Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Un projet d'attentat jihadiste déjoué contre la Commission européenne à Bruxelles

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski se dit disposé à gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Afrique

Des prostituées tunisiennes demandent la réouverture d'une maison close à Sousse

© Imed BENSAIED / Une maison close de Tunis.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/03/2014

La délégation de prostituées, qui a remis mardi une lettre à la vice-présidente de l'Assemblée nationale constituante, explique ne pas vouloir "demander l'aumône" pour vivre.

Les prostituées tunisiennes se mobilisent. Un peu plus d’une centaine d’entre elles a demandé, mardi 11 mars, la réouverture d'une maison close à Sousse, au sud de Tunis, fermée depuis une attaque attribuée à des salafistes, il y a près d'un an et demi. 

Une lettre, signée par 120 prostituées, a été remise par une délégation a été remise à la vice-présidente de l'Assemblée nationale constituante, Meherzia Labidi, issue des rangs du parti islamiste Ennahda.

"Nous savons que l'Etat ne peut pas nous aider matériellement aujourd'hui, parce que la situation économique est très mauvaise. C'est pour cela que nous exigeons la réouverture de la maison close, pour que nous ne demandions pas l'aumône", a expliqué l'une d'elles par téléphone à l'AFP.

"Préserver la dignité de ces citoyennes"

"J'ai rencontré ces citoyennes, j'ai entendu leur plainte, et je vais accompagner leur lettre d'une lettre de ma part en tant que députée (et l'envoyer) au secrétariat d'État à la Femme et au ministère de l'Intérieur, pour voir comment préserver la dignité de ces citoyennes tunisiennes", a déclaré de son côté Meherzia Labidi à la radio privée Mosaïque FM.

Dans une courte vidéo publiée sur le site de la radio, on peut voir la vice-présidente de l'Assemblée nationale constituante discuter avec trois prostituées au visage flouté. "Ce n'est pas un problème d'emploi ordinaire. Tout comme il y a des gens qui vous disent revenez, ça ne me regarde pas, il y a d'autres qui peuvent dire non, nous ne voulons pas de ce genre de maisons près de chez nous, parce que c'est vraiment un problème social", a-t-elle précisé à ses interlocutrices."Je vais demander aux deux ministères de voir comment vous donner de quoi vivre. Mais que ça rouvre ou pas, c'est du ressort du ministère de l'Intérieur", a-t-elle ajouté aux prostituées qui faisaient valoir que leurs voisins n'avaient pas d'objection à leur présence.

La prostitution strictement encadrée

De nombreuses maisons closes existent en Tunisie, où la prostitution est encadrée par l'État et placées sous le contrôle des services du ministère de la Santé. Les prostituées sont, de ce fait, suivies quotidiennement par les services concernés.

Au lendemain de la révolution de janvier 2011, qui a eu raison du régime du président Zine el-Abidine Ben Ali, des manifestants islamistes avaient réclamé leur fermeture, allant jusqu'à tenter, en février de la même année, d’incendier le principal quartier de prostitution de la capitale.

Avec AFP 

 

Première publication : 11/03/2014

  • TUNISIE

    Tunis annonce la levée de l'état d'urgence, instauré il y a trois ans

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Jomaâ appelle les Tunisiens à faire des "sacrifices" pour redresser l'économie

    En savoir plus

  • MUSIQUE

    Le rappeur Weld el 15 : "La Tunisie est dans la merde"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)