Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Radical"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: des morts trop télégéniques

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique - forum pour la paix : comment relever le défi de la réconciliation nationale ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine - l'UE contre la Russie : les "mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 2)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le Festival de Carthage souffle ses 50 bougies !

En savoir plus

FOCUS

Angela Merkel au sommet de son pouvoir?

En savoir plus

MODE

Les collections de l'été 2015 déjà au salon Who's Next à Paris

En savoir plus

  • MH17 : jour de deuil aux Pays-Bas, Washington évoque une "erreur" de tir

    En savoir plus

  • Vidéo : à Khan Younès, les cortèges funéraires se succèdent

    En savoir plus

  • Plusieurs compagnies aériennes annulent leurs vols vers Israël

    En savoir plus

  • Violences à Sarcelles : quatre personnes condamnées à de la prison ferme

    En savoir plus

  • Tour de France : Thibaut Pinot, une dose de "combativité", une dose de "déconne"

    En savoir plus

  • Gaza : "Nous devons aller jusqu'au bout de la mission", prévient Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les boîtes noires vont être analysées au Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Les négociations de paix en Centrafrique tournent court à Brazzaville

    En savoir plus

  • Londres relance l'enquête sur la mort de l'ex-espion russe Litvinenko

    En savoir plus

  • Les télévisions libanaises unissent leur voix pour soutenir Gaza

    En savoir plus

  • Le FBI accusé de transformer des citoyens musulmans en terroristes

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : victoire du réformateur Joko Widodo

    En savoir plus

  • Paris confirme la livraison du premier Mistral à Moscou, le second en suspens

    En savoir plus

  • Transferts : le Colombien James Rodriguez quitte Monaco pour le Real Madrid

    En savoir plus

  • Gaza : l'armée israélienne annonce la disparition d'un de ses soldats

    En savoir plus

  • Dunga sélectionneur : le manque d’imagination du football brésilien

    En savoir plus

  • À Sarcelles, des dignitaires juifs et musulmans ont prié pour la paix

    En savoir plus

  • Transferts : Patrice Evra quitte Manchester United pour la Juventus Turin

    En savoir plus

EUROPE

Manifestation à Moscou contre "l'occupation" de la Crimée

© DMITRY SEREBRYAKOV / AFP

Vidéo par Ksenia BOLCHAKOVA

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/03/2014

Environ 50 000 personnes ont manifesté samedi à Moscou contre "l'occupation" de la Crimée et la politique de Vladimir Poutine. Au même moment, un millier de manifestants soutenaient la position du Kremlin, sur la place Rouge.

Des dizaines de milliers de Russes ont manifesté samedi à Moscou contre l'"occupation" de la Crimée et la politique du Kremlin, tandis qu'un rassemblement d'organisations nationalistes défendait au même moment la ligne officielle près de la place Rouge.

Environ 50 000 personnes ont manifesté, selon des journalistes de l’AFP. Une mobilisation rarement vue depuis les grandes manifestations qui avaient précédé et suivi le retour de Vladimir Poutine au Kremlin, en 2012. La police avait elle évoqué le chiffre de 3 000 personnes.

Le défilé, organisé à l'appel d'un collectif d'opposition, est parti de la place Pouchkine et arrivé avenue Sakharov, du nom de l'ancien dissident soviétique, où se tient un meeting.

"Ne touchez pas à l’Ukraine"

 
"Ne touchez pas à l'Ukraine !", "Non à la guerre !", disaient aussi des pancartes brandies dans la foule de personnes de tous âges, avec des drapeaux russes et ukrainiens. "Pas de référendum sous la menace des armes !", disait un autre slogan, évoquant le référendum sur le rattachement à la Russie organisé dimanche dans la péninsule ukrainienne de Crimée, majoritairement russophone et investie depuis la fin février par des milliers d'hommes en armes présumés être des militaires russes.

"J'estime que la Crimée c'est l'Ukraine, même si la majorité des gens sont russes, ils doivent régler leurs problèmes avec leur État, la Russie n'a rien à voir avec ça", a dit Alla, une ancienne institutrice de 71 ans qui n'a pas souhaité donner son nom. "C'est une guerre, une occupation, c'est inacceptable de la part d'un État civilisé", a-t-elle ajouté.

Des manifestants ont scandé "Non au pouvoir des tchékistes !" [membres des services secrets, NDLR], ou encore "Navalny !", le nom de l'opposant numéro 1 au président Vladimir Poutine, qui est poursuivi et assigné à résidence à Moscou.

 
Une manifestation de soutien à Poutine

Au même moment, plusieurs milliers de personnes - 15 000 selon la police - étaient rassemblées près de la place de la Révolution et du Kremlin, à l'appel d'organisations nationalistes, avec des banderoles de soutien à la politique de Vladimir Poutine.

"Il n'y aura pas de Maïdan à Moscou !", ont lancé les orateurs, faisant allusion au nom de la place de l'Indépendance de Kiev, la capitale ukrainienne, où trois mois de manifestations ont débouché fin février sur la chute du président Viktor Ianoukovitch, réfugié depuis en Russie, et l'installation d'un nouveau pouvoir pro-occidental.

Nombre de jeunes gens portaient des coupe-vent rouges avec au dos le dessin du contour de l'ex-URSS et l'inscription "CCCP 2.0", allusion à la manière des logiciels informatiques à une nouvelle Union soviétique.

Avec AFP

 

Première publication : 15/03/2014

  • UKRAINE

    Reportage : en Ukraine, la ville de Torez penche en faveur de la Russie

    En savoir plus

  • RÉFÉRENDUM EN CRIMÉE

    Vidéo : La Crimée appelée à choisir entre Moscou ou le "fascisme" de Kiev

    En savoir plus

  • CRISE UKRAINIENNE

    Reportage : l'offensive médiatique de la Russie en Crimée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)