Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

FOCUS

Côte d'Ivoire : plongeon dans le trafic illicite et très lucratif des faux médicaments

En savoir plus

Afrique

Des prostituées tunisiennes demandent la réouverture d'une maison close à Sousse

© Imed BENSAIED / Une maison close de Tunis.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/03/2014

La délégation de prostituées, qui a remis mardi une lettre à la vice-présidente de l'Assemblée nationale constituante, explique ne pas vouloir "demander l'aumône" pour vivre.

Les prostituées tunisiennes se mobilisent. Un peu plus d’une centaine d’entre elles a demandé, mardi 11 mars, la réouverture d'une maison close à Sousse, au sud de Tunis, fermée depuis une attaque attribuée à des salafistes, il y a près d'un an et demi. 

Une lettre, signée par 120 prostituées, a été remise par une délégation a été remise à la vice-présidente de l'Assemblée nationale constituante, Meherzia Labidi, issue des rangs du parti islamiste Ennahda.

"Nous savons que l'Etat ne peut pas nous aider matériellement aujourd'hui, parce que la situation économique est très mauvaise. C'est pour cela que nous exigeons la réouverture de la maison close, pour que nous ne demandions pas l'aumône", a expliqué l'une d'elles par téléphone à l'AFP.

"Préserver la dignité de ces citoyennes"

"J'ai rencontré ces citoyennes, j'ai entendu leur plainte, et je vais accompagner leur lettre d'une lettre de ma part en tant que députée (et l'envoyer) au secrétariat d'État à la Femme et au ministère de l'Intérieur, pour voir comment préserver la dignité de ces citoyennes tunisiennes", a déclaré de son côté Meherzia Labidi à la radio privée Mosaïque FM.

Dans une courte vidéo publiée sur le site de la radio, on peut voir la vice-présidente de l'Assemblée nationale constituante discuter avec trois prostituées au visage flouté. "Ce n'est pas un problème d'emploi ordinaire. Tout comme il y a des gens qui vous disent revenez, ça ne me regarde pas, il y a d'autres qui peuvent dire non, nous ne voulons pas de ce genre de maisons près de chez nous, parce que c'est vraiment un problème social", a-t-elle précisé à ses interlocutrices."Je vais demander aux deux ministères de voir comment vous donner de quoi vivre. Mais que ça rouvre ou pas, c'est du ressort du ministère de l'Intérieur", a-t-elle ajouté aux prostituées qui faisaient valoir que leurs voisins n'avaient pas d'objection à leur présence.

La prostitution strictement encadrée

De nombreuses maisons closes existent en Tunisie, où la prostitution est encadrée par l'État et placées sous le contrôle des services du ministère de la Santé. Les prostituées sont, de ce fait, suivies quotidiennement par les services concernés.

Au lendemain de la révolution de janvier 2011, qui a eu raison du régime du président Zine el-Abidine Ben Ali, des manifestants islamistes avaient réclamé leur fermeture, allant jusqu'à tenter, en février de la même année, d’incendier le principal quartier de prostitution de la capitale.

Avec AFP 

 

Première publication : 11/03/2014

  • TUNISIE

    Tunis annonce la levée de l'état d'urgence, instauré il y a trois ans

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Jomaâ appelle les Tunisiens à faire des "sacrifices" pour redresser l'économie

    En savoir plus

  • MUSIQUE

    Le rappeur Weld el 15 : "La Tunisie est dans la merde"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)