Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Cannabis : un marché florissant

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique : Julie Zenatti de retour avec "Blanc"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Naufrages en Méditerranée : l'UE réagit au drame des migrants

En savoir plus

FOCUS

Hacking et cybersécurité : la France face au terrorisme connecté

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Louis Michel : "Certains pays européens refusent de prendre leur part de réfugiés"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Naufrages en Méditerranée : la politique migratoire à 28 attendra

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Prime d'activité : le plan de François Hollande pour la jeunesse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Séisme : "Le Népal dévasté"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Népal : "Le toit du monde s'est écroulé"

En savoir plus

EUROPE

Vidéo : le village de Furmanovka, reflet d'une Crimée multiethnique

© France 24

Vidéo par Robert PARSONS , Johan BODIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/03/2014

Reportage à Furmanovka, petit village symbole de la diversité ethnique en Crimée, où les habitants russes, ukrainiens ou tatars s’efforcent de maintenir de bonnes relations, malgré leurs divergences.

Ce n’est qu’un petit village mais à lui tout seul, Furmanovka incarne cette mosaïque ethnique qu’est la Crimée : Ukrainiens, Russes, Tatars… ils vivent côte à côte, sont voisins, parfois amis depuis des décennies. Mais tous ont une vision de la Crimée déterminée par leur nationalité. Les envoyés spéciaux de FRANCE 24 sont allés à leur rencontre.

Le village de Furmanovka se trouve à mi-chemin en Sébastopol et Simféropol, en Crimée

View Larger Map

"C'est comme si les observateurs de Poutine ne l'avaient pas renseigné sur ce qui se passe ici... J'habite la Crimée depuis 20 ans et je peux vous dire que personne n'a jamais réprimé le peuple russe", affirme Khalid Emirovich. Ce Tatar de Crimée, qui a été déporté durant l’ère soviétique, ne comprend pas pourquoi les militaires sont présents aux alentours.

“Pour moi, c’est d’abord la Russie”

Pour un habitant russe du village, entretenir des liens avec ses voisins est essentiel. Mais ces jours-ci, la situation n’est pas aisée, notamment avec l’un de ses voisins, russe lui aussi. Ensemble, ils ont convenu de ne pas hausser le ton devant les enfants.

"Pour moi, c'était d'abord la Russie et puis aprés l'Ukraine… alors bien sûr que la Crimée pourrait faire partie de la Russie", estime cet homme.

"De telles dissensions entre voisins sont légion dans les villages criméens. Heureusement, dans la campagne, on s’est toujours épaulés par-delà les communautés afin de maintenir les fragiles équilibres. Mais jusqu’à quand ?"

Première publication : 06/03/2014

  • UKRAINE

    Vidéo : les cosaques de Crimée prêts à mourir pour "la mère patrie"

    En savoir plus

  • CRISE EN UKRAINE

    Ukraine : les grandes manœuvres diplomatiques vont se poursuivre

    En savoir plus

  • RUSSIE

    La crise ukrainienne ne fait pas les affaires des oligarques russes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)