Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Moyen-Orient

Syrie : la faim comme "arme de guerre"

© UNRWA | Une marée humaine afflue vers un point de distribution de nourriture, à Yarmouk.

Vidéo par Maud ROUBEAUD , Yuka ROYER

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/03/2014

Dans un rapport publié lundi, Amnesty International dénonce le siège du camp palestinien de Yarmouk, à Damas, par l'armée syrienne. Les civils y subissent de graves privations, près de 130 personnes y seraient ainsi mortes de faim.

Le quartier de Yarmouk, situé en périphérie de Damas, est devenu symbolique des souffrances que le conflit syrien fait subir aux civils. Cette zone, où résident majoritairement des réfugiés palestiniens, est assiégée depuis des mois par l’armée syrienne. Celle-ci tente de déloger les combattants rebelles qui ont pris le contrôle de ce faubourg défavorisé de la capitale en décembre 2012. Dans un rapport rendu public le 10 mars, Amnesty International dévoile l’ampleur "des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité" qui y sont commis. Selon l’ONG de défense des droits de l'Homme, les privations engendrées par ce siège ont provoqué le décès, depuis juillet 2013, de près de 200 personnes, parmi lesquelles 128 sont mortes de faim.

"La vie à Yarmouk est devenue insupportable pour les civils désespérés qui se retrouvent affamés et piégés dans une spirale de souffrance, sans aucun moyen de s’échapper", a ainsi estimé Philip Luther, le directeur du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient d’Amnesty International dans un communiqué. "Les civils de Yarmouk sont traités comme les pions d’un jeu meurtrier qu’ils ne contrôlent absolument pas".

Le rapport révèle que, dans ce camp transformé en champ de bataille où se trouvent encore 20 000 civils, 60 % des personnes souffriraient de malnutrition. Les habitants n’ont pas mangé de légumes ni de fruits depuis des mois en raison du blocus. Une photo publiée fin février par l’UNRWA (photo de cet article), le programme d’aide de l’ONU aux réfugiés palestiniens, avait confirmé la dégradation de la situation humanitaire dans ce camp. Le cliché, largement diffusé, montre une impressionnante marée humaine se pressant autour d’une distribution d’aide alimentaire.

Distribution humanitaire dans le camp de Yarmouk


"Une attitude impitoyable"

En plus de ce siège, l’ONG affirme que l’armée syrienne a mené à plusieurs reprises des attaques par des raids aériens ou des tirs d'artillerie lourde sur des bâtiments civils de cette zone, comme des écoles et des hôpitaux. Les médecins et le personnel médical sont aussi pris pour cible. Une douzaine d’entre eux ont été arrêtés et six autres ont disparu après avoir été capturés par les forces gouvernementales, d’après l’enquête d’Amnesty International.

"Frapper de manière répétée un secteur fortement peuplé, où les civils n’ont aucun moyen de s’échapper, témoigne d’une attitude impitoyable et d’un mépris flagrant pour les principes les plus élémentaires du droit international humanitaire", résume Philip Luther.

À l’occasion du troisième anniversaire de la révolution syrienne, Amnesty International lance également un appel à une grande veillée de solidarité place du Trocadéro, à Paris, le 15 mars à 19h, avec d’autres associations.

Première publication : 10/03/2014

  • HUMANITAIRE

    Vidéo : "Si Londres était en Syrie", le spot choc de Save the Children

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les religieuses de Maaloula libérées après trois mois de captivité

    En savoir plus

  • SYRIE

    Damas ne détruira pas ses sites d'armes chimiques à temps

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)