Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • Un rassemblement pro-israélien organisé ce jeudi à Paris

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

EUROPE

Manifestation à Moscou contre "l'occupation" de la Crimée

© DMITRY SEREBRYAKOV / AFP

Vidéo par Ksenia BOLCHAKOVA

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/03/2014

Environ 50 000 personnes ont manifesté samedi à Moscou contre "l'occupation" de la Crimée et la politique de Vladimir Poutine. Au même moment, un millier de manifestants soutenaient la position du Kremlin, sur la place Rouge.

Des dizaines de milliers de Russes ont manifesté samedi à Moscou contre l'"occupation" de la Crimée et la politique du Kremlin, tandis qu'un rassemblement d'organisations nationalistes défendait au même moment la ligne officielle près de la place Rouge.

Environ 50 000 personnes ont manifesté, selon des journalistes de l’AFP. Une mobilisation rarement vue depuis les grandes manifestations qui avaient précédé et suivi le retour de Vladimir Poutine au Kremlin, en 2012. La police avait elle évoqué le chiffre de 3 000 personnes.

Le défilé, organisé à l'appel d'un collectif d'opposition, est parti de la place Pouchkine et arrivé avenue Sakharov, du nom de l'ancien dissident soviétique, où se tient un meeting.

"Ne touchez pas à l’Ukraine"

 
"Ne touchez pas à l'Ukraine !", "Non à la guerre !", disaient aussi des pancartes brandies dans la foule de personnes de tous âges, avec des drapeaux russes et ukrainiens. "Pas de référendum sous la menace des armes !", disait un autre slogan, évoquant le référendum sur le rattachement à la Russie organisé dimanche dans la péninsule ukrainienne de Crimée, majoritairement russophone et investie depuis la fin février par des milliers d'hommes en armes présumés être des militaires russes.

"J'estime que la Crimée c'est l'Ukraine, même si la majorité des gens sont russes, ils doivent régler leurs problèmes avec leur État, la Russie n'a rien à voir avec ça", a dit Alla, une ancienne institutrice de 71 ans qui n'a pas souhaité donner son nom. "C'est une guerre, une occupation, c'est inacceptable de la part d'un État civilisé", a-t-elle ajouté.

Des manifestants ont scandé "Non au pouvoir des tchékistes !" [membres des services secrets, NDLR], ou encore "Navalny !", le nom de l'opposant numéro 1 au président Vladimir Poutine, qui est poursuivi et assigné à résidence à Moscou.

 
Une manifestation de soutien à Poutine

Au même moment, plusieurs milliers de personnes - 15 000 selon la police - étaient rassemblées près de la place de la Révolution et du Kremlin, à l'appel d'organisations nationalistes, avec des banderoles de soutien à la politique de Vladimir Poutine.

"Il n'y aura pas de Maïdan à Moscou !", ont lancé les orateurs, faisant allusion au nom de la place de l'Indépendance de Kiev, la capitale ukrainienne, où trois mois de manifestations ont débouché fin février sur la chute du président Viktor Ianoukovitch, réfugié depuis en Russie, et l'installation d'un nouveau pouvoir pro-occidental.

Nombre de jeunes gens portaient des coupe-vent rouges avec au dos le dessin du contour de l'ex-URSS et l'inscription "CCCP 2.0", allusion à la manière des logiciels informatiques à une nouvelle Union soviétique.

Avec AFP

 

Première publication : 15/03/2014

  • UKRAINE

    Reportage : en Ukraine, la ville de Torez penche en faveur de la Russie

    En savoir plus

  • RÉFÉRENDUM EN CRIMÉE

    Vidéo : La Crimée appelée à choisir entre Moscou ou le "fascisme" de Kiev

    En savoir plus

  • CRISE UKRAINIENNE

    Reportage : l'offensive médiatique de la Russie en Crimée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)