Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Merci la Grèce ?"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"On ne revient jamais d'Auschwitz, on vit toute sa vie avec un camp dans la tête"

En savoir plus

MODE

Mode : à Paris, les libertés d'expression triomphent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération des humanitaires à Bangui : le chef anti-balaka Andilo ne sera pas relâché

En savoir plus

SUR LE NET

Facebook part en guerre contre les fausses informations

En savoir plus

SUR LE NET

Venezuela : le président Maduro critiqué en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je suis Syriza ?"

En savoir plus

#ActuElles

Sport : à quand la parité ?

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Colorado : la ruée vers le cannabis

En savoir plus

EUROPE

Manifestation à Moscou contre "l'occupation" de la Crimée

© DMITRY SEREBRYAKOV / AFP

Vidéo par Ksenia BOLCHAKOVA

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/03/2014

Environ 50 000 personnes ont manifesté samedi à Moscou contre "l'occupation" de la Crimée et la politique de Vladimir Poutine. Au même moment, un millier de manifestants soutenaient la position du Kremlin, sur la place Rouge.

Des dizaines de milliers de Russes ont manifesté samedi à Moscou contre l'"occupation" de la Crimée et la politique du Kremlin, tandis qu'un rassemblement d'organisations nationalistes défendait au même moment la ligne officielle près de la place Rouge.

Environ 50 000 personnes ont manifesté, selon des journalistes de l’AFP. Une mobilisation rarement vue depuis les grandes manifestations qui avaient précédé et suivi le retour de Vladimir Poutine au Kremlin, en 2012. La police avait elle évoqué le chiffre de 3 000 personnes.

Le défilé, organisé à l'appel d'un collectif d'opposition, est parti de la place Pouchkine et arrivé avenue Sakharov, du nom de l'ancien dissident soviétique, où se tient un meeting.

"Ne touchez pas à l’Ukraine"

 
"Ne touchez pas à l'Ukraine !", "Non à la guerre !", disaient aussi des pancartes brandies dans la foule de personnes de tous âges, avec des drapeaux russes et ukrainiens. "Pas de référendum sous la menace des armes !", disait un autre slogan, évoquant le référendum sur le rattachement à la Russie organisé dimanche dans la péninsule ukrainienne de Crimée, majoritairement russophone et investie depuis la fin février par des milliers d'hommes en armes présumés être des militaires russes.

"J'estime que la Crimée c'est l'Ukraine, même si la majorité des gens sont russes, ils doivent régler leurs problèmes avec leur État, la Russie n'a rien à voir avec ça", a dit Alla, une ancienne institutrice de 71 ans qui n'a pas souhaité donner son nom. "C'est une guerre, une occupation, c'est inacceptable de la part d'un État civilisé", a-t-elle ajouté.

Des manifestants ont scandé "Non au pouvoir des tchékistes !" [membres des services secrets, NDLR], ou encore "Navalny !", le nom de l'opposant numéro 1 au président Vladimir Poutine, qui est poursuivi et assigné à résidence à Moscou.

 
Une manifestation de soutien à Poutine

Au même moment, plusieurs milliers de personnes - 15 000 selon la police - étaient rassemblées près de la place de la Révolution et du Kremlin, à l'appel d'organisations nationalistes, avec des banderoles de soutien à la politique de Vladimir Poutine.

"Il n'y aura pas de Maïdan à Moscou !", ont lancé les orateurs, faisant allusion au nom de la place de l'Indépendance de Kiev, la capitale ukrainienne, où trois mois de manifestations ont débouché fin février sur la chute du président Viktor Ianoukovitch, réfugié depuis en Russie, et l'installation d'un nouveau pouvoir pro-occidental.

Nombre de jeunes gens portaient des coupe-vent rouges avec au dos le dessin du contour de l'ex-URSS et l'inscription "CCCP 2.0", allusion à la manière des logiciels informatiques à une nouvelle Union soviétique.

Avec AFP

 

Première publication : 15/03/2014

  • UKRAINE

    Reportage : en Ukraine, la ville de Torez penche en faveur de la Russie

    En savoir plus

  • RÉFÉRENDUM EN CRIMÉE

    Vidéo : La Crimée appelée à choisir entre Moscou ou le "fascisme" de Kiev

    En savoir plus

  • CRISE UKRAINIENNE

    Reportage : l'offensive médiatique de la Russie en Crimée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)