Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Afrique

RD Congo : Katanga reconnu coupable de complicité de crimes contre l'humanité

© AFP / Germain Katanga (à droite)

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/03/2014

La Cour pénale internationale a reconnu coupable de complicité de crimes contre l'humanité l'ancien milicien congolais Germain Katanga. Il était poursuivi pour l'attaque en 2003 du village de Bogoro, dans l'est de la RDC.

Celui que l'on surnomme le "lion" de l’Ituri a été reconnu coupable, vendredi 7 mars, de complicité de crimes contre l'humanité par la Cour pénale internationale. Germain Katanga, un ex-chef de milice congolais, était accusé d'avoir réduit à néant un village de l'Ituri, région de l'est de la République démocratique du Congo en proie à des conflits interethniques depuis quinze ans.

"La chambre à la majorité déclare Germain Katanga coupable [...] de complicité des crimes commis le 24 février 2003", a déclaré le juge Bruno Cotte, soulignant que Germain Katanga avait été déclaré innocent d'avoir utilisé des enfants soldats ou d'avoir utilisé le viol comme une arme de guerre.

L'accusation désirait que l'ancien milicien de 35 ans soit condamné en tant que "co-auteur direct" de ces crimes mais les juges ont estimé qu'il n'y avait pas de preuves suffisantes pour décider que Germain Katanga était effectivement en charge de l'attaque contre le village de Bogoro.

L'ex-milicien a cependant eu un rôle "significatif" en fournissant des armes : "sans cet important apport d'armes à l'échelle de la communauté Ngiti, les commandants et combattants de la collectivité n'auraient pas disposé des même atouts ni n'auraient pu commettre avec autant d'efficacité les crimes commis à Bogoro", a assuré le juge.

Germain Katanga était le commandant des Forces de résistances patriotiques en Ituri, une milice dont de nombreux membres, des ethnies Lendu et Ngiti, sont soupçonnés d'avoir participé à des massacres à caractère ethnique dirigés contre les Hema.

Kantanga et Ngudjolo Chui accusés de 200 meurtres

Le procès de Katanga s'est tenu en concomitance avec celui de son ancien co-accusé, Mathieu Ngudjolo Chui, acquitté en décembre 2012, pour faute de preuves suffisantes. Selon l'accusation, les troupes de Germain Katanga et celles de Mathieu Ngudjolo Chui, auraient lancé l'attaque au petit matin et pillé, violé les femmes et tué 200 personnes environ. Certaines victimes ont été brûlées vives.

Les affrontements interethniques entre milices qui se disputent les terres de l'Ituri, riche en ressources naturelles, dont l'or, le pétrole ou les diamants, ont débuté en 1999. Selon l'accusation, les combats ont "dévasté" la zone. Quant aux victimes des violences, elles sont estimées à plus de 60 000 selon les ONG.

Des hauts responsables épargnés 

Selon le bureau du procureur, l'attaque du 24 février 2003 ne visait pas uniquement le camp militaire mais également la population civile du village. Le but était de prendre le contrôle de la route voisine "pour faciliter l'acheminement de marchandises".

"Avec Lubanga, la CPI a établi une responsabilité dans le camp Hema, et je pense que beaucoup en Ituri attendent que la CPI dise qui était responsable dans l'autre camp", avait assuré à l'AFP Géraldine Mattioli-Zeltner, de l'ONG Human Rights Watch (HRW), avant l'énoncé du verdict.

HRW a regretté toutefois que l'enquête du procureur de la CPI ne vise pas des plus hauts responsables que Katanga, "ceux qui ont financé et donné les ordres pour que les crimes soient commis".

Avec AFP

Première publication : 07/03/2014

  • RD CONGO

    Le chef de guerre Mathieu Ngudjolo Chui acquitté par la CPI

    En savoir plus

  • JUSTICE INTERNATIONALE

    La CPI condamne le Congolais Thomas Lubanga à 14 ans de prison

    En savoir plus

  • JUSTICE INTERNATIONALE

    Le procureur de la CPI veut demander une peine "proche du maximum" contre Thomas Lubanga

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)