Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: présercer son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait pas d'ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

EUROPE

Référendum en Crimée : "Nous avons l’âme russe et tout le reste est secondaire"

© Mehdi Chebil

Texte par Mehdi CHEBIL

Dernière modification : 16/03/2014

Les bureaux de vote ont ouvert leurs portes en Crimée, dimanche 16 mars, pour un référendum controversé qui devrait entériner le rattachement de cette République autonome du sud de l'Ukraine à la Fédération de Russie. Reportage.

"Pourquoi je vote pour le rattachement à la Russie ? Mais parce que je suis Russe !",  s’exclame Viktor Nicolaivitch Sirodkin. La réponse semble couler de source pour ce chauffeur-livreur qui a pourtant dû montrer son passeport ukrainien pour voter au bureau numéro 8 de Simferopol, à l'occasion du référendum qui décidera du sort de la Crimée.

La souveraineté de Kiev sur cette République autonome du sud de l'Ukraine et peuplée majoritairement de russophones, est une erreur de l’histoire pour cet homme de 57 ans. "Nous avons l’âme russe et tout le reste est secondaire", explique Sirodkin après avoir glissé son bulletin dans l’urne.

Le scrutin, considéré comme illégal par Kiev et la majorité de la communauté internationale, donne le choix aux électeurs entre deux options : un retour à la Constitution de 1992, synonyme de plus d’autonomie au sein de l’Ukraine, ou le rattachement pur et simple à la Russie.

Pour les électeurs, qui se pressent dans les bureaux de vote de Simferopol en ce dimanche 16 mars, la dernière option est plus qu'évidente.

Un scrutin joué d’avance

Le renversement de l’ancien président Viktor Ianoukovitch, le 22 février dernier, et la montée en puissance de mouvements nationalistes ukrainiens ont réactivé les vieilles rancœurs de l’histoire chez la majorité russophone de Crimée. Igor, ouvrier à Simferopol, souligne aussi l’intérêt économique à rejoindre la Russie.

"Les gens de Kiev détruisent tout alors que Poutine essaie de construire quelque chose de nouveau. La Russie a avancé depuis les années 90… Ici, rien n’a changé", affirme Igor après avoir voté pour le rattachement à la Russie.

Reste que le résultat des urnes est joué d’avance. Les opposants au référendum – déjà minoritaires – ont choisi de boycotter le scrutin. Le vice-président de l’Assemblée (majlis) des Tatars de Crimée, Nariman Djelyal, a confirmé à FRANCE 24 qu’il était hors de question de donner un semblant de légitimité à ce scrutin.

"Nous avons appelé au boycott du référendum… Et ce boycott ne concerne pas seulement les Tatars ; nous demandons à tous les habitants de Crimée de ne pas prendre part au vote". Un appel resté lettre morte auprès de la majorité russophone de Crimée.

 

Première publication : 16/03/2014

  • UKRAINE

    Le référendum en Crimée en cinq questions

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    En images : dernier baroud d’honneur des pro-Ukraine, les pro-Russes préparent la fête en Crimée

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Manifestation à Moscou contre "l'occupation" de la Crimée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)