Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

EUROPE

Reportage : les Ukrainiens de Moscou dénoncent "la propagande de Poutine"

© FRANCE 24

Vidéo par Ksenia BOLCHAKOVA

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/03/2014

Alors que les relations diplomatiques entre la Russie et l'Ukraine sont particulièrement tendues en raison du référendum en Crimée, des milliers d'Ukrainiens continuent de vivre à Moscou. Notre reporter Ksenia Bolchakova est allée à leur rencontre.

Les Ukrainiens et les Russes sont deux peuples à l’histoire intimement liée. Le président russe Vladimir Poutine parle même d’une affaire de famille quand il évoque les relations entre les deux États. Des millions d’Ukrainiens ou de Russes d’origine ukrainienne vivent ainsi en Russie. Dans la capitale où ils sont 150 000 à résider, il s’agit de la deuxième communauté la plus importante. Après des semaines de tensions entre Moscou et Kiev autour de la question du rattachement de la Crimée à la Russie, notre correspondante Ksenia Bolchakova est allée recueillir leurs sentiments sur cette crise qui déchire leur patrie et leur pays d’adoption.

À l’ambassade ukrainienne, l’ambassadeur Volodymyr Yelchenko, nommé en 2010 par le président déchu Victor Ianoukovitch, représente aujourd’hui un gouvernement que les Russes ne reconnaissent pas. Dans son bureau, le téléphone diplomatique ne sonne plus et les contacts sont quasiment gelés avec les autorités russes.

"Tôt ou tard, il va falloir s’asseoir à la table des négociations. L’Ukraine ne va pas disparaître, nous restons voisins", constate-t-il. "Si j’avais Poutine en face de moi, je lui dirais : ‘Croyez-vous vraiment qu’après ce référendum nous pourrons continuer à vivre comme avant et comme des peuples frères?'".

Retourner en Ukraine

L’annexion de la Crimée est vécue comme une tragédie par beaucoup d’Ukrainiens de Moscou. Naturalisée russe il y a un an, Valerya Khloponina, une vendeuse venue en Russie pour travailler, critique ouvertement l’attitude du Kremlin : "Les chaînes d’État russes font de la propagande ! Poutine nous dit que ce qu’il se passe en Ukraine est illégal et que les fascistes ont pris le pouvoir ! Mais, c’est faux ! Et aujourd’hui, j’ai honte, j’ai vraiment honte d’avoir un passeport russe".

Face à cette situation, la jeune femme et sa mère envisagent de rentrer en Ukraine.  "Je n’avais jamais pensé de ma vie que la Russie et l’Ukraine pourraient se fâcher à ce point. Je suis très inquiète, et s’il y a la guerre, imaginez ! Mon père est en Ukraine, toute ma famille est là-bas !", explique Tamara Khloponina, qui travaille comme femme de ménage dans la capitale russe.

Alors que l’Ukraine a déjà perdu la péninsule de Crimée, elles espèrent désormais que l’Est du pays, dont elles sont originaires, ne suivra pas la même direction en décidant de se rattacher à la Russie.

Première publication : 17/03/2014

  • UKRAINE

    Crimée : 96,77 % des votants disent "oui" à la Russie, une "farce" selon Kiev

    En savoir plus

  • UKRAINE

    En images à Simferopol : "Bonjour Russie ! Nous t’attendions"

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Plébiscite massif en Crimée pour un rattachement à la Russie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)