Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Emmanuel Macron courtise Donald Trump, mais est-ce bien utile ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 17/03/2014

"La moustache de Poutine"

© France 24

Presse internationale, Lundi 17 mars 2014. Au menu de cette revue de presse, le "oui" des Criméens à la Russie, l’inquiétude des Occidentaux quant aux objectifs de Poutine, mais aussi leur impuissance. Et les recherches du vol MH370.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
Au menu de la presse internationale, ce matin, le résultat du référendum en Crimée.
 
Sans surprise, le rattachement de la péninsule ukrainienne à la Russie a été plébiscité, et sans surprise, non plus, la presse ukrainienne de Kiev ne voit pas tout cela d’un très bon œil. Le vote d’hier est qualifié de «pseudo référendum» par le quotidien The Day, qui moque aussi son résultat tout «soviétique»: 93 % de «oui».
 
«Certains peuvent ne pas être d’accord, mais nous sommes heureux»: le journal moscovite et pro-gouvernemental Izvestia est allé, lui, à la rencontre des électeurs pro-russes de Crimée. Des habitants qui avaient le sourire, hier, et avaient revêtu pour l’occasion l’uniforme de la marine russe.
 
Côté occidental, le passage de la Crimée «sous la houlette russe» est avant tout perçu comme la manifestation des projets hégémoniques de Vladimir Poutine. Pour The Guardian, le référendum d’hier est à la fois «dénué de sens» et «significatif». Dénué de sens car illégal, et organisé dans une région sous occupation militaire, et significatif, dans la mesure où il constitue «un pas important vers l’annexion de la Crimée par la Russie». Le quotidien britannique s’inquiète des conséquences du bras de fer dans lequel Poutine s’est engagé, des répercussions d’une nouvelle guerre froide aussi dangereuse qu’inutile.
 
Guerre froide pour The Guardian, évocation de 1938 pour le site Politico. «Si Poutine voulait faire encore mieux pour imiter Adolf Hitler version 1936/1938, il ne lui resterait plus qu’à se laisser pousser la moustache», voilà ce qu’écrit le site américain, pour qui, hormis ce détail tout est là: l’organisation de Jeux olympiques qui tournent à la démonstration de force, l’invasion du pays voisin et les troupes massées le long de la frontière, et à Moscou, la propagande anti-occidentale et la répression de ce qu’il reste de presse libre.
 
Les dirigeants occidentaux se retrouvent eux aussi mis en cause, et notamment Barack Obama, dont la politique étrangère peine décidément à convaincre. Le président américain est accusé de parler beaucoup, d’agir peu, et The New York Times ironise sur la multiplication de ses concepts qui sonnent finalement comme autant d’aveux d’impuissance, de l’ «empreinte légère» qui devait remplacer «la guerre idiote et l’occupation» du temps de Bush, au «leadership par l’arrière».
 
On termine cette revue de presse avec ce mystère qui reste entier autour du vol MH370, l’avion de la Malaysian Airlines disparu il y a plus d’une semaine maintenant. D’après le journal malaisien The New Straits Times, les derniers mots adressés à la tour de contrôle de Kuala Lumpur, «tout va bien, bonne nuit», auraient été entendus après la désactivation des systèmes de communication permettant de localiser l’avion - désactivation qui se serait déroulée en deux temps, ce qui conforte l’hypothèse d’une action délibérée. Mais qui a prononcé ces mots ? Rien, pour l’instant, ne permettrait d’identifier leur auteur.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

23/04/2018 revue de presse

"Emmanuel Macron courtise Donald Trump, mais est-ce bien utile ?"

A la une de la presse, lundi 23 avril, les commentaires de la presse française et américaine sur la visite d’Etat d’Emmanuel Macron aux Etats-Unis. Une visite qui commence...

En savoir plus

20/04/2018 Immigration

Grande-Bretagne : les oubliés de la génération Windrush

Dans cette seconde revue de presse du vendredi 20 avril : le tollé suscité en Grande-Bretagne par l'arrêt des soins d'un immigré de la génération Windrush oubliée par le...

En savoir plus

20/04/2018 Manifestations

"Universités : le ras-le-bol des antibloqueurs"

Dans cette première revue de presse du vendredi 20 avril : le bilan de la journée de mobilisation d'hier en France, le mécontentement sanglant au Nicaragua et la stratégie...

En savoir plus

19/04/2018 Rap

Kanye West s'improvise "philosophe" sur Twitter

Dans cette seconde revue de presse du jeudi 19 avril, la diplomatie "sans but" de Donald Trump vis-à-vis de la Corée du Nord, l'annonce d'élections anticipées en Turquie, les...

En savoir plus

19/04/2018 Angela Merkel

Sur l'Europe, "Macron et Merkel rentrent dans le dur"

Dans la presse, ce jeudi 19 avril, la rencontre entre Emmanuel Macron et Angela Merkel à Berlin, l'appel à la grève générale lancé en France par la CGT, la guerre du "free...

En savoir plus