Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Paul Kagame en visite à Paris, ses partisans et opposants défilent dans la capitale

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le film "Timbuktu" sera-t-il déprogrammé du Fespaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"La Robe"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Parlemantaires français en Syrie, Bachar Al Assad interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Quand agriculture rime avec futur

En savoir plus

TECH 24

Drones : comment les arrêter ?

En savoir plus

#ActuElles

Inde : sauver les filles par l'éducation

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Louis Schweitzer : "La dette perpetuelle, c'est mieux que de laisser crever la Grèce !"

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Crimée, symbole d'une nouvelle Guerre froide ?

En savoir plus

Tous les matins, nous vous proposons un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays. Du lundi au vendredi, à 7h45.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 11/03/2014

Trois ans après Fukushima, quelle politique énergétique pour le Japon ?

© FRANCE 24

Le Japon commémore, mardi, les trois ans de l'accident nucléaire de Fukushima. À ce jour, les 48 réacteurs nucléaires que compte le pays sont toujours à l'arrêt. Mais le Premier ministre, Shinzo Abe, est fermement décidé à les redémarrer. Face à lui, les militants antinucléaires ne désarment pas.

Foules compactes, néons colorés et écrans géants... Tokyo, la capitale japonaise, reste une ville électrique et toute en lumières, même si les réacteurs nucléaires sont à l'arrêt depuis la catastrophe de la centrale de Fukushima, consécutive au séisme et au tsunami du 11 mars 2011. C'est à se demander si le pays a vraiment besoin de l'atome pour fonctionner…

"On n'a pas besoin du nucléaire. On arrive très bien à vivre sans, on a assez d'électricité. Aujourd'hui, on veut dire qu'on peut très bien s'en sortir si on développe les énergies renouvelables", assure Hideko Kihara, militante antinucléaire de 63 ans. Selon un sondage du quotidien "Tokyo Shimbun", 65 % des Japonais veulent sortir définitivement du nucléaire. Un chiffre qui pousse les militants à poursuivre la lutte.

Dimanche 9 mars, pour marquer les trois ans de l'accident de Fukushima, 30 000 personnes ont battu le pavé autour du Parlement japonais pour dire "non" au redémarrage des centrales nucléaires. L'ennemi déclaré des manifestants : le Premier ministre conservateur Shinzo Abe, qui veut relancer les réacteurs au plus vite.

Coût démentiel des hydrocarbures

Dans son projet énergétique dévoilé en février, le gouvernement présente le nucléaire comme une source d'électricité clé pour le Japon. Une position qu’il justifie par le coût démentiel des hydrocarbures, que le pays doit désormais importer pour faire tourner ses centrales thermiques.

"Sans les centrales nucléaires qui représentaient entre 27 % et 30 % du total de la production d'électricité, le Japon a besoin, à court et moyen terme, d'importer de plus en plus d'énergies fossiles, qui sont chères et cela crée des problèmes économiques, indique Paul Scalise, chercheur à l'université Temple de Tokyo.
Et enfin, sans énergie nucléaire, il est encore plus difficile de respecter les accords de Kyoto, en terme de réduction des émissions de CO2."

Les émissions de gaz à effet de serre, le gouvernement veut les limiter en misant également sur les énergies renouvelables. La vitrine de cette politique verte : une éolienne flottante de 2 mégawatts. C'est la première d'une ferme offshore de 143 éoliennes. Installée au large de Fukushima à seulement 50 kilomètres de la centrale nucléaire accidentée, l'éolienne symbolise une nouvelle ère pour la région dévastée.

"Ce projet est un moyen pour la préfecture de Fukushima de surmonter la catastrophe et de revitaliser l'industrie. C'est pour cela que le gouvernement a financé ce projet", précise Teruko Suyama, représentante de l'agence pour l'énergie, qui dépend du ministère de l'Économie.

Les énergies vertes à la peine

Mais derrière la façade, les énergies solaires et éoliennes peinent à décoller au Japon. Malgré les incitations du gouvernement, elles ne représentent toujours que 1,6 % de la production d'électricité du pays.

"Grâce à la mise en place de tarifs de rachat avantageux des énergies renouvelables, on a vu apparaître des parcs géants de panneaux solaires depuis trois ans. Mais si on considère la vue d'ensemble, la part des énergies renouvelables n'a pas augmenté", détaille Teruko Suyama.

Toujours peu d'énergies renouvelables et des incertitudes quant au redémarrage des centrales nucléaires… Trois ans après la catastrophe de Fukushima, le Japon a toujours du mal à décider d'une politique énergétique.

 

Retrouvez le webdoc que nous avions consacré à Fukushima un an après la catastrophe :

Par Michael PENN , Marie LINTON

COMMENTAIRE(S)

Les archives

27/02/2015 Qatar

Quand le Qatar cherche à se développer à tout prix

Les Qatariens défrayent régulièrement la chronique lorsqu'ils achètent le PSG, le Royal Monceau ou encore des parts dans British Airways. Mais ils investissent aussi des...

En savoir plus

21/05/2014 David Cameron

Élections européennes : l'enjeu de l'immigration

Comme les Néerlandais, les Britanniques votent ce 22 mai pour choisir leurs députés européens. Au Royaume-Uni, le parti eurosceptique Ukip a porté le débat de la campagne sur...

En savoir plus

16/05/2014 Bavure policière

Les officiers du LAPD équipés de caméras portatives

Le LAPD, la prestigieuse police de Los Angeles, s'équipe actuellement de cameras portatives, pour que les officiers filment toutes leurs interventions. Des preuves impartiales,...

En savoir plus

14/05/2014 Révolution tunisienne

En Tunisie, le tourisme reprend des couleurs

Touché de plein fouet par le soulèvement de 2011, les crises politiques et l'insécurité, le tourisme tunisien se remet doucement. En 2010, année de référence pour la profession,...

En savoir plus

23/05/2014 Autriche

Le FPÖ ou la nostalgie d'un "monde allemand"

En Autriche, selon les derniers sondages, les nationalistes du FPÖ pourraient arriver en troisième position aux Européennes. Ils profitent notamment de l'effondrement de la...

En savoir plus