Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

EUROPE

Crimée : 96,77 % des votants disent "oui" à la Russie, une "farce" selon Kiev

© AFP - Vladimir Poutine, le 16 mars à Sotchi pour la clôture des Jeux paralympiques

Vidéo par Kéthévane GORJESTANI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/03/2014

Par référendum, la République autonome de Crimée a voté massivement dimanche en faveur de son rattachement à la Fédération de Russie. Un scrutin non reconnu par Kiev et les Occidentaux, qui annoncent des sanctions contre Moscou.

Le Parlement de Crimée a officiellement proclamé, lundi 17 mars, l'indépendance de la péninsule et demandé son rattachement à la Fédération de Russie. Au lendemain du référendum sur le statut de la province, les 85 députés ont approuvé à l'unanimité ces décisions et ont également décrété la nationalisation de tous les biens de l'État ukrainien sur ce territoire situé au bord de la mer Noire, ainsi que l'introduction de la monnaie rouble. Le président du Parlement a, en outre, annoncé la dissolution de toutes les unités militaires ukrainiennes stationnées sur la péninsule.

C'est maintenant la Douma, chambre basse du Parlement russe, qui va se saisir du dossier. Elle doit achever la préparation du projet de loi sur l'intégration de la Crimée à la fédération. Le président russe, Vladimir Poutine, s'exprimera mardi devant cette assemblée, a annoncé lundi un vice-président de la Douma.

Un "Oui" massif

Dimanche, selon les résultats définitifs, les partisans du rattachement ont remporté une victoire massive : 96,77 % des électeurs, avec un taux de participation estimé à 83 %, ont voté en faveur de ce qui s'apparente à une annexion aux yeux de Kiev et des Occidentaux.

Ce résultat peut s'expliquer en partie par le boycottage du référendum par les minorités tatare et ukrainienne de la Crimée, habitée par une majorité d'Ukrainiens d'origine russe et russophones.

Lundi, le président ukrainien par intérim, Olexandre Tourtchinov, n'a pas mâché ses mots : "La Russie cherche à couvrir son agression en Crimée par une grande farce nommée référendum qui ne sera jamais reconnu ni par l'Ukraine, ni par le monde civilisé." Dans un discours devant les députés, il a appelé à voter une mobilisation partielle de 40 000 réservistes de l'armée ukrainienne.

La crise diplomatique se poursuit

Ce référendum a été vivement dénoncé par les Occidentaux. La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a assuré lundi que l'Union européenne allait envoyer "le message le plus fort possible" à la Russie en décidant d'imposer des sanctions. Il faut que Moscou "comprenne combien la situation est sérieuse" au lendemain du "soi-disant" référendum, a-t-elle affirmé avant une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE à Bruxelles.

Dimanche soir, le président américain Barack Obama a averti son homologue russe que les États-Unis et leurs alliés ne reconnaîtraient "jamais" le référendum sur la Crimée.

Londres a de son côté qualifié le vote de "farce", suivi par Paris qui a raillé un scrutin "sous la menace des forces d'occupation russes".

De même, le Japon a appelé la Russie à ne pas annexer la Crimée, et le Canada a évoqué l'"illégitimité" du "soi-disant référendum".

Cette crise diplomatique, la pire entre grandes puissances depuis la fin de l'Union soviétique en 1991, pourrait permettre à la Russie, une fois la Crimée absorbée, d'étendre son territoire pour la première fois depuis 1945.

Avec AFP

 

Première publication : 17/03/2014

  • UKRAINE

    Plébiscite massif en Crimée pour un rattachement à la Russie

    En savoir plus

  • EN IMAGES

    Référendum en Crimée : "Nous avons l’âme russe et tout le reste est secondaire"

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Crimée : l'Ukraine sur le pied de guerre face à l'"invasion russe"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)