Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

Afrique

Vidéo : deux générations de militantes se rencontrent au Maroc

© FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/03/2014

Deux générations de militantes se sont rencontrées à Rabat, au Maroc. Elles souhaiteraient voir évoluer le rôle des femmes au sein de la cellule familiale. Elles tentent ainsi de les aider à s’émanciper et à se faire entendre.

En 2004, des femmes battaient le pavé marocain pour demander la réforme du Code de la famille. Dix ans plus tard, leur combat est loin d’être achevé. Une nouvelle génération, née du Mouvement du 20 février, une contestation au Maroc inspirée par le printemps arabe, se bat pour le droit à l’avortement et pour que les femmes célibataires ne soient plus considérées comme des prostituées. À Rabat, ces deux générations de militantes se sont rencontrées sous l’œil de FRANCE 24.

Fedwa Misk est la fondatrice de Qandisha, un webmagazine consacré aux femmes. Elle est l’un des nouveaux visages du féminisme marocain. "La femme marocaine n’est pas une femme soumise, contrairement à ce qu’on croit. La femme marocaine, c’est quelqu’un qui se bat au quotidien, pour la nourriture de ses enfants, pour la scolarité, pour le travail. Sauf que dans les médias, elle est sans voix".

Question d'éducation

Khadija Ryadi milite au sein de l’Association marocaine pour les Droits humains (AMDH) et est lauréate du prix des droits de l’Homme des Nations Unies 2013. Elle manifestait dès 2004 pour réclamer la réforme de la Moudawana, le Code de la famille. Selon elle, les combats restent légion : "La polygamie est toujours là ; l’âge du mariage : 18 ans pour les femmes mais avec des exceptions nombreuses accordées par le juge. C’est toujours l’homme qui est tuteur des enfants, même si c’est la mère qui en a la garde", énumère-t-elle.

Aujourd’hui, estime Fedwa Misk, d’autres batailles s’ajoutent à cette liste : "Pour ma génération, il y a d’autres préoccupations, comme celles de pouvoir disposer de son corps. Il y a la loi sur l’avortement qu’on refuse de passer…", assure-t-elle.

Pour les deux militantes, la priorité est donnée à l’éducation dans un pays où la moitié des femmes sont analphabètes. "S’il n’y a pas de réelle volonté politique pour mettre en place un enseignement public de qualité, on ne verra pas la situation des femmes s’améliorer", tranche Khadija Ryad.

Première publication : 08/03/2014

  • JOURNÉE DES FEMMES

    La Boutique du Droit assiste les Sénégalaises en quête de justice

    En savoir plus

  • JOURNÉE DES FEMMES

    Des militantes, en route vers Gaza, bloquées en Égypte

    En savoir plus

  • JOURNÉE DES FEMMES

    Les inégalités en entreprise persistent en France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)