Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Cameroun : les humanitaires face aux pénuries alimentaires dans les camps de réfugiés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il s'appelait Julian Cadman"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Areva quitte la Bourse de Paris"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans le cartable d'Emmanuel Macron"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga a saisi la Cour suprême

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 11/03/2014

Trois ans après Fukushima, quelle politique énergétique pour le Japon ?

© FRANCE 24

Le Japon commémore, mardi, les trois ans de l'accident nucléaire de Fukushima. À ce jour, les 48 réacteurs nucléaires que compte le pays sont toujours à l'arrêt. Mais le Premier ministre, Shinzo Abe, est fermement décidé à les redémarrer. Face à lui, les militants antinucléaires ne désarment pas.

Foules compactes, néons colorés et écrans géants... Tokyo, la capitale japonaise, reste une ville électrique et toute en lumières, même si les réacteurs nucléaires sont à l'arrêt depuis la catastrophe de la centrale de Fukushima, consécutive au séisme et au tsunami du 11 mars 2011. C'est à se demander si le pays a vraiment besoin de l'atome pour fonctionner…

"On n'a pas besoin du nucléaire. On arrive très bien à vivre sans, on a assez d'électricité. Aujourd'hui, on veut dire qu'on peut très bien s'en sortir si on développe les énergies renouvelables", assure Hideko Kihara, militante antinucléaire de 63 ans. Selon un sondage du quotidien "Tokyo Shimbun", 65 % des Japonais veulent sortir définitivement du nucléaire. Un chiffre qui pousse les militants à poursuivre la lutte.

Dimanche 9 mars, pour marquer les trois ans de l'accident de Fukushima, 30 000 personnes ont battu le pavé autour du Parlement japonais pour dire "non" au redémarrage des centrales nucléaires. L'ennemi déclaré des manifestants : le Premier ministre conservateur Shinzo Abe, qui veut relancer les réacteurs au plus vite.

Coût démentiel des hydrocarbures

Dans son projet énergétique dévoilé en février, le gouvernement présente le nucléaire comme une source d'électricité clé pour le Japon. Une position qu’il justifie par le coût démentiel des hydrocarbures, que le pays doit désormais importer pour faire tourner ses centrales thermiques.

"Sans les centrales nucléaires qui représentaient entre 27 % et 30 % du total de la production d'électricité, le Japon a besoin, à court et moyen terme, d'importer de plus en plus d'énergies fossiles, qui sont chères et cela crée des problèmes économiques, indique Paul Scalise, chercheur à l'université Temple de Tokyo.
Et enfin, sans énergie nucléaire, il est encore plus difficile de respecter les accords de Kyoto, en terme de réduction des émissions de CO2."

Les émissions de gaz à effet de serre, le gouvernement veut les limiter en misant également sur les énergies renouvelables. La vitrine de cette politique verte : une éolienne flottante de 2 mégawatts. C'est la première d'une ferme offshore de 143 éoliennes. Installée au large de Fukushima à seulement 50 kilomètres de la centrale nucléaire accidentée, l'éolienne symbolise une nouvelle ère pour la région dévastée.

"Ce projet est un moyen pour la préfecture de Fukushima de surmonter la catastrophe et de revitaliser l'industrie. C'est pour cela que le gouvernement a financé ce projet", précise Teruko Suyama, représentante de l'agence pour l'énergie, qui dépend du ministère de l'Économie.

Les énergies vertes à la peine

Mais derrière la façade, les énergies solaires et éoliennes peinent à décoller au Japon. Malgré les incitations du gouvernement, elles ne représentent toujours que 1,6 % de la production d'électricité du pays.

"Grâce à la mise en place de tarifs de rachat avantageux des énergies renouvelables, on a vu apparaître des parcs géants de panneaux solaires depuis trois ans. Mais si on considère la vue d'ensemble, la part des énergies renouvelables n'a pas augmenté", détaille Teruko Suyama.

Toujours peu d'énergies renouvelables et des incertitudes quant au redémarrage des centrales nucléaires… Trois ans après la catastrophe de Fukushima, le Japon a toujours du mal à décider d'une politique énergétique.

 

Retrouvez le webdoc que nous avions consacré à Fukushima un an après la catastrophe :

Par Michael PENN , Marie LINTON

COMMENTAIRE(S)

Les archives

21/08/2017 Cameroun

Cameroun : les humanitaires face aux pénuries alimentaires dans les camps de réfugiés

La période entre juin et septembre est redoutée par les humanitaires qui opèrent dans le bassin du Lac Tchad, où des milliers de personnes fuient les exactions de Boko Haram....

En savoir plus

28/07/2017 FOCUS

France : Sarah Halimi a-t-elle été tuée parce qu’elle était juive ?

Nous vous proposons de revenir sur l'affaire Sarah Halimi, qui n’a pas fait les gros titres en France, et pourtant. Le 4 avril, cette femme de confession juive âgée de 65 ans,...

En savoir plus

27/07/2017 FRANCE

France : vent de fronde sur La République En Marche

En France, le mouvement politique "La République En Marche" a pris tout le monde de court. En quelques mois, il a tout raflé : l'Élysée, comme la majorité à l'Assemblée...

En savoir plus

26/07/2017 Brésil

Discrimination positive au Brésil : des étudiants dénoncent des fraudes

Au Brésil, depuis 2012, l'État a mis en place des quotas dans les universités, afin de tenter de réduire les disparités entre les Blancs et les jeunes Noirs ou métisses. Les...

En savoir plus

25/07/2017 Afrique

Kenya : les autorités affichent la fermeté face à la menace des Shebab

Depuis plusieurs semaines, les attaques des islamistes shebab se multiplient le long de la frontière entre le Kenya et la Somalie. Un comté est particulièrement touché celui de...

En savoir plus