Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

FRANCE

Nicolas Sarkozy : "parrain" ou "homme à abattre" ?

© AFP

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/03/2014

Le sort de Nicolas Sarkozy, mis sur écoute dans le cadre d’une enquête judiciaire sur le financement de sa campagne de 2007, divise les éditorialistes français. L’ex-président est tantôt vu comme un "parrain", tantôt comme la victime d’une "traque".

Après la révélation, vendredi par "Le Monde", de la mise sur écoute judiciaire de Nicolas Sarkozy, l’ancien président est au cœur des médias samedi 8 mars, tantôt vilipendé pour son attitude de chef de clan, tantôt victimisé.

Pour "Libération", qui consacre sa une à l'affaire en usant du titre évocateur "Le parrain", ces récentes révélations donnent à voir Nicolas Sarkozy les traits d’un chef de la mafia.

"Nicolas Sarkozy a toujours méprisé la justice, celle qui ne servait pas ses intérêts ou qu'il ne pouvait pas instrumentaliser", détaille, dans les colonnes du journal, Eric Decouty. "Ce n'était pas un clan mais une clique qui était au pouvoir à l'Élysée. Des affidés, méprisant les institutions, plus influents et plus puissants que les ministres et qui, pour la plupart, tiraient leur légitimité non pas des urnes mais du seul bon vouloir de leur parrain".

"Acharnement politico-judiciaire"

Dans les colonnes de "Sud-Ouest", Yves Harté emploie la même rhétorique, estimant que "de quelque manière que l'on secoue le vieux sac d'un quinquennat calamiteux du point de vue de l'État de droit, les mêmes noms ressortent dans un dramatique bonneteau : Guéant, Hortefeux, Buisson, Pérol".

S'exprimant dans "La Charente Libre", le journaliste Dominique Garraud rappelle, quant à lui, l'animosité notoire entre les magistrats et Nicolas Sarkozy. Et de commenter : "Il flotte incontestablement un parfum de revanche et un zèle de nature à alimenter les accusations d'acharnement politico-judiciaire lancées par ses amis."

Ces accusations d’acharnement n’ont d’ailleurs pas tardé à voir le jour. En effet, l'enquête, diligentée par les deux juges Serge Tournaire et René Grouman, qui a mené à la mise sur écoute de l'ex-président est perçue, par certains, comme "une traque".

"L’homme à abattre"

Selon Yves Thréard, éditorialiste du "Figaro", Nicolas Sarkozy est de fait considéré par ses détracteurs comme "l'homme à abattre". "Aux yeux de François Hollande, c'est l'ennemi public numéro un […]. Face à pareil acharnement, on finit, avec raison, par voir la manœuvre politique partout. Celle d'un pouvoir affaibli qui vient de créer un nouveau parquet financier dont le premier dossier, comme par hasard, concerne Nicolas Sarkozy", écrit-il.

Dans "Le Télégramme", Hubert Coudurier voit "un homme traqué" tout en soulignant que l'on "connaît les rapports tumultueux avec l'institution judiciaire" entretenus par l'ex-président.

Une conversation téléphonique entre Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog est à l’origine de l’ouverture d’une information judiciaire pour violation du secret de l'instruction et trafic d'influence. Lors de cet échange, les deux hommes évoquent un haut magistrat du parquet général de la Cour de cassation, Gilbert Azibert, envisageant de le solliciter pour se renseigner sur une procédure en cours en lien avec l'affaire Bettencourt.

Avec AFP

Première publication : 08/03/2014

  • FRANCE

    Placé sur écoute, Nicolas Sarkozy au cœur d'une nouvelle affaire

    En savoir plus

  • FRANCE

    Affaire Bettencourt : Sarkozy libéré de son principal boulet judiciaire

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Affaire Bettencourt : Nicolas Sarkozy et Eric Woerth se pourvoient en cassation

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)