Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

EUROPE

Reportage : en Ukraine, la ville de Torez penche en faveur de la Russie

© FRANCE 24

Vidéo par Laurent GESLIN , Gulliver CRAGG

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/03/2014

L’envoyé spécial de FRANCE 24 Gulliver Cragg est allé à la rencontre de la population à Torez, une ville minière située à l’est de l’Ukraine, très attachée à la Russie et nostalgique de l’ère soviétique. Reportage.

Alors que la Crimée est sans doute déjà perdue pour l'Ukraine, Kiev s'inquiète pour la suite. Car le référendum sur le rattachement de la Crimée à la Russie, organisé le 16 mars par les autorités pro-russes de la péninsule, trouve un écho dans le Donbass russophone, un bassin minier de l'est ukrainien, frontalier de la Russie. En effet, les appels pour l'organisation d'un scrutin similaire se font de plus en plus nombreux. L’envoyé spécial de FRANCE 24 Gulliver Cragg est allé à la rencontre de la population à Torez, une ville minière de près de 60 000 habitants, située à l’est de Donetsk, capitale de la région.

Comme la plupart des villes minières de l'Est, cette ville qui porte le nom de l'ancien dirigeant communiste français, Maurice Thorez,  cultive la nostalgie de l'Union soviétique.
"Avant, il y avait dix-sept mines, et il n'y avait pas assez de bras pour travailler, raconte à FRANCE 24 Yura Geba, un mineur à la retraite. Désormais, il n'y en a plus que trois". Et de pester : "J'ai travaillé durant 33 ans dans les mines, et aujourd'hui ma retraite ne vaut même pas deux kopeks". Interrogé sur la situation du pays, la révolte du Maïdan, haut lieu de l'opposition à l'ancien régime, il estime que  "manifestement, le scénario a été écrit par l'Ouest".
 
"Je suis né sous l'URSS"
 
À l’instar de Yura, des habitants de Torez reprochent au président déchu Viktor Ianoukovitch, dont le fils contrôlait plusieurs mines, d'avoir accéléré le déclin de la région, mais ils ne soutiennent pas pour autant la révolte qui a mené à son éviction.
 
Galina Pelagey, propriétaire de kiosque, dit ne pas comprendre pourquoi "ces gens" ont occupé la place Maïdan. Pourtant, Galina a elle-même organisé des manifestations contre la corruption des politiciens locaux.  "Bien sûr, les gens doivent protester et exprimer leurs opinions sur la corruption omniprésente, mais tout cela a été exploité par ceux qui voulaient juste prendre le pouvoir", estime-t-elle. Elle reste persuadée que le nouveau gouvernement ukrainien pro-occidental n'apportera rien de bon à la région.
 
Son fils, qui travail à la mine, abonde "Je suis né sous l'URSS et bien sûr je soutiens la Russie, confie Stanislav Pelagey. Mais ce qui va arriver après n'est pas clair, la seule chose dont je sois sûr, c'est que l'on ne peut rien attendre de bons des Américains."
 
Toutefois, à Torez certains restent très attachés à l’unité de l’Ukraine. " Je ne comprends pas les gens qui veulent un référendum pour rejoindre la Russie. Pourquoi ? Nous avons un pays uni, pas besoin de le diviser", argumente un routier. Il affirme qu'il rejoindra un mouvement de résistance armé si la Russie envahit "l'Ukraine de l'Est". À Torez, il aurait peu de soutien.

Première publication : 13/03/2014

  • UKRAINE

    À Washington, Obama reçoit Iatseniouk et met en garde Poutine

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Le Parlement de Crimée déclare son indépendance à l'égard de l'Ukraine

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Deux journalistes ukrainiens enlevés en Crimée, selon RSF

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)