Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

EUROPE

Angela Merkel durcit le ton face à Moscou

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/03/2014

Jeudi, la chancelière allemande Angela Merkel a appelé Moscou à prendre conscience des graves conséquences qui pourraient découler de la crise ukrainienne. Elle invite le Kremlin à opter pour une solution diplomatique.

Jeudi 13 mars, dans une déclaration au Bundestag, la chancelière allemande Angela Merkel a lancé une mise en garde à la Russie. Elle appelle le Kremlin à réfléchir sur les graves conséquences à long terme qu'aurait pour Moscou la poursuite de son action en Ukraine.

"Si la Russie continue sur la même voie que celle des dernières semaines, ce n'est pas seulement une catastrophe pour l'Ukraine [...], cela nuit aussi et surtout massivement à la Russie, j'en suis convaincue, économiquement, comme politiquement", a-t-elle martelé devant les députés du parlement.

Angela Merkel a appelé à résoudre les conflits en Europe "avec les principes du XXIe siècle". "On ne peut pas revenir en arrière", a-t-elle asséné, tout en insistant pour que la Russie apprenne des erreurs du passé, alors que l'Europe marque cette année le centenaire du début de la Première Guerre mondiale et les 25 ans de la chute du Mur de Berlin.

La chancelière allemande, qui a exclu une éventuelle action militaire en Ukraine, a plaidé pour une solution politique et diplomatique avec l'instauration d'un groupe de contact, qu'elle appelle de ses vœux depuis dix jours. Une position accueillie sous les applaudissements des parlementaires.

Vers de nouvelles sanctions

La chancelière allemande est considérée comme la dirigeante européenne la plus influente dans la crise ukrainienne, bien qu'elle soit accusée de rechigner à mettre une réelle pression sur la Russie, en raison des liens économiques qui unissent les deux pays.

Mercredi, Angela Merkel, en visite à Varsovie, avait déjà réaffirmé que l'UE était prête à passer dès lundi à la "seconde étape des sanctions" à l'égard de la Russie, si Moscou refusait toujours de discuter avec Kiev dans le cadre d'un "groupe de contact" international.

Ces sanctions doivent notamment instaurer un gel des avoirs et l'interdiction de visas à l'égard de personnalités russes et ukrainiennes que l'Union européenne considère comme responsables de la crise.

Avec AFP

Première publication : 13/03/2014

  • RÉFÉRENDUM EN CRIMÉE

    Vidéo : La Crimée appelée à choisir entre Moscou ou le "fascisme" de Kiev

    En savoir plus

  • UKRAINE

    À Washington, Obama reçoit Iatseniouk et met en garde Poutine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)