Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

EUROPE

Reportage : une base antiaérienne de Crimée contrôlée par les Russes

© FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/03/2014

Reportage dans la base antiaérienne de Yevpatoria, en Crimée, où des troupes russes ont pris le contrôle des batteries antiaériennes et désarmé les soldats ukrainiens.

Jour après jour, l’armée ukrainienne perd de son influence en Crimée, où 16 000 soldats russes seraient déployés. Dans la base antiaérienne de Yevpatoria, au bord de la Mer noire, les soldats russes sont comme chez eux, ont pu constater Roméo Langlois et Abdallah Malkawi, envoyés spéciaux de FRANCE 24 dans la péninsule du sud de l’Ukraine.

Sans tirer une seule balle, les soldats russes ont pris le contrôle des missiles sol-air. Leur puissance de feu n’a guère laissé le choix aux soldats ukrainiens qui, désarmés, jouent désormais les portiers. "Comment ne serions-nous pas dégoûtés ? Bien sûr que nous nous sentons mal", reconnaît un soldat ukrainien.

Pour sauver la face, les Ukrainiens ont conclu un pacte avec l’occupant. "Notre commandant a trouvé un arrangement : nous sécurisons les batteries antiaériennes de concert avec les Russes. En contrepartie, nous avons accepté de mettre nos armes au placard", explique un sous-commandant.

Devant la base occupée, les habitants sont divisés. "Vive les Russes, vive nos sauveurs ! Les fascistes arrivent ! Nous risquons de mourir", s’époumone une femme. Un homme lui fait face : "Nous on est d'ici. Moi je suis policier, mais mon service militaire, je l'ai fait dans cette base. J'ai honte de voir ça. Honte !" Et pourtant, inexorablement, l'annexion de la Crimée suit son cours.

Première publication : 06/03/2014

  • UKRAINE

    L'armée ukrainienne prête à agir en cas d'escalade dans l'intervention russe

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Le Parlement de Crimée veut le rattachement à la Russie, réferendum le 16 mars

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Vidéo : les cosaques de Crimée prêts à mourir pour "la mère patrie"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)