Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 policiers poursuivis pour homicide involontaire: les habitants de Baltimore exultent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : A la rencontre de l'homme qui a recueilli les témoignages

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Viols présumés en Centrafrique : des zones d'ombre dans l'affaire

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Séisme au Népal : l'aide humanitaire internationale pressée par le temps

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centrafrique : des soldats français soupçonnés de viols sur des enfants

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : une enquête s'est ouverte à Bangui

En savoir plus

FOCUS

Liban : la prison de Roumieh, un fief pour les jihadistes de l'EI

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"En France, les PME ont du mal à grandir"

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Le pain, une tradition française

En savoir plus

Moyen-Orient

Damas ne détruira pas ses sites d'armes chimiques à temps

© Capture d'écran de la télévision syrienne

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/03/2014

La Syrie a pris du retard dans la destruction de ses sites de production d'armes chimiques, a annoncé jeudi une source à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). La date butoir était fixée au 15 mars.

Déjà en retard fin décembre dans la destruction de ses armes chimiques, la Syrie ne pourra pas non plus respecter la date du 15 mars pour la destruction de l'ensemble de ses sites de production, a indiqué, jeudi 6 mars, une source au sein de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), citée par l'agence Reuters.

Damas, qui a déclaré l'existence de 12 sites de production de ce type d'armes à l'OIAC, avait jusqu'au 15 mars pour procéder à leur démantèlement dans le cadre d'un accord conclu sous l'égide des États-Unis et de la Russie.

Anticipant ce retard, Sigrid Kaag, coordinatrice de la mission chargée de superviser ce processus.avait toutefois estimé, lors d'une conférence de presse du mercredi 5 mars, que le mois de mars serait déterminant pour que la Syrie respecte le calendrier de destruction de son arsenal chimique.

Sigrid Kaag s'adressait aux journalistes après avoir rendu compte à huis clos au Conseil de sécurité de l'ONU des progrès du désarmement chimique en Syrie. Celui-ci est mené par une mission conjointe de l'Organisation pour les armes chimiques (OIAC) et de l'ONU aux termes d'une résolution du Conseil.

Elle a souligné que le gouvernement syrien avait récemment "accéléré et intensifié ses efforts" et s'est aussi félicité de "l'unité et de la détermination", manifestée mercredi, par le Conseil de sécurité sur ce dossier.

D'ici au 30 juin

Selon le calendrier fixé par l'ONU à la suite d'un accord russo-américain, les armes chimiques syriennes doivent être complètement détruites au 30 juin. Mais la Syrie a déjà manqué plusieurs dates intermédiaires pour l'évacuation ou la destruction de son arsenal chimique.

Après avoir indiqué récemment vouloir terminer l'évacuation pour la fin mai, la Syrie a proposé une nouvelle feuille de route qui prévoit une évacuation pour la fin avril. Damas a de plus détruit sur son territoire 93 % de son stock d'isopropanol, qui est nécessaire à la production du neurotoxique sarin.

Le 6 février, le Conseil de sécurité avait adressé un avertissement au régime syrien, lui demandant de "respecter ses obligations" et d'accélérer le transport hors de Syrie de ses armes chimiques.

Avec Reuters

Première publication : 06/03/2014

  • ARSENAL SYRIEN

    Londres charge Veolia de détruire des produits chimiques syriens

    En savoir plus

  • SYRIE

    "Il sera très compliqué de détruire l'arsenal chimique syrien en peu de temps"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Malgré la guerre, Damas prépare la réélection de Bachar al-Assad

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)