Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ibrahim al-Jaafari, ministre irakien des Affaires étrangères

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

  • Les députés ukrainiens appelés à ratifier l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

EUROPE

Angela Merkel durcit le ton face à Moscou

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/03/2014

Jeudi, la chancelière allemande Angela Merkel a appelé Moscou à prendre conscience des graves conséquences qui pourraient découler de la crise ukrainienne. Elle invite le Kremlin à opter pour une solution diplomatique.

Jeudi 13 mars, dans une déclaration au Bundestag, la chancelière allemande Angela Merkel a lancé une mise en garde à la Russie. Elle appelle le Kremlin à réfléchir sur les graves conséquences à long terme qu'aurait pour Moscou la poursuite de son action en Ukraine.

"Si la Russie continue sur la même voie que celle des dernières semaines, ce n'est pas seulement une catastrophe pour l'Ukraine [...], cela nuit aussi et surtout massivement à la Russie, j'en suis convaincue, économiquement, comme politiquement", a-t-elle martelé devant les députés du parlement.

Angela Merkel a appelé à résoudre les conflits en Europe "avec les principes du XXIe siècle". "On ne peut pas revenir en arrière", a-t-elle asséné, tout en insistant pour que la Russie apprenne des erreurs du passé, alors que l'Europe marque cette année le centenaire du début de la Première Guerre mondiale et les 25 ans de la chute du Mur de Berlin.

La chancelière allemande, qui a exclu une éventuelle action militaire en Ukraine, a plaidé pour une solution politique et diplomatique avec l'instauration d'un groupe de contact, qu'elle appelle de ses vœux depuis dix jours. Une position accueillie sous les applaudissements des parlementaires.

Vers de nouvelles sanctions

La chancelière allemande est considérée comme la dirigeante européenne la plus influente dans la crise ukrainienne, bien qu'elle soit accusée de rechigner à mettre une réelle pression sur la Russie, en raison des liens économiques qui unissent les deux pays.

Mercredi, Angela Merkel, en visite à Varsovie, avait déjà réaffirmé que l'UE était prête à passer dès lundi à la "seconde étape des sanctions" à l'égard de la Russie, si Moscou refusait toujours de discuter avec Kiev dans le cadre d'un "groupe de contact" international.

Ces sanctions doivent notamment instaurer un gel des avoirs et l'interdiction de visas à l'égard de personnalités russes et ukrainiennes que l'Union européenne considère comme responsables de la crise.

Avec AFP

Première publication : 13/03/2014

  • RÉFÉRENDUM EN CRIMÉE

    Vidéo : La Crimée appelée à choisir entre Moscou ou le "fascisme" de Kiev

    En savoir plus

  • UKRAINE

    À Washington, Obama reçoit Iatseniouk et met en garde Poutine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)