Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

EUROPE

Reportage : en Ukraine, la ville de Torez penche en faveur de la Russie

© FRANCE 24

Vidéo par Laurent GESLIN , Gulliver CRAGG

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/03/2014

L’envoyé spécial de FRANCE 24 Gulliver Cragg est allé à la rencontre de la population à Torez, une ville minière située à l’est de l’Ukraine, très attachée à la Russie et nostalgique de l’ère soviétique. Reportage.

Alors que la Crimée est sans doute déjà perdue pour l'Ukraine, Kiev s'inquiète pour la suite. Car le référendum sur le rattachement de la Crimée à la Russie, organisé le 16 mars par les autorités pro-russes de la péninsule, trouve un écho dans le Donbass russophone, un bassin minier de l'est ukrainien, frontalier de la Russie. En effet, les appels pour l'organisation d'un scrutin similaire se font de plus en plus nombreux. L’envoyé spécial de FRANCE 24 Gulliver Cragg est allé à la rencontre de la population à Torez, une ville minière de près de 60 000 habitants, située à l’est de Donetsk, capitale de la région.

Comme la plupart des villes minières de l'Est, cette ville qui porte le nom de l'ancien dirigeant communiste français, Maurice Thorez,  cultive la nostalgie de l'Union soviétique.
"Avant, il y avait dix-sept mines, et il n'y avait pas assez de bras pour travailler, raconte à FRANCE 24 Yura Geba, un mineur à la retraite. Désormais, il n'y en a plus que trois". Et de pester : "J'ai travaillé durant 33 ans dans les mines, et aujourd'hui ma retraite ne vaut même pas deux kopeks". Interrogé sur la situation du pays, la révolte du Maïdan, haut lieu de l'opposition à l'ancien régime, il estime que  "manifestement, le scénario a été écrit par l'Ouest".
 
"Je suis né sous l'URSS"
 
À l’instar de Yura, des habitants de Torez reprochent au président déchu Viktor Ianoukovitch, dont le fils contrôlait plusieurs mines, d'avoir accéléré le déclin de la région, mais ils ne soutiennent pas pour autant la révolte qui a mené à son éviction.
 
Galina Pelagey, propriétaire de kiosque, dit ne pas comprendre pourquoi "ces gens" ont occupé la place Maïdan. Pourtant, Galina a elle-même organisé des manifestations contre la corruption des politiciens locaux.  "Bien sûr, les gens doivent protester et exprimer leurs opinions sur la corruption omniprésente, mais tout cela a été exploité par ceux qui voulaient juste prendre le pouvoir", estime-t-elle. Elle reste persuadée que le nouveau gouvernement ukrainien pro-occidental n'apportera rien de bon à la région.
 
Son fils, qui travail à la mine, abonde "Je suis né sous l'URSS et bien sûr je soutiens la Russie, confie Stanislav Pelagey. Mais ce qui va arriver après n'est pas clair, la seule chose dont je sois sûr, c'est que l'on ne peut rien attendre de bons des Américains."
 
Toutefois, à Torez certains restent très attachés à l’unité de l’Ukraine. " Je ne comprends pas les gens qui veulent un référendum pour rejoindre la Russie. Pourquoi ? Nous avons un pays uni, pas besoin de le diviser", argumente un routier. Il affirme qu'il rejoindra un mouvement de résistance armé si la Russie envahit "l'Ukraine de l'Est". À Torez, il aurait peu de soutien.

Première publication : 13/03/2014

  • UKRAINE

    À Washington, Obama reçoit Iatseniouk et met en garde Poutine

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Le Parlement de Crimée déclare son indépendance à l'égard de l'Ukraine

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Deux journalistes ukrainiens enlevés en Crimée, selon RSF

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)