Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement d'un Français en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le retour de Nicolas Sarkozy n'est pas une solution pour la France"

En savoir plus

SUR LE NET

Cambodge : les travailleurs exigent une hausse des salaires

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort de trois Israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

FRANCE

Surfacturations à l'UMP : le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/03/2014

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur des accusations de prestations surfacturées à l'UMP par une société de communication fondée par des proches de Jean-François Copé, a indiqué jeudi une source judiciaire.

Events & Cie, la filiale de la société de communication Bygmalion, détenue par des proches de Jean-François Copé, a-t-elle surfacturé des prestations à l'UMP lors de la campagne présidentielle de 2012 ? C'est pour répondre à cette question que le parquet de Paris a ouvert, le 5 mars, une enquête préliminaire, selon une information révélée, jeudi 13 mars, par une source judiciaire. "On en est au stade des vérifications", a prévenu cette source.

Si elles devaient être constituées, ces accusations d'irrégularités de facturations pourraient relever du faux ou de l'abus de confiance, a expliqué une source proche du dossier. Contacté par l'AFP, l'avocat de Jean-François Copé, Me Hervé Temime, s'est refusé à tout commentaire.

Fin février, l’hebdomadaire "Le Point" avait publié une enquête faisant état de surfacturations, notamment lors de la campagne présidentielle de 2012, par cette société fondée par deux proches de Jean-François Copé, alors secrétaire général de l'UMP. Au total, l'agence aurait empoché un montant estimé à 8 millions d'euros pour organiser les meetings de campagne.

Events & Cie n'aurait pas hésité à gonfler certains tarifs, indique le journal, qui cite notamment "des frais de traiteur, de retransmission vidéo ou encore d'éclairage" pouvant parfois "doubler". La petite entreprise en aurait profité entre 2010 et 2012, à l'époque même où sombraient les finances du parti. Peu après, l'UMP a fait appel à ses sympathisants pour renflouer ses caisses, à hauteur de 11 millions d'euros.

Jean-François Copé et Bygmalion ont attaqué l'hebdomadaire en diffamation.

Avec AFP

Première publication : 13/03/2014

  • FRANCE

    Mis en cause par "Le Point", Copé prône la transparence pour les partis

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les amis de Copé ont-ils puisé dans les caisses de l'UMP ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Tous à poil" : les élucubrations de Jean-François Copé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)