Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Face au scandale, la présidente de la région de Madrid démissionne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tensions à Madagascar, l'opposition demande la destitution du président

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Foxtrot" : Samuel Maoz dissèque la société israélienne

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Marchés financiers : les investisseurs craignent la remontée des taux américains

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Téhéran à Washington : "Quitter l'accord sur le nucléaire iranien n'est pas une option"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : en Catalogne, certains redoutent une radicalisation du mouvement indépendantiste

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump et Emmanuel Macron : "bromance", "pellicules"... et Iran

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Législatives au Liban : les femmes en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vincent Bolloré en garde à vue dans une enquête sur ses concessions portuaires en Afrique

En savoir plus

EUROPE

Plébiscite massif en Crimée pour un rattachement à la Russie

© AFP | Des habitants de Sébastopol célèbrent les résultats du référendum

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/03/2014

Les dépouillements de la moitié des bulletins de vote montrent que les habitants de Crimée ont plébiscité à plus 95% le rattachement à la Russie, selon la commission électorale locale. Les pays occidentaux ont exprimé leur rejet de ce référendum.

Selon les premiers résultats officiels diffusés par la commission électorale locale, plus de 95% des habitants de Crimée ont approuvé le rattachement de la péninsule ukrainienne à la Russie. Ce chiffre a été fourni dimanche 16 mars par Mikhaïl Malichev, chef de la commission du référendum, après le décompte de plus de la moitié des bulletins. "95,5% ont voté pour le rattachement de la Crimée à la Russie", a-t-il indiqué. Le taux de participation était de 81%, d'après cette même commission.

• À l’annonce de ces résultats, les pays occidentaux ont rapidement condamné ce référendum jugé "illégal". L’Union européenne a décidé de prendre des sanctions. Elle mettra ses menaces à exécution dès lundi en établissant une liste noire de responsables russes et ukrainiens pro-russes qui seront visés par des restrictions de visas et des gels d’avoirs. Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a aussi qualifié d'"illégal" ce vote et appelé Moscou à "éviter une escalade inutile et dangereuse en Ukraine". Les États-Unis ont aussi rejeté ce référendum et accusé la Russie d’actes "dangereux et déstabilisants".

• Peu après ces premières réactions, le président russe Vladimir Poutine s’est entretenu par téléphone avec son homologue américain. Il a déclaré à Barack Obama que le référendum en Crimée était "pleinement conforme" au droit international et qu'une éventuelle mission de l'OSCE devait le cas échéant s'étendre à toute l'Ukraine. Malgré ces divergences, les deux chefs d’État ont convenu qu’il "était nécessaire de chercher ensemble des moyens de stabiliser la situation en Ukraine".

• Bien loin de cette crise diplomatique, en Crimée, l’heure était en revanche à la fête. Des milliers de personnes se sont rassemblées dans les rues de Simféropol pour célébrer les résultats du référendum. Le Premier ministre séparatiste Serguï Axionov a salué une décision "historique". Il a également annoncé que la République de Crimée demanderait officiellement son rattachement à la Russie dès lundi au cours d’une session extraordinaire au parlement. La Douma doit de son côté voter le projet de loi sur ce rattachement dès le vendredi 21 mars.

Pour revivre les événements de cette journée de référendum sur votre tablette ou sur votre mobile grâce à notre liveblog : cliquez ici.

 

Première publication : 16/03/2014

  • UKRAINE

    Crimée : Moscou et Kiev signent une trêve jusqu'au 21 mars

    En savoir plus

  • EN IMAGES

    Référendum en Crimée : "Nous avons l’âme russe et tout le reste est secondaire"

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Crimée : l'Ukraine sur le pied de guerre face à l'"invasion russe"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)