Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Jean-Pierre Chevènement embourbé dans les gaffes

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libreville retient son souffle dans l'attente des résultats de la présidentielle

En savoir plus

LE DÉBAT

"Islam de France" : l'équation à résoudre du gouvernement.

En savoir plus

LE DÉBAT

"Islam de France" : l'équation à résoudre du gouvernement.

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Puppa Lek Sen, héritier du reggae africain

En savoir plus

FOCUS

Proche-Orient : l’essor du tourisme politique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Tensions entre Grecs et réfugiés sur l’île de Chios

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le plan pour l'islam de France

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

États-Unis : Yellen promet une hausse progressive des taux, les marchés réagissent

En savoir plus

FRANCE

Soixante-quatre communes sans candidat aux municipales

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/03/2014

À la clôture du dépôt des candidatures, jeudi à 18 heures, 64 communes n'avaient toujours pas de postulant au premier tour des élections municipales, prévues les 23 et 30 mars prochains.

Il est désormais trop tard pour déposer sa candidature aux élections municipales. Et dans 64 communes françaises, aucun postulant ne s'est présenté. Ils avaient jusqu'à jeudi 6 mars à 18h00 pour déposer leurs candidatures pour ce premier scrutin intermédiaire depuis l'élection de François Hollande, qui doivent se tenir les 23 et 30 mars prochain.

Selon le ministère de l'Intérieur, 21 186 listes ont été enregistrées dans les 9 734 communes de plus de mille habitants, en progression par rapport à 2008. Une seule commune de plus de 1 000 habitants, Gironde-sur-Dropt (Gironde), se retrouve sans liste et 63 communes de moins de mille habitants n'ont aucun candidat, soit 0,24 % des municipalités françaises.

"Mais le deuxième tour peut permetre d'enregistrer des candidatures nouvelles", souligne le ministère de l'Intérieur.

À cette situation, plusieurs raisons possibles. Le scrutin de listes et l'obligation de parité limités précédemment aux villes de plus de 3 500 habitants ont été étendus pour ces élections aux villes de plus de 1 000 habitants. Par ailleurs, pour ce scrutin, tous les candidats, quelle que soit la taille de leur commune, étaient obligés de déclarer leur candidature, ce qui n'était pas le cas avant et cela a pu compliquer la tâche pour les toutes petites communes.

Si toutefois personne ne se déclare candidat pour le second tour dans une municipalité, le préfet donnera une délégation spéciale à trois électeurs qui assureront l'intérim durant trois mois, avant l'organisation de nouvelles élections. S'il y avait à nouveau pénurie de candidats la commune serait dissoute et fusionnée avec une autre.

Avec AFP

Première publication : 06/03/2014

  • FRANCE

    L'UMP suspend 16 dissidents pour les municipales à Paris

    En savoir plus

  • MUNICIPALES 2014

    Nathalie Kosciusko-Morizet dévoile ses candidats pour la mairie de Paris

    En savoir plus

  • FRANCE

    Université d’été : le Front national se prépare à peser aux municipales

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)