Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

EUROPE

De Kiev à Moscou : comment la Crimée va-t-elle changer de mains ?

Mehdi CHEBIL/FRANCE 24

Texte par Mehdi CHEBIL

Dernière modification : 17/03/2014

Au lendemain du "oui" massif des électeurs au référendum sécessionniste, les autorités de Crimée ont demandé, lundi 17 mars, leur rattachement à la Fédération de Russie. Un transfert de souveraineté qui soulève des problèmes inédits.

À Simferopol, la place Lénine a retrouvé son calme lundi 17 mars après une nuit de festivités bien arrosées pour célébrer le plébiscite des urnes en faveur d’un rattachement de la Crimée à la Russie. Malgré les avertissements de Kiev et des capitales occidentales, qui jugent le scrutin illégal, près de 96,6% des électeurs ont voté pour quitter l’Ukraine. Mais ce "oui"  massif soulève plusieurs questions concernant le transfert de souveraineté, qui aura lieu de facto dans les prochains jours.

Que vont devenir les soldats ukrainiens en Crimée ?

L'une des questions les plus pressantes est celle des unités militaires loyales à Kiev toujours présentes en Crimée. Leurs bases sont encerclées depuis deux semaines par des soldats russes lourdement armés, qui empêchent le moindre mouvement militaire. Du jour au lendemain, ces militaires ukrainiens seront considérés comme une "formation armée illégale" selon l’expression du leader pro-russe criméen, Serguei Axionov.

"Des affrontements entre militaires russes et ukrainiens sont complètement exclus", tempère Alexander Formantchuk, président de l’association des politilogues criméens. "Il va y avoir un processus de négociation, sous supervision internationale si nécessaire, pour que les militaires ukrainiens puissent quitter la Crimée", confirme l’expert. La trêve, annoncée le jour même du référendum – en réalité une extension de celle qui prévaut sur le terrain depuis le début de la crise – permettra de donner jusqu’au 21 mars à Moscou et Kiev pour trouver une solution.

Le spectre de la Transnistrie

Les autorités russes ont annoncé que la Douma (chambre basse du Parlement russe) examinerait la demande de rattachement de la Crimée dès vendredi 21 mars. Un laps de temps qui fait craindre à certains Criméens que Moscou se contente de garder le statut de leur province dans une espèce d’ambigüité juridique, pour éviter davantage de sanctions internationales.

"Le pire pour nous serait un scénario à la transnistrienne : une espèce d’enclave avec des forces armées russes, qui n’est même pas reconnue par la Russie elle-même. Plus de liaisons aériennes, crash de l’économie, fin du tourisme, circulation des armes… ça serait un désastre !", explique Vladislav Osipov, journaliste ukrainien basé à Sebastopol.

Pour Alexander Formantchuk, la Russie va au contraire chercher à entériner l’annexion de la Crimée le plus vite possible. "Une délégation des autorités criméennes est déjà en route vers Moscou pour demander l’intégration de la Crimée à la Fédération de Russie dès mardi (…) La Crimée ne sera pas comme la Transnistrie, ni comme l’Abhazkie".

Incertitude sur les lendemains économiques

Les électeurs qui se sont pressés dans les bureaux de vote pour demander le rattachement de la Crimée à la Russie sont convaincus de ses bienfaits économiques. Pour eux, cette nouvelle donne juridique entraînera un afflux d’investissements russes et une augmentation du montant des retraites et des salaires.

En réalité, la Crimée se retrouve brouillée du jour au lendemain avec l'Ukraine, son unique fournisseur d’eau, de gaz, et d’électricité. Alexander Formantchuk est cependant convaincu que les autorités ukrainiennes ne vont pas utiliser ces questions d’approvisionnement pour faire du chantage aux autorités séparatistes de Simferopol.

"Il y a eu des négociations commerciales la semaine dernière et ils se sont mis d’accord pour que la Crimée commence à acheter de l’eau à l’Ukraine dès le 19 mars. Les deux parties entretiendront des relations commerciales", affirme le politologue criméen.

L’épineuse question des champs de gaz en mer Noire

La brouille entre Kiev et Moscou risque de se déplacer sur la question des matières premières – gaz, pétrole – qui reposent au fond de la mer Noire, au large de la Crimée. Selon Bloomberg Businessweek, Exxon Mobil et Royal Dutch Shell étaient sur le point de signer un accord avec Kiev pour investir 735 millions de dollars dans la percée de deux puits au large de la côte sud-ouest de la Crimée, accord qui tombe à l’eau avec les derniers évènements

Pour Mikhailo Gonchar, expert en questions énergétiques au centre Razumkov de Kiev, toutes les infrastructures gazières détenues par le gouvernement ukrainien passeront rapidement aux mains du géant russe Gazprom, via éventuellement une pseudo-nationalisation décrétée par les autorités de Crimée. L’imbroglio juridique autour de cette sécession non reconnue par l’immense majorité de la communauté internationale pourrait remettre en cause des projets d’investissements dans des zones limitrophes entre les eaux territoriales ukrainiennes et criméennes.

“C’est clairement une façon pour la Russie d’empêcher l’implication des grosses compagnies pétrolières étrangères en mer Noire, où elles sont en compétition avec Gazprom", conclut Mikhailo Gonchar.
 

Première publication : 17/03/2014

COMMENTAIRE(S)