Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

4 morts dans des heurts au Nord-Ouest du Cameroun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Alep-est, à feu et à sang

En savoir plus

POLITIQUE

Primaire de la gauche : quelle est la stratégie de Manuel Valls ?

En savoir plus

POLITIQUE

Présidentielle-2017 : quelle gauche après Hollande ? (partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : avec "La Division d'or", à la conquête de Mossoul

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Demain tout commence" : Omar Sy, allô papa bobo !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Juan Manuel Santos : "Le processus de paix avec les Farc est irréversible"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Bain de sang à Alep"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La BCE toujours au chevet des marchés?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 11/03/2014

"L'oubli et le prix du passé"

© France 24

Presse française, Mardi 11 mars 2014. Au menu de cette revue de presse, les réactions des magistrats à la colère des avocats, après les enregistrements des conversations de Nicolas Sarkozy avec son propre avocat, la jeunesse française et la tentation de l’exil, et le troisième anniversaire de Fukushima.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
Au menu de la presse française, ce matin, la réaction du ministère de la Justice et de la magistrature à la fronde des avocats, qui ont dénoncé la violation du principe de confidentialité dans l’affaire des écoutes des conversations entre Nicolas Sarkozy et son propre avocat.
 
Christiane Taubira et les juges répondent en substance que non, «nul n’est au-dessus des lois» - pas même les avocats. Libération dénonce un «mauvais procès» fait à la justice par le barreau français, et rappelle que les avocats, «sont soumis aux mêmes procédures (que les citoyens ordinaires) en cas de découverte d’infraction ou de délit».
 
Nicolas Sarkozy mis sur écoute: François Hollande «savait-il» ? se demande le Figaro, qui répondait déjà par l’affirmative, hier. Le journal assure que «dans le sérail judiciaire», «(ses) interlocuteurs sont unanimes. «Le président, non informé? Inimaginable, réagit un ancien directeur de la police judiciaire».
 
Cerné par les affaires, Nicolas Sarkozy, lui, n’a pas souhaité réagir publiquement, du moins pour le moment. Le Parisien raconte que l’ancien président s’est offert un bain de foule, hier, à Nice, en compagnie de Bernadette Chirac, mais qu’il n’a fait aucune déclaration, ni sur les écoutes, ni sur les enregistrements réalisés à son insu par son ex-conseiller, Patrick Buisson, qui assure maintenant que son dictaphone s’est déclenché malgré lui, dans sa poche. Nicolas Sarkozy ne dit rien pour l’instant, mais son entourage fait savoir qu’il «n’a renoncé à rien». «Attentif aux réactions des uns et des autres, il a noté ceux – rares- qui l’ont défendu et les autres – nombreux-  qui ont préféré se taire», écrit le Parisien, qui rappelle aussi que c’est aujourd’hui que la Cour de cassation doit dire si oui ou non la saisie des agendas de Nicolas Sarkozy est légale. Une décision cruciale pour la suite des affaires Tapie et Bettencourt.
 
A noter aussi également, cette enquête que le Monde a pu consulter, un rapport de la chambre de commerce et d’industrie de Paris qui s’alarme de voir les jeunes Français être de plus en plus nombreux à quitter l’Hexagone. Mais qu’on se rassure: «l'idée d'un mouvement massif de fuite des talents, spécifique à la France, ne semble pas correspondre à la réalité», nuance le document, qui rappelle aussi que le phénomène est bien plus important au Royaume-Uni, en Italie ou en Allemagne.
 
Enfin c’est aujourd’hui le troisième anniversaire de la catastrophe de Fukushima, au Japon, où le gouvernement annonce qu’il veut relancer, malgré tout, ses centrales nucléaires. D’après le prix Nobel de littérature Oé Kenzaburô, à la Une de la Croix, le Japon n’aurait toujours pas tiré les leçons de ce qui s’est passé.
 
Il y a l’oubli, et il y a aussi le prix à payer pour la transition énergétique. Au lendemain de Fukushima, Angela Merkel s’était empressée d’annoncer que l’Allemagne allait fermer ses centrales nucléaires. Trois ans après, les tarifs n’ont pas cessé de grimper, et les électriciens allemands perdent de l’argent, rappelle le Figaro, qui rapporte que l’Allemagne va devoir freiner sa transition énergétique.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

08/12/2016 Alep

"Bain de sang à Alep"

Dans cette revue de presse internationale : l'horreur à Alep, Donald Trump élu personnalité de l'année, et le secret des avocats suisses remis en cause.

En savoir plus

08/12/2016 Pollution

"La fumée tue"

Dans cette revue de presse française du jeudi 8 décembre : le pic de pollution se poursuit à Paris, Air France a été une cible de la NSA et Claude François ressuscite!

En savoir plus

07/12/2016 Revue de presse française

"Angel Merkel, la stabilité dans la tourmente ?"

Au menu de cette revue de presse française, mercredi 7 décembre, la réélection d’Angela Merkel à la tête de la CDU, et l’imbroglio sino-américain, après le coup de fil entre la...

En savoir plus

07/12/2016 Revue de presse française

"La France, championne des inégalités scolaires"

Au menu de cette revue de presse française, mercredi 7 décembre, les résultats de la dernière enquête Pisa, l’étude de référence sur l’éducation que l’OCDE dévoile tous les trois...

En savoir plus

06/12/2016 Revue de presse française

"Les yeux doux de Manuel Valls"

Au menu de cette revue de presse française, mardi 6 décembre, l’officialisation de la candidature de Manuel Valls à la primaire de la gauche, dans un contexte de concurrence...

En savoir plus