Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

La loi Macron dans l'étau des divisions de la gauche ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Billet Retour à Phnom Penh

En savoir plus

DÉBAT

Rapprochement États-Unis - Cuba : la fin du castrisme ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie : il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ébossé : une contre-autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Hacking de Sony Pictures : la victoire de Pyongyang

En savoir plus

Nos reporters retournent dans les pays qui ont marqué l’actualité. Comment vit-on dans les villes traumatisées par une guerre, une catastrophe naturelle ou un désastre industriel ?... Un dimanche sur deux, à 20h40.

BILLET RETOUR

BILLET RETOUR

Dernière modification : 25/04/2014

Huit ans après Katrina, la Nouvelle-Orléans panse toujours ses plaies

Le 29 août 2005, l'ouragan Katrina plonge la Louisiane, notamment La Nouvelle-Orléans, dans la désolation. Aujourd’hui, la ville continue de panser ses plaies alors que la menace d’une nouvelle catastrophe est dans tous les esprits.

Plus de huit ans ont passé depuis Katrina. Pourtant, à La Nouvelle-Orléans, le quartier du Ninth Ward a toujours des airs de terrain vague, même si les propriétaires de chaque lot sont censés débroussailler leur parcelle une fois par an pour éviter que la zone ne se transforme en forêt vierge... Ce qui fut jadis un quartier vivant de la Nouvelle-Orléans n'est quasiment plus qu'un désert végétal. Dans quelques rues, l'asphalte a été refait et de nouvelles maisons sont sorties de terre, perchées sur de hauts piliers de béton. Il faut se rendre à l'évidence : Katrina a frappé la Louisiane le 29 aout 2005, mais plus de huit ans après, les cicatrices sont encore présentes.

La Fema, l'organisme fédéral américain qui organise la réponse aux catastrophes naturelles, qualifie encore aujourd'hui Katrina de "catastrophe naturelle unique la plus dévastatrice de l'histoire des États-Unis". À force de les répéter ces mots n'ont plus de sens. Mais quelques chiffres permettent de les ancrer dans la réalité : lorsque les digues se sont rompues, 80 % de la ville s'est retrouvée sous les eaux. Le décompte officiel des victimes de Katrina : 1836 personnes ont trouvé la mort, la très grande majorité d'entre eux à la Nouvelle-Orléans.

Protéger la ville parfaitement est "quasiment impossible"

Avec le recul, ces chiffres gagnent en perspective. Les recensements avant et après la catastrophe montrent l'impact gigantesque de Katrina sur la population. En 2006, soit un an après, la population totale de la ville était deux fois moindre qu'en 2 000. Il y a eu les morts, mais le gros des pertes vient de tous ceux qui ont dû être déplacés, souvent hors de Louisiane. Tous ceux qui ont fui la ville ne sont pas encore revenus.

"On sent que la situation s'est améliorée, d'après ce qui a été fait, en tout cas pour protéger la ville d'un autre Katrina ou de quelque chose de moins violent", explique Robert Ricks, ingénieur météo à la Nouvelle-Orléans. Ricks connait bien la vulnérabilité de la ville face aux coups de force de la nature. Ce 29 août 2005, c'est lui qui a publié le bulletin d'alerte, repris sur toutes les radios et télévisions. Les mots étaient répétés en boucle sur toutes les ondes de la région: "La plupart de la zone sera inhabitable pour plusieurs semaines, peut-être plus longtemps. Des débris portés par les vents seront dispersés, pouvant inclure des objets lourds comme des ustensiles électroménager ou même des véhicules légers. Les restrictions d'eau rendront les conditions de vies difficilement supportables au regard des critères contemporains".

Bien sûr, de nombreux progrès ont été faits : à coups de millions de dollars, de nouvelles digues ont été construites, plus épaisses et plus hautes, et de nouvelles pompes ont été installées. Le grand hôpital du centre ville, détruit puis abandonné, a été remplacé par un nouveau projet, l'University Medical Center, dont la construction, pour 1,2 milliard de dollars, s'achève.

Mais tous les travaux du monde ne changeront pas la donne fondamentale de la Nouvelle-Orléans. La ville est en grande partie construite sous le niveau de la mer. "On sent que la ville sera quand même vulnérable en cas de menace de catégorie 4 ou 5", explique Robert Ricks, avant de préciser : "Il y a un facteur coût insolvable : protéger la ville parfaitement est finalement quasiment impossible".

Par Stanislas DE SAINT HIPPOLYTE , Philip CROWTHER

COMMENTAIRE(S)

Les archives

26/09/2014 Cambodge

Billet Retour à Phnom Penh

De 1975 à 1979, tout un peuple a été contraint aux travaux forcés par ses dirigeants. Massacres, exécutions, persécutions… les Cambodgiens ont vécu le troisième génocide du XXe...

En savoir plus

21/11/2014 Liban

Liban : Beyrouth, entre souvenir et amnésie

Au Liban, le sujet de la guerre civile (1975-1990) reste encore tabou à Beyrouth, 25 ans après la fin du conflit. Nos reporters sont retournés dans la capitale libanaise, à la...

En savoir plus

07/11/2014 Inde

Inde : Bhopal, dans l'ombre de la catastrophe industrielle

Dans la nuit du 2 au 3 décembre 1984, l'explosion d'une usine de produits chimiques à Bhopal, dans le nord de l'Inde, provoque la mort de milliers de personnes.

En savoir plus

24/10/2014 Norvège

Norvège : vivre après le massacre d’Utoya

Le 22 juillet 2011, la Norvège est sous le choc : un tireur fou vient d'abattre 69 personnes, et d'en blesser une centaine d'autres, sur la petite île norvégienne d’Utoya, qui...

En savoir plus

10/10/2014 Irlande

Belfast, les "Troubles" en héritage

Quinze ans après la signature d'un accord de paix, la capitale nord-irlandaise a connu une profonde mutation, mais les divisions persistent entre communautés catholique et...

En savoir plus