Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

SPORT

Le président du Bayern Munich écope de prison ferme pour fraude fiscale

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/03/2014

Uli Hoeness, président du club de football allemand du Bayern Munich, a été condamné, jeudi, à trois ans et demi de prison ferme dans une affaire de fraude fiscale. Le délit porte sur plus de 27 millions d’euros.

Le président du Bayern Munich Uli Hoeness, l’un des clubs phares de la Bundesliga, a été condamné jeudi 13 mars à trois ans et demi de prison ferme pour avoir fraudé le fisc de plus de 27 millions d'euros. Il risquait jusqu’à dix ans de réclusion.

"Monsieur Hoeness est condamné à une peine de prison ferme de trois ans et six mois pour sept cas graves de fraude fiscale", a annoncé Rupert Heindl, le juge du tribunal de Munich (sud de l'Allemagne), au quatrième jour du procès.

Le parquet avait requis cinq ans et demi de prison ferme tandis que l'avocat d'Uli Hoeness, Hanns W. Feigen, avait plaidé en faveur d'au maximum une peine avec sursis, faisant valoir que son client s'était lui même dénoncé aux autorités fiscales allemandes.

En effet, cette procédure d'auto-dénonciation aurait permis à l'accusé de mettre sa situation en règle moyennant une forte pénalité financière, tout en mettant le fraudeur à l'abri de toute poursuite pénale. Le juge a cependant estimé que cette "auto-dénonciation" n'était "pas valide".

Le président du puissant club de football, vainqueur de la Ligue des champions l'an dernier, était jugé pour ne pas avoir déclaré des revenus boursiers réalisés en Suisse dans les années 2000.

S'il a jusqu'ici bénéficié du soutien indéfectible des actionnaires, des dirigeants et des fans du club, sa condamnation à une peine de prison ferme pourrait remettre en cause son maintien à la tête de la présidence du Bayern.

Il disposait d'une semaine pour interjeter appel, tout comme le parquet.

D'abord estimé à 3,5 millions d'euros dans l'acte de renvoi, le préjudice fiscal a été réévalué à 27,2 millions d'euros au fil des témoignages, accablants.

L'accusé avait admis au premier jour de son procès avoir une dette fiscale de plus de 18 millions d'euros. Ce montant a encore été révisé à la hausse après les révélations d'une enquêtrice fiscale au deuxième jour du procès.

Uli Hoeness, 62 ans, s'était lui même dénoncé au fisc le 17 janvier 2013 pour se mettre en règle à moindre frais. Il avait alors remboursé 10 millions d'euros au fisc.

Mais la justice est convaincue qu'il se savait sur le point d'être démasqué, notamment par la presse qui a d'ailleurs révélé l'affaire quelque temps après.

Hoeness, figure jusqu'ici très respectée dans le monde du football, était devenu l’un des chantres de la lutte contre la corruption. Il était notamment cité en exemple pour la gestion financière de son club de football.

Avec AFP

Première publication : 13/03/2014

  • FOOTBALL

    Ligue des champions : le Bayern et l'Atletico filent en quarts de finale

    En savoir plus

  • FOOTBALL - JUSTICE

    Le patron du Bayern avoue une fraude de plus de 18 millions d’euros

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Vainqueur du Raja, le Bayern Munich s'offre le Mondial des clubs 2013

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)