Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Au Ghana, la présidentielle s’annonce serrée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Premier contact", les extra-terrestres ont la parole

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le japonais SoftBank veut investir 50 milliards aux Etats-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Angel Merkel, la stabilité dans la tourmente ?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La France, championne des inégalités scolaires"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Alep : la guerre vue à travers les tweets d'une enfant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Cazeneuve, ce "frère"

En savoir plus

LE DÉBAT

Manuel Valls quitte Matignon : dernier remaniement en France

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Rebsamen : "Un président sortant ne doit pas se soumettre à une primaire"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 18/03/2014

"Garder la tête froide"

© France 24

Presse internationale, Mardi 18 mars 2014. Au menu de cette revue de presse, l’attente des habitants de la Crimée, en pleine «russification», la position de la Chine dans cette crise, et la Libye, menacée d’éclatement.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse en Crimée. Après le plébiscite de dimanche, le Parlement a voté, hier, le rattachement à la Fédération russe et la nationalisation des biens de l'Etat ukrainien.
 
La «russification» de la Crimée est en cours, écrit The Washington Post, qui rapporte que la région a déjà adopté la monnaie russe, le rouble, et avancé ses horloges d’une heure, pour être sur le même fuseau horaire que Moscou. Tout va très vite, au point que les habitants eux-mêmes semblent un peu dépassés par ce qui est en train de se passer: «pour le moment, nous avons plus de questions que de réponses», explique un cafetier de Simferopol, qui ne sait plus à quelle licence se vouer. «Quelque chose va se passer, mais on ne sait pas quoi», ajoute un soldat dans une caserne de Belbek, près de Sébastopol. Les soldats de Crimée pourraient se voir offrir la possibilité de choisir entre l’armée russe et l’armée ukrainienne.
 
La presse internationale s’intéresse également à la position de la Chine dans cette crise. Elle s'est abstenue lors du vote au Conseil de sécurité de l'ONU d’une résolution condamnant le référendum en Crimée. Une abstention que The Wall Street Journal juge «surprenante» de la part d’un pays qui aime afficher son attachement au principe de souveraineté. Le quotidien ironise sur l’argument utilisé: «des facteurs historiques et pratiques complexes». Le Tibet, le Xinjiang, et la Mongolie, ne pourraient-ils pas eux aussi invoquer des «facteurs complexes» pour expliquer leurs aspirations sécessionnistes? Pour The Wall Street Journal, la position chinoise revient à soutenir de fait la Russie, dont la Chine partagerait «la hantise d’un soulèvement démocratique».
 
Mal à l’aise dans la crise ukrainienne, la Chine tente de sauver la face en jouant les juges de paix. L’édito du China Daily appelle les uns et les autres à «garder la tête froide». «La proposition de Barack Obama de trouver une solution diplomatique permettant une désescalade à la crise est une bonne proposition, mais le fardeau ne peut pas peser sur les seules épaules de la Russie. Chacun doit y mettre du sien».
 
Plus offensive, une tribune publiée dans The Moscow Times affirme que ce sont les Occidentaux eux-mêmes qui sont responsables de ce qui est en train de se produire. L’Occident aurait montré trop de faiblesse à l’égard de Poutine, en l’autorisant à laisser libre cours à son agressivité, en le confortant dans la croyance que c’est la force, et non la loi, qui doit régir les relations internationales.
 
En Méditerranée, un pétrolier transportant du pétrole acheté illégalement aux rebelles libyens a finalement été saisi au large de Chypre par les forces spéciales américaines. C’est une opération qui s’est déroulée dans la nuit de dimanche à lundi, d’après The Wall Street Journal.
 
La Libye, un pays «au bord du gouffre», pour The Guardian, qui évoque un vrai risque d’éclatement, et appelle les Occidentaux, qui ont agi de façon décisive lors de la révolution, à poursuivre le travail, à aider la Libye à trouver son chemin, à trouver enfin la paix.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

07/12/2016 Revue de presse française

"Angel Merkel, la stabilité dans la tourmente ?"

Au menu de cette revue de presse française, mercredi 7 décembre, la réélection d’Angela Merkel à la tête de la CDU, et l’imbroglio sino-américain, après le coup de fil entre la...

En savoir plus

07/12/2016 Revue de presse française

"La France, championne des inégalités scolaires"

Au menu de cette revue de presse française, mercredi 7 décembre, les résultats de la dernière enquête Pisa, l’étude de référence sur l’éducation que l’OCDE dévoile tous les trois...

En savoir plus

06/12/2016 Revue de presse française

"Les yeux doux de Manuel Valls"

Au menu de cette revue de presse française, mardi 6 décembre, l’officialisation de la candidature de Manuel Valls à la primaire de la gauche, dans un contexte de concurrence...

En savoir plus

06/12/2016 Revue de presse internationale

"Leçon de diplomatie chinoise pour le néophyte Donald Trump"

Au menu de cette revue de presse française, mardi 6 décembre, la volonté affichée des rebelles d’Alep, en Syrie, de poursuivre les combats, malgré l’avancée du régime, le sort...

En savoir plus

05/12/2016 Revue de presse française

"La "castritude" selon Ségolène Royal"

Au menu de cette revue de presse française, lundi 5 décembre, la démission de Matteo Renzi, après le rejet de sa réforme constitutionnelle, l’élection d’un écologiste à la...

En savoir plus