Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Afrique

Sur FRANCE 24 : l'ex- Premier ministre libyen dénonce l'illégalité de son renvoi

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/03/2014

Dans un entretien exclusif accordé à FRANCE 24, l'ex-Premier ministre libyen Ali Zeidan, destitué le 11 mars par le Parlement, a dénoncé la "falsification" du vote de défiance ayant conduit à son limogeage.

L'ex- Premier ministre libyen Ali Zeidan, destitué le 11 mars par le Congrès général national (CGN, Parlement), où des blocs islamistes tentaient depuis des mois de faire tomber son gouvernement, a accordé un entretien exclusif à FRANCE 24, jeudi 13 mars, depuis un lieu qu’il a souhaité garder secret.

Il a vivement contesté la validité du vote du Parlement qui l'a écarté du pouvoir puisque, selon lui, seulement 113 députés ont voté en faveur de son limogeage, bien en deçà des 120 voix nécessaires pour lui retirer la confiance.

Interrogé sur un éventuel retour en Libye, il a déclaré qu’il reviendra en Libye, "mais pas en tant que Premier ministre, vu la situation actuelle, et tant que ce Parlement sera en fonction".

Mercredi, le procureur général avait émis une interdiction de voyage concernant Ali Zeidan, visé par une enquête pour corruption. "Je défie quiconque de chercher la moindre trace de corruption de mon gouvernement", a-t-il déclaré sur l'antenne de FRANCE 24. 

À la question de savoir si sa vie est menacée en Libye, il a répliqué que "la vie de chaque Libyen est en danger tant qu’il y aura des miliciens et des armes en circulation dans les rues".

Première publication : 13/03/2014

  • LIBYE

    Tripoli menace de couler un tanker pétrolier nord-coréen

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)