Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Asie - pacifique

"Il n'est pas surprenant que deux Iraniens aient transité par la Malaisie"

© CNN iReport - Photos des deux hommes munis de passeports volés qui ont pris place à bord du vol MH370

Vidéo par Ludovic DE FOUCAUD

Texte par Steven JAMBOT

Dernière modification : 11/03/2014

La présence à bord du vol MH370 de deux Iraniens munis de passeports européens volés met en lumière les filières d'émigration iraniennes vers l'Europe ou l'Amérique du Nord via l'Asie du Sud-Est. Entretien avec Nader Vahabi.

Les deux passagers munis de passeports volés, qui ont pris place à bord du vol MH370, étaient probablement des Iraniens cherchant à émigrer en Europe via l'Asie du Sud-Est, connue comme une plaque tournante de l'immigration clandestine iranienne.

Nader Vahabi, spécialiste de l’immigration iranienne, dirige le Centre d’études sur la diaspora iranienne (Cédir), basé Paris. Il confirme à FRANCE 24 que la Malaisie est une destination de transit pour les candidats iraniens à l’émigration vers l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Océanie.

FRANCE 24 - Pourquoi transiter par la Malaisie pour émigrer en Europe ?

Nader Vahabi - Que ces deux Iraniens aient transité par Kuala Lumpur n’est pas surprenant. La Malaisie est, avec la Turquie, un pays qui connaît un très important flux migratoire iranien. Pour vous donner une idée, en 2001-2002, on estime qu’il n’y avait que 100 à 150 Iraniens dans ce pays ; actuellement, ils seraient entre 90 000 et 100 000. Cela s’explique par le fait que les ressortissants iraniens peuvent se rendre dans ce pays et y rester trois mois sans visa. Ce délai permet à certains d’entre eux d’envisager une d’autres destinations : l’Europe, l’Amérique du Nord ou l’Océanie.

F24 - Ce phénomène d’émigration iranien est-il massif ?

Selon les chiffres officiels de Téhéran, 16 à 18 % des jeunes Iraniens sont au chômage. Mais officieusement, ce chiffre atteindrait 32 à 34 %. Ces raisons économiques poussent donc toute une tranche d’âge à chercher à émigrer. En 2009, la répression du "Mouvement vert" et les sanctions économiques occidentales ont accentué cette émigration. Il faut rappeler que selon les chiffres officiels fournis par le ministère iranien des Affaires étrangères, 200 000 à 250 000 Iraniens quittent l’Iran chaque année dont environ 45 à 55 % clandestinement.

F24 - Téhéran a annoncé sa "coopération" avec la Malaisie et a fait part de ses "inquiétudes sérieuses" à propos de la question de l'utilisation de faux passeports et de l'immigration illégale. Comment faut-il percevoir cette annonce ?

Les autorités savent très bien que ce trafic existe. Des agences spécialisées à Téhéran aident même les jeunes Iraniens à s’expatrier. Les réseaux sont bien organisés. La déclaration du ministère iranien des Affaires étrangères est donc purement politique. Elle s’inscrit dans le cadre de la normalisation des relations entre la République islamique d’Iran et l’Occident sur fond de nucléaire iranien. L’Iran cherche à améliorer son image qui avait été ternie sous les deux mandats de Mahmoud Ahmadinejad.

 

Première publication : 11/03/2014

  • ACCIDENT AÉRIEN

    Malaysia Airlines : deux Iraniens "probablement candidats à l'émigration clandestine"

    En savoir plus

  • ACCIDENT AÉRIEN

    Vol MH370 : les téléphones de certains passagers sonnent toujours

    En savoir plus

  • ACCIDENT AÉRIEN

    Malaysia Airlines : toujours aucune trace de l'avion disparu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)