Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Reprise des manifestations en Guinée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Méditérrannée : Deux fois plus de morts que pour le Titanic en un an

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Reconnaissance du génocide des Arméniens : quel rôle joue la France ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Centenaire du génocide des Arméniens entre commémoration et provocations turques

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Festival de Cannes : 17 films en sélection officielle

En savoir plus

REPORTERS

Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Émilie Gassin présente son premier album "Curiosity"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Royaume-Uni : des élections décisives pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

José Bové : "Les nanoparticules dans l'alimentation, un danger pour les consommateurs"

En savoir plus

Amériques

Venezuela : une étudiante chilienne tuée en marge des manifestations

© AFP | Affrontement entre policiers et manifestants à Caracas

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/03/2014

Une étudiante chilienne a été tuée, lundi, à Merida, une ville à l'ouest du Venezuela. Elle est la première victime étrangère des troubles qui secouent le pays depuis un mois. Étudiants et opposition protestent notamment contre le coût de la vie.

Elle est la première victime étrangère des troubles qui secouent le Venezuela depuis plus d'un mois. Gisela Rubilar, une étudiante chilienne, a été tuée par balles, lundi 10 mars, dans la ville de Merida, à l'ouest du pays. Elle tentait de retirer des barricaldes, mises en place par des manifestants contre le gouvernement socialiste du président Nicolas Maduro.

"Elle a été prise en embuscade par des groupes d'extrême droite", a déclaré le gouverneur de l'État de Merida, Alexis Ramirez, membre du Parti socialiste (PSUV) de Nicolas Maduro. "Elle a été tuée de façon infâme d'un tir dans l'œil."

À l'annonce du drame, le président chilien, Sebastian Pinera, a demandé au gouvernement vénézuélien d'enquêter sur les circonstances de cette mort et de donner à Santiago toutes les informations à ce sujet.

"Nous sommes sur leur piste", a pour sa part assuré Nicolas Maduro à la télévision publique. "Soyez-en assurés, Chili et Amérique latine, nous allons arrêter les assassins de votre compatriote et ils paieront ce crime affreux."

Vingt-deux tués en cinq semaines

Avec la mort de la jeune femme, et celle d'un manifestant dans l'État de Tachira, près de la frontière colombienne, le bilan des violences politiques se porte désormais à au moins 22 tués, après cinq semaines de manifestations.

Depuis début février, le Venezuela est le théâtre de manifestations étudiantes, appuyées par l'opposition contre l'insécurité et le coût de la vie. Des évènements qui sont régulièrement suivies d'incidents violents en soirée.

Avec Reuters et AFP

Première publication : 11/03/2014

  • VENEZUELA

    L'opposition vénézuélienne rejette l'idée d'un "dialogue national"

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Le président Maduro essaie de renouer le dialogue

    En savoir plus

  • Un oeil sur les médias

    Dans l'ombre de l'Ukraine, le Venezuela

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)