Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ghouta orientale : un adolescent filme le calvaire de l'intérieur

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

Afrique

Sur FRANCE 24 : l'ex- Premier ministre libyen dénonce l'illégalité de son renvoi

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/03/2014

Dans un entretien exclusif accordé à FRANCE 24, l'ex-Premier ministre libyen Ali Zeidan, destitué le 11 mars par le Parlement, a dénoncé la "falsification" du vote de défiance ayant conduit à son limogeage.

L'ex- Premier ministre libyen Ali Zeidan, destitué le 11 mars par le Congrès général national (CGN, Parlement), où des blocs islamistes tentaient depuis des mois de faire tomber son gouvernement, a accordé un entretien exclusif à FRANCE 24, jeudi 13 mars, depuis un lieu qu’il a souhaité garder secret.

Il a vivement contesté la validité du vote du Parlement qui l'a écarté du pouvoir puisque, selon lui, seulement 113 députés ont voté en faveur de son limogeage, bien en deçà des 120 voix nécessaires pour lui retirer la confiance.

Interrogé sur un éventuel retour en Libye, il a déclaré qu’il reviendra en Libye, "mais pas en tant que Premier ministre, vu la situation actuelle, et tant que ce Parlement sera en fonction".

Mercredi, le procureur général avait émis une interdiction de voyage concernant Ali Zeidan, visé par une enquête pour corruption. "Je défie quiconque de chercher la moindre trace de corruption de mon gouvernement", a-t-il déclaré sur l'antenne de FRANCE 24. 

À la question de savoir si sa vie est menacée en Libye, il a répliqué que "la vie de chaque Libyen est en danger tant qu’il y aura des miliciens et des armes en circulation dans les rues".

Première publication : 13/03/2014

  • LIBYE

    Tripoli menace de couler un tanker pétrolier nord-coréen

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)