Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Le plan de Hollande pour l'emploi des jeunes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le Bureau des légendes" : Une série d'espionnage entre psychologie et action

En savoir plus

FOCUS

Beate et Serge Klarsfeld : un couple qui a dédié sa vie à la traque des nazis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Méditerranée : "Le cimetière marin"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Derrière les islamistes, les bassistes"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Selon Pierre-René Lemas (CDC), il faut commencer à baisser les impôts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Méditerranée : Deux fois plus de morts que pour le Titanic en un an

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'y pense et puis j'oublie "

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les nouveaux boat people"

En savoir plus

Moyen-Orient

Vidéo : "Si Londres était en Syrie", le spot choc de Save the Children

© Save the Children (capture d'écran)

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/03/2014

En transposant la guerre civile syrienne au Royaume-Uni, une vidéo de l’ONG Save the Children tente de sensibiliser l'opinion occidentale aux ravages qu’occasionne un conflit sur une fillette de 9 ans. Le spot a été déjà vu 21 millions de fois.

Un spot publicitaire de la branche britannique de l’organisation Save the Children, qui transpose la guerre en Syrie dans Londres, fait un tabac sur Internet, où elle a déjà été visionnée 21 millions de fois, lundi 10 mars au matin.

Le but de ce film d'une durée de 1 minute 30 est de permettre au grand public "de mieux comprendre la crise syrienne et d'imaginer ce qu'on ressent quand éclate une guerre civile dans sa ville natale, faisant voler en éclat sa vie, sa santé, sa sécurité", a expliqué une porte-parole de l'organisation non-gouvernementale.

Le spot, mis en ligne sur YouTube mercredi, raconte, via un flot très rythmé d'images de quelques secondes seulement, le quotidien d'une petite Britannique de 9 ans entre câlins à ses peluches, sortie au square, séance de déguisement et moments en famille, avant que sa vie ne bascule avec le déclenchement de la guerre.

La fillette échappe à des tirs, porte un masque à gaz dans une rue détruite sur fond de sirènes d'ambulances, dévore un fruit dans un parc, la frayeur dans les yeux, les cheveux décoiffés et le visage noirci, se fait ausculter par un médecin...

"Fais un vœu, ma chérie"

Le film se termine, comme il avait commencé, avec l'anniversaire de la fillette : mais si au début du film, en temps de paix, elle soufflait, sourire aux lèvres, neuf belles bougies sur un gâteau appétissant, à la fin, elle se retrouve, hagarde, devant un bout de bougie posée sur un gâteau de sable que lui tend sa mère en lançant : "Fais un vœu, ma chérie".

"Ce n'est pas parce que cela ne se produit pas ici que ça n'existe pas", conclut le spot destiné à récolter des fonds pour la Syrie, en proie à une guerre civile depuis trois ans.

Avec AFP
 

Première publication : 10/03/2014

  • SYRIE

    Les religieuses de Maaloula libérées après trois mois de captivité

    En savoir plus

  • FRANCE

    Trois candidats français au djihad condamnés à des peines de prison ferme

    En savoir plus

  • SYRIE

    Damas ne détruira pas ses sites d'armes chimiques à temps

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)