Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

TECH 24

Evgeny Morozov, l'anti-conformiste du Web

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile au chevet d'une infirmière infectée par Ebola

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

START-UP : La tentation de l'étranger ?

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Enseignement numérique : La francophonie à la traîne !

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Véronique Morali, présidente du Women's Forum et du directoire de Webedia

En savoir plus

Ukraine et Syrie: quelles gestions des crises?

En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

  • Tempête dans l'Himalaya : le bilan humain s'alourdit

    En savoir plus

  • Paul McCarthy renonce à regonfler sa sculpture plastique vandalisée à Paris

    En savoir plus

  • Défiant la loi, le maire de Rome enregistre 16 mariages gays

    En savoir plus

EUROPE

Reportage : en Ukraine, la ville de Torez penche en faveur de la Russie

© FRANCE 24

Vidéo par Laurent GESLIN , Gulliver CRAGG

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/03/2014

L’envoyé spécial de FRANCE 24 Gulliver Cragg est allé à la rencontre de la population à Torez, une ville minière située à l’est de l’Ukraine, très attachée à la Russie et nostalgique de l’ère soviétique. Reportage.

Alors que la Crimée est sans doute déjà perdue pour l'Ukraine, Kiev s'inquiète pour la suite. Car le référendum sur le rattachement de la Crimée à la Russie, organisé le 16 mars par les autorités pro-russes de la péninsule, trouve un écho dans le Donbass russophone, un bassin minier de l'est ukrainien, frontalier de la Russie. En effet, les appels pour l'organisation d'un scrutin similaire se font de plus en plus nombreux. L’envoyé spécial de FRANCE 24 Gulliver Cragg est allé à la rencontre de la population à Torez, une ville minière de près de 60 000 habitants, située à l’est de Donetsk, capitale de la région.

Comme la plupart des villes minières de l'Est, cette ville qui porte le nom de l'ancien dirigeant communiste français, Maurice Thorez,  cultive la nostalgie de l'Union soviétique.
"Avant, il y avait dix-sept mines, et il n'y avait pas assez de bras pour travailler, raconte à FRANCE 24 Yura Geba, un mineur à la retraite. Désormais, il n'y en a plus que trois". Et de pester : "J'ai travaillé durant 33 ans dans les mines, et aujourd'hui ma retraite ne vaut même pas deux kopeks". Interrogé sur la situation du pays, la révolte du Maïdan, haut lieu de l'opposition à l'ancien régime, il estime que  "manifestement, le scénario a été écrit par l'Ouest".
 
"Je suis né sous l'URSS"
 
À l’instar de Yura, des habitants de Torez reprochent au président déchu Viktor Ianoukovitch, dont le fils contrôlait plusieurs mines, d'avoir accéléré le déclin de la région, mais ils ne soutiennent pas pour autant la révolte qui a mené à son éviction.
 
Galina Pelagey, propriétaire de kiosque, dit ne pas comprendre pourquoi "ces gens" ont occupé la place Maïdan. Pourtant, Galina a elle-même organisé des manifestations contre la corruption des politiciens locaux.  "Bien sûr, les gens doivent protester et exprimer leurs opinions sur la corruption omniprésente, mais tout cela a été exploité par ceux qui voulaient juste prendre le pouvoir", estime-t-elle. Elle reste persuadée que le nouveau gouvernement ukrainien pro-occidental n'apportera rien de bon à la région.
 
Son fils, qui travail à la mine, abonde "Je suis né sous l'URSS et bien sûr je soutiens la Russie, confie Stanislav Pelagey. Mais ce qui va arriver après n'est pas clair, la seule chose dont je sois sûr, c'est que l'on ne peut rien attendre de bons des Américains."
 
Toutefois, à Torez certains restent très attachés à l’unité de l’Ukraine. " Je ne comprends pas les gens qui veulent un référendum pour rejoindre la Russie. Pourquoi ? Nous avons un pays uni, pas besoin de le diviser", argumente un routier. Il affirme qu'il rejoindra un mouvement de résistance armé si la Russie envahit "l'Ukraine de l'Est". À Torez, il aurait peu de soutien.

Première publication : 13/03/2014

  • UKRAINE

    À Washington, Obama reçoit Iatseniouk et met en garde Poutine

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Le Parlement de Crimée déclare son indépendance à l'égard de l'Ukraine

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Deux journalistes ukrainiens enlevés en Crimée, selon RSF

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)