Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Serge Klarsfeld : "Il faut combattre les démagogues, comme Marine le Pen"

En savoir plus

FOCUS

Le Liban, une année sans chef d'État

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France - Maroc : fin de la discorde ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fifa : qui succédera à Blatter ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'industrie du futur : le plan d'Emmanuel Macron pour moderniser la France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Asie du sud-est : la tragédie des Rohingyas

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les jihadistes consolident leurs positions en Irak et en Syrie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Athènes menace de ne pas rembourser le FMI en juin

En savoir plus

Tous les matins, nous vous proposons un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays. Du lundi au vendredi, à 7h45.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 11/03/2014

Trois ans après Fukushima, quelle politique énergétique pour le Japon ?

© FRANCE 24

Le Japon commémore, mardi, les trois ans de l'accident nucléaire de Fukushima. À ce jour, les 48 réacteurs nucléaires que compte le pays sont toujours à l'arrêt. Mais le Premier ministre, Shinzo Abe, est fermement décidé à les redémarrer. Face à lui, les militants antinucléaires ne désarment pas.

Foules compactes, néons colorés et écrans géants... Tokyo, la capitale japonaise, reste une ville électrique et toute en lumières, même si les réacteurs nucléaires sont à l'arrêt depuis la catastrophe de la centrale de Fukushima, consécutive au séisme et au tsunami du 11 mars 2011. C'est à se demander si le pays a vraiment besoin de l'atome pour fonctionner…

"On n'a pas besoin du nucléaire. On arrive très bien à vivre sans, on a assez d'électricité. Aujourd'hui, on veut dire qu'on peut très bien s'en sortir si on développe les énergies renouvelables", assure Hideko Kihara, militante antinucléaire de 63 ans. Selon un sondage du quotidien "Tokyo Shimbun", 65 % des Japonais veulent sortir définitivement du nucléaire. Un chiffre qui pousse les militants à poursuivre la lutte.

Dimanche 9 mars, pour marquer les trois ans de l'accident de Fukushima, 30 000 personnes ont battu le pavé autour du Parlement japonais pour dire "non" au redémarrage des centrales nucléaires. L'ennemi déclaré des manifestants : le Premier ministre conservateur Shinzo Abe, qui veut relancer les réacteurs au plus vite.

Coût démentiel des hydrocarbures

Dans son projet énergétique dévoilé en février, le gouvernement présente le nucléaire comme une source d'électricité clé pour le Japon. Une position qu’il justifie par le coût démentiel des hydrocarbures, que le pays doit désormais importer pour faire tourner ses centrales thermiques.

"Sans les centrales nucléaires qui représentaient entre 27 % et 30 % du total de la production d'électricité, le Japon a besoin, à court et moyen terme, d'importer de plus en plus d'énergies fossiles, qui sont chères et cela crée des problèmes économiques, indique Paul Scalise, chercheur à l'université Temple de Tokyo.
Et enfin, sans énergie nucléaire, il est encore plus difficile de respecter les accords de Kyoto, en terme de réduction des émissions de CO2."

Les émissions de gaz à effet de serre, le gouvernement veut les limiter en misant également sur les énergies renouvelables. La vitrine de cette politique verte : une éolienne flottante de 2 mégawatts. C'est la première d'une ferme offshore de 143 éoliennes. Installée au large de Fukushima à seulement 50 kilomètres de la centrale nucléaire accidentée, l'éolienne symbolise une nouvelle ère pour la région dévastée.

"Ce projet est un moyen pour la préfecture de Fukushima de surmonter la catastrophe et de revitaliser l'industrie. C'est pour cela que le gouvernement a financé ce projet", précise Teruko Suyama, représentante de l'agence pour l'énergie, qui dépend du ministère de l'Économie.

Les énergies vertes à la peine

Mais derrière la façade, les énergies solaires et éoliennes peinent à décoller au Japon. Malgré les incitations du gouvernement, elles ne représentent toujours que 1,6 % de la production d'électricité du pays.

"Grâce à la mise en place de tarifs de rachat avantageux des énergies renouvelables, on a vu apparaître des parcs géants de panneaux solaires depuis trois ans. Mais si on considère la vue d'ensemble, la part des énergies renouvelables n'a pas augmenté", détaille Teruko Suyama.

Toujours peu d'énergies renouvelables et des incertitudes quant au redémarrage des centrales nucléaires… Trois ans après la catastrophe de Fukushima, le Japon a toujours du mal à décider d'une politique énergétique.

 

Retrouvez le webdoc que nous avions consacré à Fukushima un an après la catastrophe :

Par Michael PENN , Marie LINTON

COMMENTAIRE(S)

Les archives

25/05/2015 guerre

Le Liban, une année sans chef d'État

Depuis le 25 mai 2014, date de la fin du mandat de Michel Sleimane, les Libanais sont sans président. Deux poids lourds de la scène politique libanaise sont en lice, mais les...

En savoir plus

18/10/2010 Laïcité

Une brèche dans l'interdiction du voile à l'université

La laïcité est, depuis le début du siècle, l’un des socles fondamentaux de la Turquie. Pourtant la majorité de ses 76 millions d’habitants est musulmane. Mais depuis quelques...

En savoir plus

22/05/2015 Irlande

Les Irlandais aux urnes pour l'ouverture du mariage aux homosexuels

En Irlande, jour de référendum pour l'ouverture du mariage aux personnes de même sexe, on ne parle pas de mariage gay mais plutôt d'égalité des droits entre les couples. Reportage.

En savoir plus

21/05/2015 Jérusalem

La mère d’une victime de Merah emmène 17 ados au Proche-Orient

Latifa Ibn Ziaten, mère d'une des victimes de Mohamed Merah, sillonne la France depuis 2011 pour prêcher la tolérance. Trois mois après les attentats de Paris, elle a emmené 17...

En savoir plus

20/05/2015 Militaire

Martinique : le Régiment du service militaire adapté, un modèle d'insertion

Le Régiment du service militaire adapté (RSMA) a été créé il y a près de 50 ans en Martinique, avec pour objectif de remettre dans le droit chemin les jeunes en grande...

En savoir plus