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Colorado : la ruée vers le cannabis

En savoir plus

MODE

Mode masculine hiver 2015 à Paris, les libertés d'expression triomphent

En savoir plus

FOCUS

Législatives en Grèce : un scrutin décisif

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Manchester City-Côte d'Ivoire au Mondial : Yaya Touré se confie à FRANCE 24

En savoir plus

#ActuElles

Sport : à quand la parité ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération des humanitaires à Bangui : Le chef anti-balaka Andilo ne sera pas relâché

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Abdallah, "grand défenseur des femmes" selon Christine Lagarde

En savoir plus

TECH 24

Alan Turing, le casseur de codes

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Lassana Bathily, un héros désormais français

En savoir plus

Afrique

Vidéo de Bouteflika : des médias algériens dénoncent un montage

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/03/2014

Dans un reportage de la télévision algérienne, le président Abdelaziz Bouteflika est apparu lundi en personne pour déposer sa candidature à l'élection présidentielle. Des médias accusent toutefois cette vidéo de n'être qu'un montage.

La télévision nationale algérienne (ENTV) est sous le feu des critiques depuis la diffusion, lundi 3 mars, des images du dépôt par Abdelaziz Bouteflika de sa candidature à la prochaine élection présidentielle. Le chef d'Etat y apparaît très brièvement, tandis que sa voix est à peine audible. Comme l'affirme le site d'informations Algérie Focus, cette vidéo n'est ni plus ni moins qu'un montage.

"Abdelaziz Bouteflika a parlé publiquement, à la télévision, dans un bureau du Conseil constitutionnel. Beaucoup d’efforts pour le président dit “muet” ou “caché”. Le président de la République est prêt pour un quatrième mandat et doit faire preuve de bonne volonté, même s’il s’agit d’à peine 15 secondes d’images filmées et montées", peut-on lire dans un article.

Selon Algérie Focus, le montage a été modifié pour "améliorer l'intervention du président de la République", âgé de 77 ans, qui souffre de graves problèmes de santé. Il s'agit en effet de ses premiers propos publics après son AVC du 27 avril 2013 qui l'a maintenu hospitalisé à Paris durant 80 jours, ce qui a suscité des interrogations sur sa capacité à continuer à diriger le pays. Le chef de l'État ne s'était pas exprimé depuis son discours de Setif en mai 2012. Il s'était contenté ensuite de faire quelques apparitions publiques.

Une vidéo critiquant le montage qui circule sur Internet

Relayée par la page Facebook de Radio Trottoir, un média satirique algérien, une vidéo déconstruit également plan par plan le reportage de la télévision nationale. D'après elle, la manipulation est évidente en raison d'une légère coupure du son lorsque Abdelaziz Bouteflika s'adresse à Mourad Medelci, le président du Conseil constitutionnel. Elle note également un changement de lumière selon les séquences.

Dans les commentaires de cette vidéo, les internautes sont partagés par rapport à ces soupçons de montage. Certains y voient clairement une manipulation : "Un geste répétitif sous plusieurs angles pour donner l'impression que la momie est active" ou encore "le montage y est. Si c'était le contraire, on aurait convié les autres médias et la presse à l'intérieur du Conseil constitutionnel ou au moins, Bouteflika se serait adressé aux médias à la sortie, comme les autres candidats". D'autres sont en revanche plus sceptiques. "L'éclairage, ça ne prouve rien. Quand le caméraman filme d'un autre angle, l'éclairage change et c'est tout à fait normal", note l'un d'entre eux. "Il est gravement malade. Il ne peut pas gérer notre Algérie, on le voit bien. Mais ce n'est pas un montage", affirme un autre lecteur sur la page de Radio Trottoir.

Première publication : 05/03/2014

  • ALGÉRIE

    Bouteflika : "Je suis venu déposer officiellement ma candidature"

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    Pour Bouteflika, la présidentielle sera “une fête pour l’Algérie”

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    Alger : la police réprime avec force une manifestation anti-Bouteflika

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)