Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Teddy Riner : "Je suis allé chercher ma deuxième médaille d’or avec les tripes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkini : le Conseil d'état tranche, le débat politique continue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'offensive turque en Syrie - Arrêté anti-burkini suspendu

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les secrets de l'Hôtel des Invalides

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Fiscalité, épargne, travail : les promesses économiques du candidat Sarkozy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le patriotisme économique prôné par Montebourg peut-il fonctionner ?

En savoir plus

FOCUS

Présidentielle au Gabon : bataille électorale à Port-Gentil

En savoir plus

FRANCE

Surfacturations à l'UMP : le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/03/2014

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur des accusations de prestations surfacturées à l'UMP par une société de communication fondée par des proches de Jean-François Copé, a indiqué jeudi une source judiciaire.

Events & Cie, la filiale de la société de communication Bygmalion, détenue par des proches de Jean-François Copé, a-t-elle surfacturé des prestations à l'UMP lors de la campagne présidentielle de 2012 ? C'est pour répondre à cette question que le parquet de Paris a ouvert, le 5 mars, une enquête préliminaire, selon une information révélée, jeudi 13 mars, par une source judiciaire. "On en est au stade des vérifications", a prévenu cette source.

Si elles devaient être constituées, ces accusations d'irrégularités de facturations pourraient relever du faux ou de l'abus de confiance, a expliqué une source proche du dossier. Contacté par l'AFP, l'avocat de Jean-François Copé, Me Hervé Temime, s'est refusé à tout commentaire.

Fin février, l’hebdomadaire "Le Point" avait publié une enquête faisant état de surfacturations, notamment lors de la campagne présidentielle de 2012, par cette société fondée par deux proches de Jean-François Copé, alors secrétaire général de l'UMP. Au total, l'agence aurait empoché un montant estimé à 8 millions d'euros pour organiser les meetings de campagne.

Events & Cie n'aurait pas hésité à gonfler certains tarifs, indique le journal, qui cite notamment "des frais de traiteur, de retransmission vidéo ou encore d'éclairage" pouvant parfois "doubler". La petite entreprise en aurait profité entre 2010 et 2012, à l'époque même où sombraient les finances du parti. Peu après, l'UMP a fait appel à ses sympathisants pour renflouer ses caisses, à hauteur de 11 millions d'euros.

Jean-François Copé et Bygmalion ont attaqué l'hebdomadaire en diffamation.

Avec AFP

Première publication : 13/03/2014

  • FRANCE

    Mis en cause par "Le Point", Copé prône la transparence pour les partis

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les amis de Copé ont-ils puisé dans les caisses de l'UMP ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Tous à poil" : les élucubrations de Jean-François Copé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)