Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le défenseur des droits de l'homme burundais Pierre-Claver Mbonimpa blessé par balles

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi: le spectre de l'escalade

En savoir plus

DÉBAT

John Kerry au Moyen-Orient : comment rassurer les pays du Golfe ?

En savoir plus

DÉBAT

Raids turcs en Irak et en Syrie : l'offensive contre l'EI et le PKK s'intensifie (Partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La Seine : le XXIème arrondissement de Paris

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Le yoga, nouvelle arme d'influence

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

PKK, organisation de l’État islamique : le double jeu d’Erdogan

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Grèce : la bourse d'Athènes rouvre dans le rouge après 5 semaines de fermeture

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Nucléaire iranien : John Kerry tente de rassurer les monarchies du Golfe

En savoir plus

Economie

Un défaut de paiement sans précédent secoue la Chine

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 07/03/2014

Pour la première fois, Pékin a laissé une entreprise faire défaut à l’égard de créanciers chinois. Le régime espère que les investisseurs placeront dorénavant leur argent avec plus de discernement.

Personne ou presque ne connaissait la société Chaori Solar Energy Science & Technology jusqu’à présent. Mais cette entreprise chinoise du secteur photovoltaïque est entrée, vendredi 7 mars, dans l’histoire de son pays. Elle est devenue la première société cotée à faire défaut auprès de ses créanciers chinois.

Elle a été incapable de rembourser l’intégralité des 89,9 millions de yuans (10,5 millions d’euros) d’intérêts sur un prêt d’un milliard de yuan (110 millions d’euros), contracté en 2012. Surtout, le gouvernement a permis à Chaori Solar de faire défaut. Shanghaï, où se trouve le siège social de l’entreprise, ne lui est pas venu en aide et aucune banque n’a sorti son carnet de chèques à la dernière minute pour renflouer les caisses de la société.

Jusqu’à présent, Pékin avait seulement laissé faire faillite des entreprises chinoises cotées à l’étranger, comme Suntech en mars 2013. La chute de ce géant des panneaux solaires avait essentiellement coûté de l’argent à des investisseurs américains.

Le défaut de paiement de Chaori Solar heurte, quant à lui, le portefeuille des Chinois. Une situation qui semblait impossible depuis les débuts de la Bourse en Chine dans les années 1990. La Banque centrale chinoise avait même imposé, en 1997, aux gouvernements régionaux de soutenir financièrement à tout prix les entreprises dans lesquelles elles avaient investi.

Le destin de Chaori Solar marque, pour de nombreux observateurs de l’économie chinoise, un tournant. “Le gouvernement sonne la fin du grand n’importe quoi”, résume Jean-François Dufour, président du cabinet d’étude DCA Chine-Analyse. Depuis plus de cinq ans, Pékin incitait ses ressortissants à placer leur épargne dans le secteur privé, afin de soutenir la croissance des entreprises. Des placements considérés comme sûrs à 100 % : en cas de pépin, le gouvernement volait systématiquement, en sous-main, au secours des investisseurs qui risquaient de perdre leur mise.

Candidat idéal à la faillite

Résultat : “L’économie chinoise est dans un état de surfinancement et de surcapacité de production”, remarque Jean-François Dufour. Les secteurs de la sidérurgie, du charbon et des équipements photovoltaïques sont particulièrement touchés, rappelle ce spécialiste de la Chine, avec des entreprises qui se lancent simplement parce que leurs dirigeants savaient que le financement ne poserait pas problème.

Il y aurait également, d’après une note de la banque Barclays, la nécessité de corriger “l’aléa moral qui fausse le bon fonctionnement du marché chinois”. En clair, les investisseurs ne réfléchissent pas à leur placement car ils savent qu’ils ne courent aucun risque financier.

Mais le défaut de paiement de Chaori Solar ne signifie pas que le marché chinois des actions et obligations échappera totalement au dirigisme de Pékin. Pour Jean-François Dufour, Chaori Solar était un candidat idéal au défaut de paiement. Les montants en jeu sont peu importants et la société était dans un secteur, le photovoltaïque, qui a besoin d’être consolidé.

Les autorités continueront, en revanche, à assurer les arrières des groupes lorsque les montants en jeu seront plus conséquents ou que l’entreprise en péril évoluera dans un secteur considéré comme stratégique, juge Jean-François Dufour. “En janvier 2014 encore, un fonds d’investissement sur le point de faire défaut sur des prêts de 400 millions de dollars (288 millions d’euros) a été sauvé à la dernière seconde par un financement d’origine inconnue mais qu’on soupçonne de venir des autorités publiques”, rappelle cet économiste.

L’épisode Chaori Solar marque certes la fin de l’ère du “zéro risque” pour les investisseurs, mais pour les petites start-up, c’est probablement une mauvaise nouvelle. “On peut penser que l’épargne va dorénavant se porter en priorité sur des grands groupes ou des secteurs stratégiques”, souligne Jean-François Dufour.

Première publication : 07/03/2014

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    PSA-Dongfeng : un rapprochement gagnant-gagnant ?

    En savoir plus

  • CHINE

    Pékin reconnaît le "rôle décisif de l'économie de marché"

    En savoir plus

  • ÉCONOMIE

    Parti communiste chinois : réunion au sommet pour fixer le cap des dix ans à venir

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)