Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

EUROPE

Bruxelles et Washington sanctionnent des responsables russes et ukrainiens

© AFP

Vidéo par Florence THOMAZEAU

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/03/2014

L'Union européenne et les États-Unis ont annoncé lundi des sanctions à l'encontre des personnalités ukrainiennes et russes jugées responsables de la situation en Crimée, après la proclamation de l'indépendance de la péninsule.

Bruxelles et Washington ne sont pas restés sans réagir au lendemain du référendum sur le rattachement de la Crimée à la Russie. L'Union européenne a adopté lundi 17 mars des sanctions contre 21 personnalités ukrainiennes et russes, jugées responsables du vote annexionniste de la Crimée par la Russie, a annoncé le ministre

Paris "pourra envisager" d'annuler la vente de Mistral à la Russie, selon Fabius

La France "pourra envisager" d'annuler la vente de navires militaires français Mistral à la Russie "si Poutine continue ce qu'il fait" en Ukraine, a déclaré lundi le chef de la diplomatie française Laurent Fabius, tout en soulignant que les autres pays européens devraient aussi prendre des sanctions.

"Ça fait partie du troisième niveau des sanctions. Pour l'instant nous sommes au deuxième niveau", a précisé le ministre français des Affaires étrangères sur TF1.

"Si Poutine continue ce qu'il fait, nous pouvons envisager d'annuler ces ventes, mais nous demanderons à d'autres, je pense notamment aux Britanniques, de faire l'équivalent avec les avoirs russes des oligarques à Londres. Les sanctions doivent toucher tout le monde", a-t-il déclaré, soulignant que l'annulation du contrat Mistral serait aussi "négatif pour les Français".

Avec AFP

lituanien des Affaires étrangères, Linas Linkevicius.

La principale personnalité visée de la péninsule séparatiste est Sergueï Axionov, élu "Premier ministre de Crimée" le 27 février, parce qu'il a "mené une campagne active en faveur de l'organisation du 'référendum' du 16 mars", précise le Journal officiel de l'UE, en détaillant la liste des personnes concernées.

Un autre dirigeant séparatiste, Vladimir Konstantinov, est également sanctionné pour avoir "appelé les électeurs à voter en faveur de l'indépendance de la Crimée", souligne-t-il.

Six autres responsables criméens sont concernés, dont le maire de Sebastopol et l'amiral Denis Berezovski, commandant en chef de la marine ukrainienne, qui avait annoncé le 2 mars qu'il prêtait allégeance aux autorités pro-russes de Crimée.

Parmi les 13 Russes sanctionnés, figurent trois responsables militaires actifs en Crimée, dont le commandant de la flotte de la mer Noire, Alexandre Vitko.

Parallèlement, le président des États-Unis, Barack Obama, a également décrété lundi des sanctions contre 11 hauts responsables gouvernementaux et politiques, a annoncé la Maison Blanche.

Parmi les personnes visées par des gels d'avoirs aux États-Unis, selon l'exécutif, figurent le vice-Premier ministre russe, Dmitri Rogozine, la présidente du Conseil de la Fédération (chambre haute du Parlement russe), Valentina Matvienko, ainsi que deux proches conseillers du président Vladimir Poutine. Le président déchu Viktor Ianoukovitch est également visé par des sanctions américaines

Sanctions supplémentaires dans les prochains jours

"Nous essayons d'envoyer le message le plus fort possible à la Russie", afin qu'elle "comprenne combien la situation est grave" au lendemain du "soi-disant" référendum en Crimée, avait déclaré la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, à son arrivée à la réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE.

Les ministres européens des Affaires étrangères "viennent de décider des sanctions – restrictions de visas et gels d'avoirs – contre 21 responsables ukrainiens et russes", a déclaré Linas Linkevicius sur son compte twitter.

Des sources diplomatiques ont précisé que les sanctions visaient treize responsables russes et huit Ukrainiens pro-russes. Toujours selon Linas Linkevicius, l'UE devrait prendre des "sanctions supplémentaires dans les prochains jours".

De telles sanctions sont inédites dans l'histoire des relations UE-Russie depuis l'effondrement de l'Union soviétique. Elles correspondent à l'application de la deuxième étape de la "réponse graduée" sur laquelle s'étaient entendus les chefs d'État et de gouvernement européens lors de leur réunion extraordinaire sur l'Ukraine du 6 mars.

Avec AFP

Première publication : 17/03/2014

  • UKRAINE - RUSSIE

    Reportage : les Ukrainiens de Moscou dénoncent "la propagande de Poutine"

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Crimée : 96,77 % des votants disent "oui" à la Russie, une "farce" selon Kiev

    En savoir plus

  • UKRAINE

    En images à Simferopol : "Bonjour Russie ! Nous t’attendions"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)