Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Economie

Rachat de SFR : les bons baisers de Suisse du patron de Numericable

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 18/03/2014

Malgré les appels pressants du gouvernement français, le PDG de Numericable, Patrick Drahi, n'a pas l'intention de quitter la Suisse pour s’installer en France si les négociations avec Vivendi pour le rachat de SFR se concrétisent.

L'opérateur télécom français SFR sera-t-il dirigé depuis Genève ? Cette perspective déplaît au gouvernement français. Après l’annonce, vendredi 14 mars, de l’ouverture de négociations exclusives entre Numericable et Vivendi pour le rachat de SFR, la ministre déléguée à l’Économie numérique Fleur Pellerin a trouvé “logique” que Patrick Drahi, le PDG du câblo-opérateur, revienne s’installer fiscalement en France.

“Si Patrick Drahi devient le deuxième opérateur de télécoms en France, il serait logique qu'il rapatrie sa résidence fiscale en France et gère ses affaires depuis Paris”, a déclaré la ministre lors d'une interview accordée, dimanche 15 mars, au “Journal du dimanche”.

L’homme d’affaires franco-israélien, résident Suisse depuis 1999, a déclaré, lundi 17 mars, qu’il ne comptait pas faire cet “effort” tout en promettant des “investisssements massifs” en France . En clair, si les négociations avec Vivendi aboutissent, le PDG de Numericable ne compte pas plier bagage et quitter dare-dare Genève, ses enfants sont scolarisés sur place, pour venir gérer son nouvel empire des télécoms à Paris.

“Déclarations 100 % politiques et médiatiques”

“Il n’y a aucune contradiction fiscale ou légale à diriger depuis l’étranger un grand groupe ayant des intérêts en France ou qui y est domicilié”, affirme Frédéric Naïm, avocat fiscaliste parisien. S’il existait des dispositions légales obligeant un dirigeant d’entreprises françaises à résider dans le pays “il n’y aurait plus beaucoup d’entreprises en France”, s’amuse de son côté Christophe Codet, un autre avocat fiscaliste.

Le seul cas où le lieu de résidence peut poser un problème est pour les dirigeants de très petites entreprises. “Il serait difficile pour un 'petit patron' de contrôler tous les aspects de la vie d’une petite société française tout en étant domicilié à l’étranger”, note Frédéric Naïm.

Mais dans le cas des grands groupes comme Numericable et SFR, il n’y a pas qu’un dirigeant pour tout contrôler. “La déclaration de Fleur Pellerin est 100 % politique et médiatique”, affirme Christophe Codet. Pour lui, l’idée du gouvernement est de s’emparer d’un thème porteur, le patriotisme fiscal, et de faire du bruit médiatique autour de l’affaire. Il faut dire que Patrick Drahi est la cible idéale : il vit à Genève et Altice - la holding qui chapote ses activités - est immatriculée au Luxembourg et côtée à la bourse d’Amsterdam...

Pour Frédéric Naïm, les déclarations de la ministre française, sans fondement juridique, sont plutôt une “réaction politique” au fait que Numericable a réussi à s’imposer face Bouygues, “le poulain du gouvernement” dont la candidature avait été poussé par le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg. Une manière, en somme, pour Fleur Pellerin de soutenir, dans les paroles, son ministre de tutelle.

Première publication : 17/03/2014

  • TÉLÉPHONIE

    Rachat de SFR : Bouygues mis à l'écart, Numericable seul en lice

    En savoir plus

  • TÉLÉPHONIE

    Vivendi a "décidé" de vendre SFR à Numericable, selon Montebourg

    En savoir plus

  • TÉLÉCOMMUNICATIONS

    SFR - Bouygues : le drôle de plaidoyer d'Arnaud Montebourg

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)