Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

EUROPE

Ukraine : Kerry et Lavrov se quittent sans parvenir à un accord

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/03/2014

À Londres, les deux représentants de la diplomatie américaine et russe se sont quittés sur un échec. John Kerry et Sergueï Lavrov n'ont pas réussi à s'accorder sur une "vision commune" pour tenter de trouver une solution à la crise ukrainienne.

Tandis que de nouvelles troupes russes ont débarqué, vendredi 14 mars, en Crimée, les efforts diplomatiques se sont poursuivis à Londres pour tenter de trouver une solution à la crise qui agite l’Ukraine. En vain.

Après plusieurs heures d'entretiens, le secrétaire d'État américain John Kerry et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov ne sont pas parvenus à trouver un terrain d’entente. Aucune solution n'a été trouvée au terme de deux semaines d'intenses activités diplomatiques qui ont ranimé la flamme éteinte en 1991 lors de la Guerre froide.

"Pas de vision commune" mais "un dialogue constructif"

Signe du fossé qui sépare Américains et Russes sur l'Ukraine, les deux ministres ont tenu des conférences de presse séparées vendredi. Après Sergueï Lavrov, John Kerry s'est exprimé devant la presse à Londres dans l'après-midi.

Le ministre russe des Affaires étrangères a tout d’abord constaté l'absence de "vision commune" de Washington et Moscou sur la situation en Ukraine même si "le dialogue a été vraiment constructif". Il a en outre indiqué que la Russie respecterait "le souhait des habitants de la Crimée", lors du référendum de dimanche sur le rattachement de la Crimée à Moscou.

À une question relative aux incidents jeudi à Donetsk, dans l’est de l'Ukraine, Sergueï Lavrov a assuré que Moscou "n'a pas et ne peut avoir le projet d'envahir le sud-est de l'Ukraine au prétexte que les droits des Russes, Hongrois, Bulgares et Ukrainiens doivent être protégés". Des déclarations qui semblent minimiser la portée des menaces voilées d'intervention formulées quelques heures plus tôt par son ministère à Moscou

Sergueï Lavrov a enfin insisté sur l'enjeu de la Crimée aux yeux de Moscou: "la Crimée a beaucoup plus d'importance pour la Russie que n'en ont les Malouines pour le Royaume-Uni ou les Comores pour la France", a-t-il fait valoir.

Sanctions contre Moscou en cas de "oui" au référendum

De son côté, John Kerry a répété que le référendum était "illégitime", "contraire à la constitution de l'Ukraine, contraire au droit international". "Ni nous-mêmes ni la communauté internationale ne reconnaîtront les résultats de ce référendum".

Le diplomate américain a, par ailleurs, averti le Kremlin que les États-Unis et l'Union européenne imposeraient des sanctions concertées dès lundi si le référendum criméen était maintenu.

Une note d'espoir tout de même. "J'ai présenté un certain nombre d'idées au nom du président qui, pensons-nous sincèrement, peuvent ouvrir la voie à une avancée pour toutes les parties", a fait savoir le secrétaire d'État américain. Avant d'ajouter qu'il restait "profondément préoccupés par les importants déploiements de forces russes en Crimée et le long de la frontière à l'est avec la Russie", demandant leur retrait.

Une entente affichée

Contrastant avec les divergences affichées par les deux hommes, le ministère russe des Affaires étrangères a publié sur son compte Twitter une série de photos des deux ministres, prises dans le parc de la résidence américaine.

On y voit les deux dirigeants à portée d'un ballon de football avec la légende humoristique "Mi-temps terminé, le match reprend"; marchant mains dans les poches sur la pelouse ; ou assis côte-à-côte sur un banc au milieu des jonquilles.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 14/03/2014

  • UKRAINE

    Crimée : rencontre de la dernière chance entre Kerry et Lavrov

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Ukraine : face à face entre Kerry et Lavrov à Paris

    En savoir plus

  • CRIMÉE

    Ukraine : face à face attendu à Paris entre Kerry et Lavrov

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)