Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

EUROPE

Moscou menace Washington mais ne veut pas de "Guerre froide"

© AFP | Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/03/2014

Irrité par les sanctions des Occidentaux, le Kremlin a menacé des conséquences néfastes que pourraient avoir ces mesures, notamment en matière énergétique. Moscou a toutefois assuré qu'il ne souhaitait pas de "Guerre froide".

La Russie continue de souffler le chaud et le froid sur la crise ukrainienne. Se voulant rassurant, le Kremlin a fait savoir, vendredi 7 mars, que Moscou ne souhaitait pas "une nouvelle Guerre froide", après les tensions exacerbées avec l'Occident à la suite de la demande de la péninsule ukrainienne pro-russe de Crimée d'être rattachée à la Russie.

"On voudrait l'éviter, j'espère qu'elle n'a pas encore commencé et qu'elle ne commencera pas", a ainsi déclaré Dimitri Peskov, le porte-parole du président russe Vladimir Poutine. En dépit des "profondes divergences de vue entre la Russie, les pays européens et les États-Unis, il reste un espoir que le dialogue permettra de trouver des points d'accord", a-t-il ajouté.

Menace énergétique

Ces déclarations interviennent après la menace de la Russie d'avoir recours à la carte énergétique, après qu'elle a été visée par des sanctions économiques et diplomatiques de la part des États-Unis et de l'Union européenne. Ces derniers dénoncent "l'agression" des forces russes, qui ont pris de facto le contrôle de la Crimée.

Le géant public russe Gazprom a, ainsi, mis en garde Kiev, vendredi, contre une interruption de ses exportations de gaz si le nouveau pouvoir ne s'acquittait pas au plus vite de sa dette de près de deux milliards de dollars.

"Effet de boomerang"

Un peu plus tôt dans la journée de vendredi, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a adressé une ferme mise en garde à Washington. Il a prévenu son homologue américain John Kerry qu'une action précipitée ou l'imposition de sanctions pourrait être susceptible de nuire aux relations russo-américaines. Il a lancé son avertissement lors d'une conversation téléphonique avec le chef de la diplomatie américaine.

Au cours de cet entretien, les deux ministres ont poursuivi les discussions qu'ils ont eues à Paris et à Rome et qui n'ont pas permis de surmonter leurs divergences concernant la crise ukrainienne.

"M. Lavrov a mis en garde contre des initiatives hâtives et irréfléchies susceptibles de porter préjudice aux relations russo-américaines, et notamment contre des sanctions qui auront inévitablement un effet de boomerang sur les États-Unis eux-mêmes", a indiqué le ministère dans un communiqué diffusé sur son site Internet.

Les deux chefs de la diplomatie ont décidé de "continuer à étudier les problèmes relatifs à la crise politique aiguë" en Ukraine, selon le communiqué.

Avec AFP 

Première publication : 07/03/2014

  • UKRAINE

    Poutine "ne peut rester sourd aux appels à l’aide en Ukraine"

    En savoir plus

  • UKRAINE

    L'armée ukrainienne prête à agir en cas d'escalade dans l'intervention russe

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Le Parlement de Crimée veut le rattachement à la Russie, réferendum le 16 mars

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)