Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Éléments de langage

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Virus Ebola : l'OMS doit annoncer un plan de lutte de 100 millions de dollars

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Grande Guerre : au cœur de l’enfer

En savoir plus

#ActuElles

Les "Patronas" au secours des migrants mexicains

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Coup d'envoi de la transition énergétique en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

  • Le Hamas affirme qu’il n’a pas d’informations sur le soldat israélien porté disparu

    En savoir plus

  • Des dizaines de morts après une explosion dans une usine chinoise

    En savoir plus

  • Vidéo : "Le monde devrait admirer Israël", selon son ambassadeur aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : la pauvreté pousse les femmes malgaches vers la contraception

    En savoir plus

  • Ouganda : la justice annule une loi anti-gay particulièrement répressive

    En savoir plus

  • Extensions Internet : l'Icann à la rescousse de l'Iran, la Syrie et la Corée du Nord

    En savoir plus

  • Grande Guerre : au cœur de l’enfer

    En savoir plus

  • Un séisme secoue la région d'Alger et fait six morts et 420 blessés

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

FRANCE

Les avocats de Simbikangwa s'insurgent contre un "procès en sorcellerie"

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Guillaume GUGUEN

Dernière modification : 20/03/2014

La défense a demandé au jury de ne pas condamner Pascal Simbikangwa contre qui le ministère public requiert la perpétuité pour crime de génocide au Rwanda. Le verdict de ce procès, qui constitue une première en France, est attendu vendredi.

À la cour d’assises de Paris, rares doivent être les plaidoiries qui, comme en ce jeudi 13 mars, convoquent pêle-mêle les philosophes des Lumières, Friedrich Nietzsche, Louis-Ferdinand Céline ou encore Adolf Hitler. Mais ce n’est pas tous les jours, pourrait-on objecter, qu’un jury populaire français est amené à se prononcer sur la culpabilité d’un homme contre qui le ministère public requiert la perpétuité pour "crime de génocide".

De fait, Pascal Simbikangwa est le premier Rwandais à être jugé en France pour son implication dans le massacre de 800 000 Tutsis et les Hutus modérés entre avril et juillet 1994. Une première qui confère au procès ce caractère historique que les protagonistes s’attachent à souligner depuis le début des audiences le 4 février. Historique mais également symbolique : dans quelques jours, le Rwanda commémorera les 20 ans de ce qui constitue le dernier grand crime contre l’humanité du XXe siècle.

"Le dossier est lourd". C'est par ses mots que débute la plaidoirie des avocats commis d’office de Pascal Simbikangwa qui, de leurs propres aveux, sont davantage accoutumés aux affaires d’assises "ordinaires" qu’aux crimes de masse. Dans les faits, l’ex-militaire de la garde présidentielle, devenu agent du renseignement après qu’un accident de la route l’eut définitivement cloué dans un fauteuil roulant, est accusé d'avoir fourni des armes, entraîné et donné des instructions à des civils et des miliciens pour débusquer et tuer "l’ennemi" tutsi.

"Château de cartes" et "faux témoignages"

"Ce dossier a été construit de manière particulière", déplore Me Alexandra Bourgeot, pour qui le mandat d’arrêt, "rédigé par les autorités de Kigali après l’arrestation de Pascal Simbikangwa à Mayotte", constitue le péché originel d’une instruction aux bases aussi solides que celles "d’un château de cartes".

Mais ce sont surtout les récits délivrés par les témoins à charge qui, pour la défense, décrédibilise l’accusation. "Il y a eu beaucoup de faux témoignages", lance-t-elle en rappelant certains anachronismes et incohérences relevés lors des auditions. Et de fustiger des témoins, historiens, victimes du génocide ou miliciens hutus repentis qui "ne se souviennent plus, se contredisent ou ne savent pas situer les faits sur une carte". Des approximations d’autant plus sensibles que, faute de preuves matérielles présentées à la cour, le jury devra fonder son jugement sur la seule base des témoignages apportés à la barre durant les cinq semaines d’auditions.

"Que propose-t-on à la cour pour établir que Pascal Simbikangwa était un homme puissant, un dignitaire du régime hutu ?" surenchérit Me Fabrice Epstein. "Des faisceaux d’indices", "des conjectures", "des supputations", "des rumeurs", "des fantasmes"... En clair pour la défense, c’est "un procès en sorcellerie" qui est intenté à l’encontre de Pascal Simbikangwa. "On a essayé de grossir les traits de cet homme, en faire un membre du Hutu Power, un idéologue du génocide, s’insurge la défense dont la stratégie consiste, depuis le début des audiences, a présenté l’accusé comme un fonctionnaire insignifiant. "Les parties civiles ont voulu comparer Pascal Simbikangwa aux génocidaires du XXe siècle, s’emporte Me Fabrice Epstein. C’est faire un procès-spectacle, c’est jouer sur l’émotion, car on n’a rien d’autres à présenter contre lui."

Désobéissance civile

Sans en prononcer le terme, c’est bien un "procès politique" que la défense s’emploie à dénoncer dans sa plaidoirie. "Le régime rwandais n’accepte pas les acquittements", assène Me Alexandra Bourgeot pour dénoncer les pressions qu’exerceraient les autorités de Kigali sur les procédures judiciaires liées au génocide de 1994. "On vous demande d'écrire une histoire manichéenne, avec des bons d'un côté et des méchants de l'autre ! s’exclame à l’adresse du jury Me Fabrice Epstein. Je vous demande de désobéir. Répondez aux pressions politiques" en prononçant un acquittement.

Le jury doit rendre son verdict vendredi. Mais avant cela, la cour laissera une dernière fois la parole à l’accusé. Coutumier des longues et digressives dépositions, Pascal Simbikangwa saura sans nul doute profiter de cette ultime prise de parole pour nier une nouvelle fois les faits qui lui sont reprochés. Au risque de verser dans la tribune politique contre l’actuel pouvoir rwandais dont il affirme être la cible. "En 1997, Carlos avait parlé pendant cinq heures", se souvient un journaliste visiblement peu enthousiaste à l’idée de voir les débats se prolonger. Ce qui n’avait pas empêché le terroriste vénézuélien d’être condamné à la réclusion à perpétuité.

Première publication : 13/03/2014

  • GÉNOCIDE RWANDAIS

    La perpétuité requise contre Simbikangwa, "un instigateur du génocide rwandais"

    En savoir plus

  • GÉNOCIDE RWANDAIS

    Procès Simbikangwa : la parole à l'accusation, qui parle de "crime de génocide"

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Génocide rwandais : Simbikangwa défend "son devoir d'homme respectable"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)