Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Contrats de travail : vers plus de flexibilité ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Violences gynécologiques, la lutte prend corps"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tweets, retweets et détweets

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : un deuil national de trois jours et de nombreuses questions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le combat des esclaves sexuelles sud-coréennes continue"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

États-Unis : vers une guerre commerciale avec la Chine ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'Inde, 70 ans et toujours jeune"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : au moins 18 morts dans l’attentat de Ouagadougou

En savoir plus

Afrique

Tunis annonce la levée de l'état d'urgence, instauré il y a trois ans

© AFP / Moncef Marzouki

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/03/2014

Avec près de quatre mois d’avance sur le calendrier fixé, la présidence tunisienne a annoncé la levée de l’état d’urgence dans le pays. Une première depuis la révolution de janvier 2011 qui avait provoqué la fuite de l'ex-président Ben Ali.

Un communiqué de la présidence tunisienne, publié jeudi 6 mars, a annoncé la levée de l'état d'urgence en vigueur en Tunisie depuis la révolution de janvier 2011. Cette annonce était initialement prévue pour la fin du mois de juin 2014.

"Le président de la République et commandant en chef des forces armées Moncef Marzouki a promulgué un décret ordonnant la levée de l'état d'urgence sur tout le territoire tunisien à partir du mercredi 5 mars 2014", précise le document.

En novembre 2013, le président Marzouki avait annoncé le prolongement de cette mesure d'exception de huit mois, jusqu'à fin juin 2014.

"La levée de l'état d'urgence ne limite pas les capacités des services de sécurité chargés d'appliquer la loi et n'empêche pas de demander l'appui des forces militaires en cas de besoin", poursuit la présidence.

Une année 2013 ensanglantée

Elle "n'introduit pas de modification dans l'application des lois et des mesures en place dans le pays, y compris celles concernant les zones d'opérations militaires et les zones frontalières tampon", explique-t-elle, dans une référence aux zones militaires spéciales mises en place en 2013, notamment aux frontières avec l'Algérie et la Libye, où des groupes armés liés à la mouvance djihadiste sont actifs selon les autorités.

La Tunisie a connu une année 2013 mouvementée, marquée par l'assassinat de deux opposants de gauche, la mort d'une vingtaine de militaires et de gendarmes dans des heurts avec des groupes djihadistes et une paralysie institutionnelle de plusieurs mois.

Entré en vigueur en janvier 2011, tout de suite après la fuite du président déchu Zine El Abidine Ben Ali, l'état d'urgence a sans cesse été prolongé depuis.

Cette mesure d’urgence permettait notamment à la police et à l’armée de bénéficier de pouvoirs étendus. C’est dans ce cadre que des unités militaires peuvent ainsi garder les bâtiments stratégiques mais aussi des lieux publics, à l’image des centres commerciaux.

Avec AFP
 

Première publication : 06/03/2014

  • TUNISIE

    Jomaâ appelle les Tunisiens à faire des "sacrifices" pour redresser l'économie

    En savoir plus

  • MUSIQUE

    Le rappeur Weld el 15 : "La Tunisie est dans la merde"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)