Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

Asie - pacifique

Vol MH370 : pas de débris dans la zone indiquée par les satellites chinois

© AFP

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/03/2014

Les dernières recherches, concentrées autour d'une zone où des "objets flottants" ont été détectés par les équipes chinoises, se sont révélées infructueuses. Malgré l'extension des recherches, le Boeing 777 de Malaysia Airlines reste introuvable.

L’espoir né des photographies d’un satellite chinois montrant des objets flottants susceptibles de provenir du Boeing 777 disparu de Malaysia Airlines aura été de courte durée. Le Vietnam a indiqué jeudi 13 mars que ses avions n'avaient pas repéré de débris dans la zone où des "objets flottants" ont été signalés par les autorités chinoises.

"Nous avons envoyé ce matin deux avions AN-26 pour inspecter les zones maritimes près de l'île de Con Dao, où trois objets suspects avaient été détectés par un satellite chinois. Ils sont revenus, sans avoir rien trouvé pour l'heure", a indiqué à l'AFP Dinh Viet Thang, vice-directeur de l'aviation civile vietnamienne.

Un avion malaisien dépêché dans la zone jeudi après-midi a fait le même constat : "Zéro observation", a écrit dans un SMS à l'AFP le chef des opérations aériennes côté malaisien, Affendi Buang.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, la Chine avait en effet annoncé que l'un de ses satellites avait détecté trois larges objets flottants, dans une zone maritime où le Boeing 777 de Malaysia Airlines a perdu le contact, il y a six jours.

Interrogé sur la nature de ces débris, un responsable du Centre chinois de gestion de données et d'applications satellite (CRESDA), était cependant resté prudent : "Nous n'avons pas encore tiré de conclusion", avait-il indiqué à l’AFP.

Les États-Unis, qui ont dépêché sur zone deux destroyers et deux avions de surveillance, avaient réagi avec prudence à l'annonce chinoise. "Je n'ai aucune information précise sur ces images satellite", avait alors déclaré à CNN le commandant William Marks, du navire USS Blue Ridge. Washington a par ailleurs indiqué mercredi soir que leurs satellites espions n'avaient repéré aucune explosion aérienne lors de la perte de contact.

Le Premier ministre chinois a promis jeudi matin que son pays, dont 153 ressortissants étaient à bord de l'avion disparu, poursuivra les recherches "aussi longtemps qu'il restera une lueur d'espoir".

Image de débris prise par un satellite chinois
© Capture d'écran du site www.sastind.gov.on

Le mystère demeure, les recherches se poursuivent

La zone surveillée est parcourue de grandes routes maritimes et semée de nombreux débris, ce qui complique la tache des opérations de recherche. De larges traces de carburant découvertes le jour du drame par des avions vietnamiens se sont par exemple révélées être une fausse piste.

Entrées dans leur sixième jour jeudi, les opérations de recherche ont été élargies à la mer d'Andaman, sur la côte occidentale de la Malaisie, loin de la trajectoire qu'était censé emprunter le vol MH370. La mer d'Andaman est bordée au sud par la pointe septentrionale de l'île indonésienne de Sumatra, à l'est et au nord par la Thaïlande et la Birmanie.

Les recherches se déroulaient jusque-là principalement dans un rayon de 200 km autour du lieu où le contrôle aérien a perdu le contact avec l'appareil, entre la côte orientale de la Malaisie et le sud du Vietnam.

Les opérations mobilisent 42 navires et 39 avions de douze nations, dont les États-Unis, la Chine et le Japon. La zone étudiée couvre désormais près de 27 000 milles nautiques (quelque 90 000 km², soit quasiment la surface du Portugal).

Les tentatives d'explications sur la disparition soudaine de l'appareil abondent : explosion à bord, graves problèmes techniques, détournement, frappe d'un missile, voire suicide du pilote.

Si l'avion s'est abîmé en mer, il pourrait s'agir de la catastrophe aérienne la plus meurtrière d'un avion de ligne depuis 2001, date de l'accident d'un Airbus A300 d'American Airlines qui avait fait 265 morts aux États-Unis.

Avec AFP

Première publication : 13/03/2014

  • ACCIDENT AÉRIEN

    Malaysia Airlines : "Bonne nuit", les derniers mots des pilotes

    En savoir plus

  • ACCIDENT AÉRIEN

    Les recherches étendues à l'ouest, la Malaisie sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • ACCIDENT AÉRIEN

    "Il n'est pas surprenant que deux Iraniens aient transité par la Malaisie"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)