Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

Afrique

Procès Pistorius : les enquêteurs accusés "de vol et de maladresses"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/03/2014

Selon un ancien responsable de la police sud-africaine, les enquêteurs chargés d’examiner les lieux du crime dans l’affaire Pistorius ont manipulé l’arme utilisée sans gants, et une montre de grande valeur aurait été dérobée.

Le 14 février 2013, les enquêteurs dépêchés chez Oscar Pistorius après le meurtre de son amie Reeva Steenkamp ont manipulé sans gants l'arme du crime, a confié un ancien policier sud-africain vendredi, lors du procès. Il a également révélé qu’une montre de valeur appartenant à l’athlète avait disparue.

"L'expert en balistique manipulait l'arme sans gants. Il avait déjà retiré le barillet", a témoigné Giliam van Rensburg, un responsable qui a quitté la police fin 2013.

"Je lui ai demandé : ‘Qu'est-ce que vous faites ?’, il a dit ‘désolé’, l'a remis en place et a alors seulement sorti des gants de sa poche", a-t-il ajouté.

Giliam van Rensburg, qui dirigeait alors un commissariat des environs, a également déploré le vol d'une montre de l'athlète dont la valeur a été estimée à près de 7 000 euros. "J'ai dit : ‘Je ne peux pas le croire. Nous étions là. Comment cette montre peut-elle avoir disparu ?’", a-t-il raconté. "J'étais furieux !"

Des fouilles des enquêteurs et des véhicules n'ayant rien donné, une enquête a été ouverte. Elle n'a rien donné non plus.

L'ancien policier a également expliqué qu'il avait emporté dans son bureau la porte des toilettes à travers laquelle Oscar Pistorius avait tiré quatre balles sur Reeva Steenkamp, pour la mettre en lieu sûr.

Elle a été emballée dans des housses mortuaires. "Alors qu'on la transportait, les morceaux branlants de la porte bougeaient. J'ai dit qu'il fallait faire très attention", a-t-il déclaré, ajoutant que les sceaux en avaient été brisés après dix jours, quand la défense a voulu l'examiner. "Des petits éclats sont tombés."

Des faux-pas qui pourraient menacer l’argumentation de l’accusation

Giliam van Rensburg est revenu sur certains points de détails de sa propre déposition donnée peu après le début de l'enquête, et a reconnu que les différences entre les versions des policiers étaient "étonnantes".

Les maladresses des enquêteurs avaient déjà été mises en cause l'an dernier lors des audiences préalables à la remise en liberté sous caution de Pistorius peu après les faits.

Le chef des inspecteurs Hilton Botha avait notamment admis que les enquêteurs avaient déambulé sur les lieux du crime sans mettre de patins, avant de se voir retirer l'enquête.

La défense a accusé, vendredi, Giliam van Rensburg de fabriquer son témoignage, afin d'éviter une venue à la barre de Hilton Botha qui pourrait être embarrassante pour l'accusation.

Il appartiendra à la juge Thokozile Masipa d'estimer si les faux-pas de la police ont été trop importants pour que les pièces à conviction présentées puissent être prises en compte.

De nombreuses photos ont été présentées à la Cour, lors de l’audience de vendredi. Parmi elles, plusieurs clichés d'un Oscar Pistorius couvert de sang, torse nu, pris par les enquêteurs peu après leur arrivées sur les lieux du crime. Sur ces images, il scrute l'appareil d’un air impassible.

Avec AFP

Première publication : 14/03/2014

  • AFRIQUE DU SUD

    Oscar Pistorius plaide "non coupable" de l'assassinat de sa petite amie

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Pistorius sort de son silence un an après sa "mortelle Saint-Valentin"

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Oscar Pistorius sera jugé en mars pour meurtre avec préméditation

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)